AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Be Alone...Ugh ?! [R.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lauren Baxter
Admin | Aubergine brune champagnisée


Nombre de messages : 1260
Age : 26
Nationalité : British
Crazy for : Job & coffee
AmstelMood : So busy
Date d'inscription : 12/11/2007

MacBook
Job: Assistant at Hermès
To-Do List:

MessageSujet: Be Alone...Ugh ?! [R.]   Jeu 29 Nov - 0:13

Damned plus d’une heure d’attente pour enfin retrouver Courgette qui suivait ses cours de latin en attendant. En temps normal, Lauren serait volontiers allée se promener dans le centre ville, acheter un nouveau sac à main où dans un café. Mais aujourd’hui elle était prise d’une flemme que nous qualifierons d’olympique. Elle n’avait envie de rien faire, juste de se retirer seule, sans personne. C’était ce à quoi aspirait Lauren depuis plusieurs jours déjà depuis ‘le drame’. Elle n’avait plus envie de rien faire, limitait ses sorties et ses fréquentations, et buvait de l’eau comme une vieille plante défraîchis à longueur de journée. C’était lamentable à voir, mais elle seule s’était apparemment aperçue du changement. Heather semblait dans la lune en ce moment. Elle pensait systématiquement à autre chose, et cet autre chose la rendait sacrément nerveuse.

Bref ce jour là, en attendant son amie qui était en ce moment même à son cours de latin, Lauren décida de s’isoler. Et quoi de mieux que l’extérieur en plein hiver pour être sûr d’être absolument seule ? Ne faisait pas de détour à sa chambre pour enfiler autre chose, elle fila directement dehors, dans l’immense cours qui séparait les bâtiments ‘scolaires’ de l’ISP aux infrastructures sportives.

Dehors il faisait froid, le vent fouettait le visage tel des aiguilles, mais Lauren s’en soucia, à vrai dire guère plus. Elle continua sa route, croisant quelques étudiants qui passaient par là, mais elle ne croisa même pas leurs regards pour voir si elle connaissait quelqu’un. Elle s’en contre fichait pour être honnête. Continuant le long du chemin qui sillonnait les pelouses grisonnantes habituellement si vertes, elle arriva enfin devant un petit banc placé sous un cerisier. Elle inspecta ce dernier, l’épousseta d’un revers de main rapide et s’assit.

Elle prit une profonde inspiration, et laissa son regard glisser sur le paysage qui s’offrait sous ses yeux. Il neigerait cette année. C’était toujours ce qu’escomptait Lauren pour les fêtes de fin d’année : de la neige. Elle adorait ça. Elle si sensible aux choses, semblait vide. Elle soupira en regardant tristement le paysage du campus, et se mit à farfouiller dans son sac ; elle en sortit un épais livre de près de littérature française. Elle adorait le français et ne dévorait pas moins d’un roman épais comme celui-ci en quelques jours. Flaubert. Madame Bovary. C’est fou comme la fiction rejoint parfois la réalité non ? Se dit elle en ouvrant le livre là où elle s’en était arrêtée. Comme quoi le malheur n’arrive pas qu’au autre. Quoique l’idée du suicide était tout de même un petit peu trop exagéré. Elle s’en remettrait quand même…Non ?

_________________

BIRDIE;IFAKE @LJ.
***

I ♥ JOHN MAYER
AGENT SPECIAL DU WOOHP
A BAS LA REFLEXION, VIVE LES TOPICS CONS !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paweke-art.livejournal.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Be Alone...Ugh ?! [R.]   Jeu 29 Nov - 1:23

Depuis combien de temps n’avait-il plus nagé pour son propre plaisir ? Trop longtemps…tellement longtemps qu’il n’aurait plus su le dire. Depuis l’arrivée du petit de première, ce Zach qui était aussi bon que lui…il n’était pas meilleure mais il était tout aussi bon et cela avait le mérité de l’agacer au plus haut point. Il n’avait jamais supporté être relégué au second plan, il était bien trop fier. Quoiqu’il en soit, pour la première fois depuis longtemps, après ses cours de la matinée, il s’était dirigé vers le complexe sportif pour noyer tout ses petits soucis, ses petites choses qui le dérangeait. Il n’aurait su dire le nombre de longueur qu’il avait pu faire, il ne les avait pas comptées. Tout ce qui l’importait, c’était cette sensation de bien-être intense que lui procurait la fatigue positive de s’être dépensé.

