AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Feeling Japanese [R. Adrian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Feeling Japanese [R. Adrian]   Mar 27 Nov - 0:13

Après une semaine de cours tout bonnement harassante, Sasha était enfin en week-end. Dieu que c'était bon, de pouvoir disposer d'un peu de temps libre, hors de l'ambiance survoltée et ultra travailleuse de l'ISP. Sasha avait beau adorer les cours auxquels elle assistait, l'esprit de compétition et l'individualité ambiante ne l'enchantaient pas vraiment : ici, c'était chacun pour sa poire, pour le meilleur et pour le pire. On avait beau y mettre toute la bonne volonté du monde, il n'était pas forcément facile de tisser des liens lorsqu'on arrivait d'une contrée lointaine (en l'occurrence, l'Angleterre n'en était pas une à proprement parler), et plus particulièrement pour une fille comme Sasha. Elle était très intelligente, vive d'esprit, et vraiment jolie, mais n'était pas réellement sociable, la communication n'étant pas son fort. Introvertie depuis son plus jeune âge, elle avait tendance à se perdre dans ses pensées, sans vraiment se soucier des autres, se satisfaisant d'elle-même. En réalité, elle adorait faire de nouvelles rencontres, surtout quand elle tombait sur des personnes rares, particulières, pas le genre de gens qu'on croise à tous les coins de rue. L'être humain l'intriguait profondemment, et Sasha était toujours curieuse de connaître tous ses travers, ses perversions et sa complexité.
Aussi, après avoir profité de sa première matinée de liberté, qu'elle avait consacré au rattrapage de sommeil, Sasha décida de s'octroyer un petit plaisir simple : manger des Sushi dans un restau sympa et sans prétention. Avant de sortir de sa chambre d'étudiante, plutôt luxueuse comparée à la moyenne des chambres de cité U, elle prit une longue douche chaude qui lui sembla durer des heures, se prélassant sous les jets brûlants. Elle se contenta du stricte minimum concernant maquillage et vêtements, puisqu'elle enfila à la va-vite un jean Notify gris, un marcel American Apparel blanc, et une paire de Springcourt argent un peu usées. Elle accessoirisa sa tenue le plus simplement du monde, enroulant négligemment un petit foulard léopard Cavalli autour de son cou fin, et se saisissant de sa vieille besace en cuir anthracite Balenciaga. Sasha était parfaite, simple, élégante dans sa tenue sans prétention aucune. Elle n'était pas fana du look "bling-bling", et se contentait de quelques basiques de qualités. Après tout, elle avait de quoi s'offrir de beaux vêtements, alors pourquoi s'en priver ? Côté maquillage, elle n'avait pas non plus besoin d'en faire des tonnes, aussi se contenta-t-elle d'une touche de mascara et d'un soupçon de baume à lèvre incolore Elizabeth Arden.
Enfin prête, elle sortit avec empressement de l'établissement. Tout étudiant lamba en aurait profité pour dégainer son I-pod, mais Sasha adorait écouter les bruits de la ville tout en marchant, aussi se contenta-t-elle de flâner librement. Une fois arrivée chez Stereo Sushi, son restaurant asiatique favori, elle s'installa à une petite table un peu à l'écart, et commanda son menu préféré. L'endroit était un peu kitsch, mais elle se plaisait à y passer du temps, à réviser, bouquiner ou dessiner. La déco avait beau être agressive, elle trouvait l'endroit étonnamment reposant. Pourtant, c'était loin d'être calme, les clients allaient et venaient, et le chef cuisto était tout bonnement débordé, mais cela plaisait vraiment à Sasha.
Une fois ses quelques sushi arrivés, elle les grignota calmement, et sortit un bouquin de sa besace en cuir :
Brooklyn Folies, de Paul Auster. Auster était un de ses écrivains favoris, elle se déléctait de chacun de ses bouquins et relisait avec plaisirs ses préférés, qu'elle finissait par connaître par coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Feeling Japanese [R. Adrian]   Mer 5 Déc - 1:09