C’est au moins deux bonnes heures plus tard qu’il rejoint la cour de l’école après s’être douché et changer, enfilant un jeans bleu et un pull rayé en collé V aussi blanc que la neige, mettant en valeur la noirceur de ses yeux. Son sac de sport sur l’épaule, il jeta un petit coup d’œil autour de lui, cherchant un regard familier, une tête qu’il connaissait pour aller prendre un verre, discuter un peu ou, taquiner….gentiment – la plupart du temps – mais avec une telle arrogance qu’il en devenait blessant sans s’en rendre compte. Certaines personnes le détestaient pour ça mais il s’en moquait. Comme Jack Sparrow, peu importe ce qu’on pouvait dire de lui, tant qu’on parlait de lui, il était flatté. Quoiqu’il en soit, vu le temps grisâtre et froid, il fut forcé de constater que peu de monde traînait par la….si peu de monde qu’il ne put que remarquer Lauren…une amie à son frère…sa victime préférée d’ailleurs….qui, d’un geste précieux de petite fille riche, épousseta un banc avant de s’y installer. Un large sourire s’afficha alors sur les lèvres du jeune homme, ce qu’elle pouvait être pathétique lorsqu’elle s’y mettait….Dans le fond, ce n’est pas vraiment elle qu’il détestait, d’ailleurs, il ne la détestait pas vraiment…. C’est juste qu’elle avait ce petit quelque chose en plus qui l’agaçait profondément… Un trop plein de douceur qui lui paraissait trop fausse pour une fille aussi délicate qu’elle…entendons-nous…délicate dans le sens : snob.
Ou peut-être était-ce tout simplement parce qu’elle avait un sens de la répartie si ténu qu’il s’amusait à l’entendre se défendre, cherchant à le toucher à son tour… Elle ne se laissait pas faire, et ca l’amusait. En fait, sous certains aspects, il était plutôt content de la voir.

Avant de la rejoindre, comme il en avait bien l’intention, il s’appuya contre le mur du complexe, l’observant d’un œil scrutateur en quête du moindre détail qu’il pourrait lui reprocher pour la narguer et la taquiner. Pourtant, aujourd’hui, elle semblait différente…presque vulnérable en soupirant d’un air triste sortant un livre….
Un livre ? Elle n’avait donc rien d’autres à faire ? non pas qu’il n’était pas intéressant de lire, lui-même aimait bien cela mais…dans son lit, avant de s’endormir mais pas lorsqu’il était dans l’enceinte de l’université, dans le froid alors qu’un foyer chaud et bondé de monde l’attendait à l’intérieur. Il écarquilla les yeux de stupeur et s’interrogea sur l’état mental de l’amie de son frère. Qu’avait-elle bien pu lui arriver ? Et d’ailleurs, son frère et son canari ne l’accompagnaient pas ?

Un souvenir d’enfance traversa son esprit. Elsa était souvent seule elle aussi, dans la cour de l’école. Il l’observait de la même manière étant enfant, et cherchait comme à l’instant ce qui pouvait bien se passer dans la tête de la blondinette pour tâcher son minois de la sorte. L’envie de taquiner Lauren aurait pu lui passer si le visage de sa meilleure amie ne s’était pas imposée à ses paupières….Il s’avança enfin, refermant un peu mieux sa veste sur sa gorge, histoire d’éviter de tomber malade et arrachant son livre des mains avant de s’asseoir à ses côtés, il lui lança


« Ta solitude me fait mal Lauren….réduite à lire…seule dans le froid….Le canari et Seb t’honnissent de leur présence ? …Ils en ont marre de t’avoir dans les pattes ? ou peut-être en ont-il marre de ton air pincé de petite bourgeoise insolente….tu en penses quoi toi ? et …qu’est ce que tu lis déjà ? »

Il referma le livre tout en ayant mémorisé le numéro de la page…tout de même, il n’était pas toujours agréable mais, il n’était pas non plus un monstre d’égoïsme.
Revenir en haut Aller en bas
Lauren Baxter
Admin | Aubergine brune champagnisée


Nombre de messages : 1260
Age : 26
Nationalité : British
Crazy for : Job & coffee
AmstelMood : So busy
Date d'inscription : 12/11/2007

MacBook
Job: Assistant at Hermès
To-Do List:

MessageSujet: Re: Be Alone...Ugh ?! [R.]   Jeu 29 Nov - 2:38

Alors qu’elle allait débuter sa lecture, elle vit son livre s’envoler dans les airs. Les mains toujours tendus comme si le livre si trouvait encore, elle resta ébahi et figée, un sourcil arqué. Puis elle pivota la tête et vit enfin Adrian qui s’assit près d’elle. Elle l’écouta, l’air franchement blasée, déblatérer ses répliques cinglantes.

Depuis combien de temps ces deux là jouaient à ce petit jeu ? Difficile à dire. Probablement le jour où Sebastian les présenta en faite. Dès lors, Adrian avait un plaisir pervers à vouloir constamment lui faire des reproches, la critiquer, l’humilier, bref tous les moyens étaient bons pour la faire tourner chèvre. A croire que Adrian adorait se faire lyncher de critiques à son tour.

En tout cas, il n’avait vraiment, mais vraiment pas choisis son jour pour venir la taquiner. Elle aurait eu la force et la conviction, elle l’aurait pendu au cerisier avec sa serviette de piscine. Mais, elle était vidée de tout ça, alors en désespoir de cause, elle utiliserait la seule chose qui lui restait et dans laquelle elle excellait : son sens de la répartie.
Elle esquissa un large sourire, et prit un air de psychologue, croisant ses jambes, déposant ses mains délicatement sur son genou, et prenant un air faussement précieux :

- Alors dis moi Adrian combien de temps as-tu cogité ton discours avant de venir me voir ? Ah je sais tu as une anti-sèche dans ta main…

Elle continua d’afficher son sourire figé, et arracha son livre des mains d’Adrian avec froideur, le rangeant dans son sac. Apparemment, elle ne pourrait pas lire aujourd’hui.
Elle prit une nouvelle inspiration, passa d’un geste rapide une mèche de cheveux derrière son oreille et ajouta fière et hautaine :

- On ne t’a jamais dis que tu posais trop de questions…Sérieusement dis moi…Tu as quel âge ? On dirait un mouflet de cinq ans qui veut savoir comment on fait les bébés…

Au fond, elle se sentit quelque peu blesser par ce qu’il avait dis…Elle aurait aimé savoir pourquoi Sebastian ne voulait pas d’elle. A cause de « son air pincé de petite bourgeoise insolente » ? Elle aurait peut être aimé qu’il lui dise en face, plutôt que de partir en courant.
La tête baissée, le sourire s’étant effacé, elle se perdit un instant dans ses pensées les plus profondes, oubliant presque Adrian à ses côtés.
En tout cas une chose était sûre, elle était toujours disponible à répondre au frère jumeau de Sebastian. D’ailleurs, elle était fière de ne pas voir en lui son frère. Ils étaient très ressemblant, mis à part les cheveux, mais Lauren avait toujours su marquer un profond fossé entre eux deux, et était rassurée de voir qu’il ne s’était pas envolé avec Sebastian.

Elle se redressa d’un coup, et tourna sa tête, observant son interlocuteur droit dans les yeux.

- J’ai franchement pas envie de m’énerver aujourd’hui Adrian, ce n’est ni le jour, ni l’endroit,…J’ai besoin d’être seule à cause de…
Elle se tut. Mince, manquerait plus que ça ! Qu’elle se confie à Adrian et vende la mèche sur sa ‘relation’ (si on peut appeler sa comme ça) avec son frère.
- De soucis personnels. Acheva-t-elle pour tenter de dissimuler du mieux qu’elle pouvait, sans faire trop superficiel.