Le carillon de l’école sonnait le Week-end et ce tintement plus que tout autre résonnait à ses oreilles comme une douce mélopée, mélopée chantonnant la venue de soirée de débauche, de détente entres ami…En bref, tout ce que l’on peut faire quand on a enfin du temps libre. Les professeurs s’étaient passés le mot pour les inonder de boulot cette année, le contraire n’aurait pu être. Il avait des travaux à rendre, des interrogations à préparer, des rapports sur l’actualité politique dans le monde comme en Hollande et en toute honnêteté, il ne voyait le bout ni de la semaine, ni du boulot présent comme à venir. Il se sentit comme soulager lorsque le dernier professeur de la journée les laissa partir et il fut le premier dehors, arrogant, fier et hautain, prêt à organiser sa soirée du lendemain… aujourd’hui, il lui fallait dormir, il était épuisé et demain serait une longue journée…..

***


Samedi…fin de matinée, il ouvrait les yeux péniblement, un rayon de soleil filtrant le store caressant son visage. Quelle heure était-il ? Aucune idée mais sans aucun doute bien plus tard qu’il ne l’avait espéré. Il voulait aller nager ce matin la, s’entraîner un peu, cela lui faisait toujours du bien…tellement de bien qu’ il nageait chaque jour. Tâtonnant d’une mais encore ensommeillée sa table de chevet en bois clair, il n’y trouvait pas son réveil ce qui l’étonna fortement. Ou pouvait-il être ? son frère le lui avait-il emprunté ? Si c’était le cas, cela ferait sans doute l’objet d’une nouvelle dispute. Contrarié, il bondit de son lit, prêt à rugir sur son jumeau qu’il ne connaissait pas si sans gêne, avant de donner un bon coup de pied dans un objet dur et rond. Une chose est sûr, c’est qu’il avait réussi à se faire bien mal. Jurant sous la douleur, il remarqua qu’il s’agissait de son réveil, un réveil cassé d’ailleurs, arrêté à l’heure à laquelle il aurait dû se lever. Le vague souvenir d’un geste agacé lançant l’horloge lui revint et il en fut presque honteux de sa colère injustifiée. Son Gsm affichait alors 13 heures… Il avait dormi toute la matinée et il devrait donc sacrifier quelques une de ses activités prévues pour l’après midi s’il voulait aller nager. C’était primordial pour lui, autant que s’offrir un nouveau réveil s’il voulait continuer à suivre les cours.

***


Des sacs pleins les mains, il pénétra dans sa chambre tout sourire, fier de ses achats. C’était la première année qu’il s’y prenait à l’avance pour les cadeaux de noël et il ne le regrettait pas. En effet, il avait trouvé un petit quelque chose pour son frère, sa mère, son père (bien qu’il les enverrait par colis s’il n’avait pas l’opportunité de les voir), Spencer…etc.. mais le plus beau revenait à sa sœur…Un magnifique robe Armani dans laquelle elle serait splendide. Il espérait qu’elle lui plairait même si au fond de lui, il savait qu’il ne s’était pas trompé, connaissant sa sœur sur le bout des ongles. Son nouveau réveil, qu’il mit à la place de l’autre avant de décider de le reculer quelques peu, histoire d’être sûre qu’il soit hors d’atteinte de son lit, affichait 19h…et si notre jeune homme voulait satisfaire son envie de sushi, il était peut-être temps qu’il songe à se préparer. Il n’avait appelé personne de particulier pour l’accompagner, ce n’était pas nécessaire, il finissait toujours par rencontrer une tête connue qui passerait volontiers la soirée à ses côtés.

***


Il devait être 20 heures lorsqu’il poussa la porte du petit restaurant à la décoration criarde, où l’on mangeait bien et qui respirait la vie et le succès tant les serveurs et cuistots s’affairaient à leurs petites affaires dans la bonne humeur mais sérieusement, comme de petites fourmis travailleuses. S’avançant un peu, cherchant une table libre où occupée par une frimousse qu’il connaissait, il reconnut instantanément Sasha, sans doute l’une des rares qui affichaient sa simplicité comme un trophée alors que tant d’autres était aussi superficielle qu’un sapin de noël. Il aimait bien la jeune fille, la trouvait sympathique et agréable… Bien sûr, il n’était pas sûr qu’elle puisse le remarquer tant il était un handicapé des sentiments mais, qu’importe.