_________________

BIRDIE;IFAKE @LJ.
***

I ♥ JOHN MAYER
AGENT SPECIAL DU WOOHP
A BAS LA REFLEXION, VIVE LES TOPICS CONS !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paweke-art.livejournal.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Be Alone...Ugh ?! [R.]   Jeu 29 Nov - 3:15

C’est une idée où elle n’était pas comme d’habitude. Où était donc passé le regard noir qu’elle lui lançait habituellement lorsqu’il l’importunait ? Où avait donc fini l’agacement récurrent qu’il provoquait chez elle ? Sans tous ses ingrédients, il devenait inutile de la prendre pour victime, inutile de lui lancer raillerie et boutade en tout genre, inutile de perdre son temps avec elle si elle ne l’amusait plus. Il inclina légèrement la tête, comme s’il analysait chaque trait de son visage en quête de tout ce qui lui manquait aujourd’hui.

Enfin….si elle lui était apparue lassée, effaçant même le sourire du jeune homme quelques instants, il fut ravi de la voir reprendre ce petit air de fille de riche étriquée, les jambes croisées, mains sur les genoux… Si elle avait été rousse et plus vieille, on aurait pu aisément la comparer à une Bree Vandecamp en puissance, c’était cette fille la qu’il aimait agacer, ennuyer, casser, briser, critiquer….par pur plaisir de pouvoir se moquer d’elle. Quelle étrange question qu’elle lui posait la….elle ne se connaissait donc pas elle-même ? Elle respirait le caprice à pleins nez et elle était étonnée qu’il lui balance ce genre de boutade cinglante ? Un peu d’humilité lui ferait du bien…
Tenant le livre à l’envers, intéressé par la lecture de la jeune femme, il l’écouta attentivement avant d’afficher un large sourire, un sourire narquois et saumâtre :


« Vois-tu ma chère, répliqua-t-il en imitant non pas le timbre de sa voix mais bien son intonation de petite prétentieuse, c’est tout ce que tu m’inspires et je n’ai pas besoin d’y réfléchir pour te le dire.... et dans ma main, c’est ton livre que je tiens, je n’ai pas besoin d’anti-sèche pour dire la vérité…par contre, tu aurais bel et bien besoin d’un miroir…histoire que tu arrêtes de te voiler la face sur ta propre personne…. »

Il insistait sur les mots qu’il estimait les plus blessants et lui concéda son livre sans discuter en lui précisant le numéro de la page…au cas où elle ne s’en souviendrait plus. Ses lèvres toujours étirées sous un sourire, il continua, sous l’impulsion de sa comparaison avec un enfant.

« Entre toi et moi,…ton rôle et le mien, je préfère être l’enfant que l’absurde coincée qui joue aux femmes….»

Il regretta presqu’instantanément ses paroles. Il ne s’était absolument pas attendu à une pareille moue sur le minois matois de la demoiselle. Tête baissée, le masque de la tristesse avait recouvert à nouveau ses traits, ce même air qu’il lui avait remarqué lorsqu’elle avait observé les alentours avant de s’asseoir sur le banc. Bien sûr, elle ne devait pas savoir qu’il culpabilisait un peu….cela cacherait son image et en aucun cas, ne devaient circuler dans l’école qu’Adrian avait en fait un cœur, un vrai cœur qui peut s’attendrir pour différentes raisons.

Elle s’anima à nouveau, plongeant son regard dans celui du jumeau qui, le sourire toujours présent, s’était voulu plus attentif à ses mots, sentant qu’elle n’allait pas répliquer par un sarcasme et il ne s’était pas trompé.
Ce n’était pas le moment, elle n’avait pas envie qu’on l’énerve…quel doux compliment elle lui adressait, il parvenait à la toucher puisqu’il l’agaçait. Et alors qu’en général, il se délectait d’apprendre son influence sur le système nerveux de ses « victimes », la… il avait senti pour la première fois depuis qu’il se disputait presque chaque jour, un rien de sincérité en plus dans son ton qui la rendait touchante…loin de son image de petite snob, de bourgeoise, de fille de riche, de capricieuse ;..en bref, de toute ce qu’il détestait…. Elle avait donc des soucis…des soucis personnel….Sauf que lorsqu’on a leur âge, les seul soucis qui peuvent nous ôté notre instincts de survie (oui j’exagère la), c’était souvent des problèmes de cœur. Il en savait quelques choses, lorsqu’Elsa lui manquait trop, il avait tendance à se montrer plus Franc, s’agaçant de tout et se rendant compte que le détail qui la veille l’aurait amusé, lui taperait sur les nerfs le lendemain.

Arf…ce n’était plus du tout le moment de jouer à Brice de Nice avec elle.. Elle semblait vraiment fragile à cet instant, et autant il pouvait mépriser cette fille, autant chez une femme, la vulnérabilité pouvait lui plaire, flatter son égo de mâle macho qui voyait en un quelconque désarroi l’éventuel moyen de se rendre utile…..


« Des soucis personnels ? » lança-t-il à la jeune femme sur un ton intéressé alors qu’il luttait pour ne pas lui répliquer un : « Tu t’es cassé un ongle ? » ou « C’est l’autre canari et son pseudo-meilleur ami qui te tracasse ? »

Trop tard….c’était dit…Non pas la première mais la deuxième. Ce que son frère pouvait être naïf de s’imaginer qu’il pourrait continuer à passer du temps avec Heather sans finir par l’aimer ou la mettre dans son lit….L’amitié ça n’existe pas….
Revenir en haut Aller en bas
Lauren Baxter
Admin | Aubergine brune champagnisée


Nombre de messages : 1260
Age : 26
Nationalité : British
Crazy for : Job & coffee
AmstelMood : So busy
Date d'inscription : 12/11/2007

MacBook
Job: Assistant at Hermès
To-Do List:

MessageSujet: Re: Be Alone...Ugh ?! [R.]   Jeu 29 Nov - 14:43

Aussi surprenant et fou que cela puisse paraître, Lauren resta silencieuse à ses reproches. Que dire en plus ? Qu’il avait raison ? Oui elle se voilait la face, oui elle était coincée, oui elle était prête à dire oui à tous ses défauts. A quoi cela pouvait il bien servir maintenant de se battre ? Et puis si Adrian considérait leurs ‘rencontres’ comme un jeux, un amusement, et bien il se lasserait de voir qu’elle ne réagissait pas, et il partirait aussi vite qu’il était venu. C’était aussi simple que cela. Restant tête baissée, elle remonta ses jambes sur le banc et les croisa dans une position de Lotus. Elle commença nerveusement à enlever les peluches qu’avait fais son collant de laine, en soupirant tristement.

Elle releva alors la tête lentement, en regardant d’un air blasé et vide son interlocuteur.

- Ah ah ah… fit elle ironiquementJe suis morte de rire
Elle souffla, ne prêtant bizarrement aucune réelle importance à ce qu’il venait de dire. Il disait tellement de choses stupides qu’elle ne le prenait jamais au sérieux, et ne sentit pas la nécessité de buter sur les mots qu’il venait d’employer.

- Ecoute si tu as d’autres amis à aller voir, je préfère autant, je te le répète, je voudrais franchement être seule dans ce froid, à me laisser mourir en paix…Merci de ta compréhension. Souligna-t-elle d’un sourire cynique et mauvais.

Ce n’était vraiment, mais vraiment pas le jour de venir l’assommer de ce genre de reproches. Elle aurait été capable de tout encaisser ou de se sentir directement touchées par ses propos. Et elle, elle n’avait pas la force d’en déblatérer, et pourtant Dieu seul sait à quel point elle était la meilleure quand il s’agissait de se défendre à coup de répliques cinglantes.
- Ma vie ne tourne pas qu’autour de Heather et Sebastian, finit elle par grommeler.
Alors que bien malheureusement c’était presque le cas depuis qu’elle était à Amsterdam. Elle ne jure que par eux. Enfin non…Elle ne jurait que par eux. Aujourd’hui, elle ne se retrouvait qu’avec Heather, et leur relation s’était tendue à cause de Lauren qui avait tendance à tout relâcher, ses peurs, sa colères, ses angoisses, sa tristesse sur sa pauvre amie qui ne comprenait rien à son comportement changée, mais qui au fond, était habituée à son lunatisme aiguë.