S’approchant de la table, sans même demander s’il pouvait s’asseoir, ni même la saluer, et encore moins s’inquiéter que peut-être, elle était trop plongée dans sa lecture pour s’attarder à sa présence, il lui lança tout en volant un sushi :


« Oh, ca a l’air pas mal ce que tu as pris ? c’est quoi ? »

Il le mangea, sans précédent .

"Qu'est ce que tu lis ?" s'intéressa-t-il sincèrement..." ca a l'air passionnant..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Feeling Japanese [R. Adrian]   Mer 5 Déc - 16:00

Sasha était tout bonnement captivée par son bouquin. Elle en oubliait presque le brouhaha, la chaleur ambiante et l'effevescence du petit restaurant qui ne fermait jamais. Elle se déléctait de l'écriture si fluide d'Auster, qu'elle admirait. C'était simple, très amusant, et les personnages étaient réellement attachants. Elle aurait voulu connaître New-York, la ville qui ne dort jamais, et s'était jurée qu'elle s'offrirait un mois de vacances après l'obtention de son diplôme. Sasha rêvait déjà du New-York artiste dont elle avait tellement entendu parler. Différente de toutes les minettes qui ne juraient que par la 5th, les boutiques de luxe et les people, Sasha se surprenait à rêver du petit quartier bobo qu'était SoHo, des galeries d'art de Chelsea et des clubs de jazz d'Harlem. En définitive, Sasha ne ressemblait à rien aux filles qui peuplaient l'ISP, et bien qu'elle soit issu d'un milieu très aisé, elle était d'une simplicité à couper le souffle. Il lui fallait peu de choses pour être heureuse, en somme. L'art était sa raison de vivre, la littérature son oxygène. Elle se plaisait à rêvasser, à dessiner, à écrire, curieuse et jamais rassasiée de culture. D'ailleurs, elle avait une connaissance assez incroyable de la peinture, et était difficilement égalable. On ne pouvait lui poser aucune colle, Sasha était passée maître en ce qui concernait la culture artistique. A terme, elle aurait adoré ouvrir une galerie d'art, mais elle ne le ferait pas, sachant que ce n'était qu'une envie ponctuelle, et que l'aspect commercial de l'art la lasserait. Pourtant, elle rêvait d'aller fouiner dans les ateliers d'artistes dans l'idée de découvrir le futur Miro, le prochain Courbet ou Rembrandt. Malheureusement, Sasha était impossible à combler, elle en demandait toujours plus, aussi ne se voyait-elle pas s'établir dans un job qui lui demanderait une rigueur qu'elle ne possédait pas franchement. D'autant plus que tout le côté superficiel des vernissages, tout le tralala de la promo l'ennuyait profondemment.
Perdue dans ses pensées, la jolie brune fut très surprise en entendant une voix familière lui demander quel genre de sushi elle avait commandé. Elle se retourna et reconnu instantanemment Adrian. Ils avaient eu un projet à faire ensemble, à l'occasion d'un devoir qui faisait collaborer les étudiants de l'ISP, toutes classes confondues. Sasha avait trouvé Adrian au demeurant très intéressant, bien qu'il ne soit pas l'illustration même de la sympathie. Elle avait apprécié travailler avec lui, quoiqu'elle ait pu dire, et respectait autant l'étudiant brillant que le jeune homme charmant - et charmeur - qu'il était. Aussi Sasha arqua légèrement ses sourcils bruns parfaitement dessinés, roulant des yeux d'un air un peu accablé. Il n'avait pas changé, à ce qu'il voyait. Toujours aussi à l'aise et sans gêne. Mais ça faisait partie de son charme, raison pour laquelle elle n'y porta pas attention. En outre, elle avait toujours trouvé les gens malpolis bien plus intéressants que les gens bien sous tous rapports, barbants au possible.


- C'est un nigirizushi, un espèce de truc au riz vinaigré avec des crevettes. C'est pas mauvais.

Répliqua Sasha, sans même lancer un regard à Adrian, toujours plongée dans son bouquin. La jeune fille sentit tout de même qu'il s'installait, et par conséquent, qu'il comptait partager son repas. Hmm, pourquoi pas, après tout. Un peu de compagnie ne lui ferait pas de mal. Elle se résolut donc à fermer son livre - bien qu'elle en soit à une période critique, à savoir la mort de l'un des personnages principaux - et en profita pour sortir une cigarette de sa vieille besace en cuir Balenciaga.
Elle lança un regard accusateur à Adrian, dont la réplique "ça à l'air passionnant", qu'il venait de prononcer, semblait un peu fausse. Il fut possible qu'il l'ait pensée, mais la façon dont il venait de prononcer ces quelques mots amusa Sasha. Il avait à peine vu la couverture, et voilà qu'il commençait à faire son beau parleur.


- Tout de suite les grands mots... Répliqua-t-elle, lançant un sourire amusé à Adrian, le fixant de ses yeux noisettes aux éclats verts. C'est Brooklyn Folies, de Paul Auster. Si jamais, par le plus grand des hasards, tu appréciais un tant soit peu la littérature, je te le conseille. Ca se lit vraiment bien.

Sasha porta finalement sa Marlboro Light à ses lèvres, et l'alluma, tendant le paquet à Adrian pour qu'il se serve, s'il était d'humeur. Après avoir tiré la première taffe, la meilleure, dont elle se délécta, la belle brune reporta son attention à Adrian, le regardant avec insistance, un air amusé et un peu défiant, dans lequel on pouvait lire une pointe de mépris complètement joué. En réalité, elle était loin de le mépriser, mais cela avait toujours été un petit jeu, entre eux. Une fois, ils s'adoraient, l'autre, ils se détestaient, ou s'ignoraient, tout bêtement.

- Tu m'expliques ce que tu fais ici, au fait ? Depuis quand Adrian Visconti passe-t-il ses samedis soir dans un restau de sushi miteux... ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Feeling Japanese [R. Adrian]   Jeu 6 Déc - 1:00

Concentrée dans sa lecture était un bien faible mot. Elle était carrément hypnotisée par la police d’écriture de son livre. Elle semblait perdue dans les méandres de l’encre sec et imprimé presque autant que dans ses pensées, elle semblait être loin, très loin et un simple bonjour n’aurait pas suffit à déloger son regard du papier noirci….. ni même un « Je peux m’asseoir d’ailleurs ». Quoiqu’il en soit, s’asseoir à sa table et se servir de son plat paraissait suffisant, un court instant du moins. Elle tourna la tête en sa direction, sans doute avait-elle reconnu sa voix d’ailleurs, ils avaient haussé le ton si souvent lorsqu’il travaillait ensemble sur un projet scolaire…. Elle prit même la peine de lui répondre…un nom incompréhensible qu’il roula des yeux quelques instants, arquant un sourcil comme il savait si bien le faire lorsque quelque chose lui échappait. D’un geste de la main, il interpella tout en répondant à la jeune femme :

« C’est vachement bon ton truc….imprononçable, je vais sans doute jamais m’en rappeler mais c’est délicieux ».

Le serveur s’approcha de la table, un calepin à la main et s’exprimant dans un néerlandais à moitié correcte, Adrian commanda la même chose sans oublier d’interroger Sasha, au cas où elle souhaitait quelque chose.. Avant qu’il ne s’éloigne et reprenne le semblant de conversation naissante….du moins s’il parvenait à lui faire ôter la tête de son bouquin plus de 3 secondes et 3 mots.
Oh…il suffisait d’y penser très fort apparemment… elle venait de fermer son livre et il lui adressa un sourire content qu’elle accepte sa compagnie…Il s’était invité certes mais elle aurait toujours pu attendre quelqu’un et lui conseiller de quitter la place déjà prise….même si momentanément vide.
Avait-elle ressenti le soupçon d’ironie d’Adrian, complimentant ainsi sa lecture ?
Probablement que oui… Elle prit la parole, commentant et se permit même un peu d’arrogance à l’égard du jeune homme…Comme s’il ne lisait pas….Son frère jouait de la musique et lui, il lisait. ;..c’était bien connu non ?