Voyant qu’Adrian ne semblait pas décider à partir, elle soupira franchement, attrapa son sac, et se releva, lui faisant face à présent et l’observant de haut, pour une fois que ce n’était pas le contraire. Le poing posé sur sa hanche, elle le regarda d’un air mauvais, et finit par dire :

- Vas y…Je pars dans dix secondes, tu peux me dire tout ce que tu veux pour te défouler, histoire d’évacuer pour la semaine afin que tu ne viennes plus m’enquiquiner.

C’était de la provocation pure, elle était là, l’autorisant à tout lui dire. S’il le faisait, elle savait qu’il ne viendrait plus l’embêter avant un bon bout de temps, et cela serait la meilleure des choses dans son monde si tragique qui trouverait un peu de soleil.
Tapotant nerveusement son pied contre le gravillon, elle arqua les sourcils et souffla.


- Allons allons n’ai pas peur, te dégonflerais tu ?
En faite si…Elle avait besoin elle, de se défouler sur quelqu’un, d’évacuer sa colère sur quelqu’un et Heather ne suffisait pas car elle était tout simplement qu’une fille. Un homme et de surcroît le frère jumeau de celui qui la mettait à présent dans un état pas possible, était la meilleure personne au monde pour pouvoir régler ses problèmes d’émotions débordantes.

_________________

BIRDIE;IFAKE @LJ.
***

I ♥ JOHN MAYER
AGENT SPECIAL DU WOOHP
A BAS LA REFLEXION, VIVE LES TOPICS CONS !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paweke-art.livejournal.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Be Alone...Ugh ?! [R.]   Jeu 29 Nov - 19:38

Pivotant sur le côté, disposant ses jambes sur le bois du banc, face à lui, genoux pliés, il fut contraint de faire face à la lassitude de cette jeune femme. Elle en était presque touchante peut-être parce qu’elle était touchée, blessée et prise à une étrange remise en question. D’aussi loin qu’il la connaisse, il ne se souvenait pas l’avoir une seule fois réellement blessée…ni même lui avoir fait de la peine d’ailleurs. Bien sûr, il l’énervait au plus au point, l’agaçait, la poussait à bout, heureux de la voir en colère mais jamais il n’avait eu l’impression de lui faire de la peine. Elle n’allait vraiment pas bien, c’était un fait, elle croulait sous ses sarcasme alors qu’en d’autres temps plus glorieux, elle lui aurait rendu la pareille.

La fixant de son œil foncé s’asseoir en tailleur tout en ôtant comme s’il s’agissait d’un tic les pluches disgracieuse de ses vêtements… avant de lui lancer que s’il avait des amis, peut-être que sa compagnie leur plairait plus qu’à elle. Tant de railleries lui traversaient l’esprit qu’il se demandait laquelle il allait lui lancer…qu’il pouvait lui procurer une corde ? que ce serait plus rapide ? Pourtant, il n’en fit rien….silencieux, il cherchait à savoir si elle était sérieuse ou pas….Avait-il déjà eu envie de mourir lui ? Avait-il déjà souhaité qu’on lui enlève sa vie trop lourde de peines ? Peut-être oui, comme tout le monde sans doute…Pourquoi ? Il s’en souvenait parfaitement, il se souvenait même de son prénom, de chaque traits de son visage… :Elsa. Il fut alors convaincu que pour être si triste et maussade, son cœur s’était ou était en train de se briser dans un craquement sourd mais paradoxalement insupportable. Sa vie ne tournait pas autour d’Heather et son frère…


*Tiens donc, comme c’est étrange* songea-t-il arquant un sourcil comme s’il ne la croyait pas..

« C’est la dernière nouvelle du jour celle-la… ta vie ne tourne pas autour de mon frère et sa petite copine…ou sa meilleure amie…comme tu voudras, de toute façon, ce n’est que foutaise tout ça… l’amitié entre une fille et un garçon, ca n’existe pas vraiment…il y en a toujours un qui aimera l’autre, indéfiniment….et qui se détruira…inlassablement, préférant être à ses côtés plutôt que loin d’elle….jusqu’au jour où… »

La fin de cette phrase avait été ponctuée par l’effacement du sourire, un baissement de la tête….Ce n’était plus vraiment à elle qu’il parlait et se reprit bien vite…

« Enfin, je m’éloigne du sujet…C’est ce que tu as compris pour prétendre que ta vie ne tourne plus autour d’eux….Tu m’épates ma chère, je ne te savais pas capable de prendre de tant de lucidité…Comprendre que tu es de trop et que tu n’as pas ta place de ce duo explosif, je suis impressionné vraiment… »

Le ton de sa voix mêlait le cynisme et l’ironie, bien qu’il pensait une bonne partie des mots qu’il prononçait…Disons que présenter avec plus de douceur, cela était plus flagrant, à moins que ses théories soient bien plus que cela et qu’elle retrouve réconfort ou vérité dans ses mots. Trop bien sur son banc, il ne le quitterait pas. IL fut presque déçu de constater qu’elle ferait pour lui, qu’elle lui fuirait…Il n’en avait pas envie, les choses devenaient intéressantes bien qu’inhabituelle. Le poing sur les hanches, tapant du pied, elle l’invitait à lui cracher toutes les horreurs qu’il souhaitait, qu’il la laisse tranquille une fois de plus….Et il ne dit rien… Elle le provoqua….et il en conclut qu’elle n’avait pas envie de partir….que dans le fond, sa présence lui seyait bien….

« Laisse moi rire Lauren, s’il te plait, c’est qui toi te dégonfle, tu n’es toujours pas partie…..et tu sais pourquoi ? parce que tu meurs d’envie de vider ton sac une bonne fois pour toute….Tu en as gros sur le cœur et il suffit de t’écouter pour le comprendre…Arrête de me prendre pour un imbécile…Tu en as trop dit…Rassieds-toi… »

Ces derniers mots, ce n’était pas un ordre….il les avait même prononcé avec douceur….une douceur qui ne lui ressemblait pas…mais si son ressenti était fondé, personne mieux que lui ne pouvait comprendre ses envies de solitude et sa colère.
Revenir en haut Aller en bas
Lauren Baxter
Admin | Aubergine brune champagnisée


Nombre de messages : 1260
Age : 26
Nationalité : British
Crazy for : Job & coffee
AmstelMood : So busy
Date d'inscription : 12/11/2007

MacBook
Job: Assistant at Hermès
To-Do List:

MessageSujet: Re: Be Alone...Ugh ?! [R.]   Dim 2 Déc - 18:19

Ne bougeant pas d’un cil, les bras croisés sur sa poitrine, Lauren restait de marbre, regardant Adrian avec un mélange de haine, et d’interrogation. Au fil de la conversation, elle ne réagit pas, ses sourcils se fronçant toujours un peu plus. Elle attendit patiemment qu’il ait finis de parler et laisser un long silence se poser entre eux. Le vent souffla, il s’engouffra dans ses cheveux bouclés, le temps sembla s’arrêter. Les secondes défilèrent, Lauren se taisait. Son regard noir perçant, énigmatique et pourtant si clair, si explicite. Ce regard si fort qui imposait la crainte et le respect. Le regard de son père. Elle releva son menton, reprenant confiance en elle.

- Je ne comprends pas un traître mot de ce que tu dis. Si tu pouvais éviter de parler par image et dire clairement ce que tu sous-entends tu nous ferais gagner un temps précieux.

Là encore, aucune marque ne signa son visage d’une émotion palpable. Elle semblait déterminée et prête à tout. Tous ces sous-entendus devenaient extrêmement lassants, et peu clair, et cela énervait Lauren au plus au point. Elle considérait ces phrases telle que : « de mon frère et sa petite copine…ou sa meilleure amie… » Comme des sortes de pics ironiques. Elle était franchement énervée. Il avait raison. Elle en avait gros sur le cœur, mais ce n’était pas lui qui la ferait pliée. Ah ça non. Elle