« Je ne fais que constater ma chère….J’ai même failli croire que je te dérangeais…Cela m’aurait étonné….certes mais tout de même, ça m’a traversé l’esprit…Et au niveau littérature, non….je ne m’y intéresse pas du tout….je lis aussi souvent que mon frère ne joue du violon…. le dernier que j’ai lu était Malataverne de Clavel tu connais ? C’était pas mal…vraiment… Ca parle de quoi ton bouquin ?»

Elle alluma une cigarette et fut presque tenté d’en sortir une à son tour mais il essayait d’arrêter…depuis….5 minutes à tout cassé….Automatiquement, il se mit à jouer des doigts, prêt à la lui prendre des mains…*Personne ne m’en voudra si j’en prends une et que je reporte à demain ma tentative*. C’était criminel non ? Tenter d’arrêter en week-end, c’était insensé….l’alcool attire la cigarette, c’était bien connu….

Il imita son geste, sortant de son paquet rouge de Marlboro, il la porta à sa bouche, s’emparant du briquet de la jeune femme qui était toujours dans sa main et, attiré par le regard presque méprisant qu’elle lui adressait, il souffla la fumée, amusé…reconnaissant bien là Sasha…
Certaines personnes sont lunatiques….ils changent d’humeur comme on essaie encore et encore mil et une tenues avant de sortir…. La relation qu’il entretenait avec la jeune demoiselle était semblable. Tantôt il rirait ensemble, tantôt il se disputerait, tantôt s’adressait un compliment pour la minute d’après s’étouffer de sarcasme….
Que faisait-il là ? Seul ? Ce qui était on ne peut plus rare ? .
En vérité, il avait juste une envie de manger japonais. Certains de ses meilleurs amis de sortie, comme Eliott, l’attendrait devant la boîte de nuit bien plus tard mais il préféra lui mentir quelque peu :


« Tu me croiras pas et pourtant….. »

Il hocha la tête, un demi-sourire au coin des lèvres, s’amusant à l’avance de ce qu’il s’apprêtait à lui dire :

« J’ai reçu un coup de fil anonyme….une fille a priori qui m’a dit…Texto, comme je vais te le dire la… Sasha est toute seule, dans un petit resto miteux…..et elle meurt d’envie de te voir… »

Il approcha un peu le cendrier, pouvant s’appuyer contre le rebord de son siège, les jambes croisées et dans une posture totalement décontractée…Il se débarrassa des cendre de sa tige dans le cendrier, sans la quitter des yeux avant de poursuivre, non sans avoir tirer une nouvelle bouffée de nicotine :

« Alors, j’ai eu un peu pitié de toi et te connaissant, j’ai su que tu ne pouvais être qu’ici….Je me suis dit que je ne serais pas vraiment ton ami si je t’avais laissé la… Et donc, je suis venu t’arracher à ton ennui….bien sûr, elle avait oublié de me dire que tu avais emmené ton ami Paul….Ma source était-elle sûr ou il y a une autre raison pour que tu sois la aussi seule que moi ? »

il s’exprimait avec une telle assurance qu’un total étranger aurait eu du mal à discerner le vrai du faux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Feeling Japanese [R. Adrian]   Aujourd'hui à 14:30

Revenir en haut Aller en bas
 
Feeling Japanese [R. Adrian]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Adrian Banks
» Adrian Alvarez
» MAGAZINE !!! Japanese Nostalgic Car
» JDM JAPANESE CLASSIC CAR SHOW
» Feeling frein avant TE250

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crazy in Amsterdam :: Five years ago... :: ... our lives happened :: Amsterdam City-
Sauter vers: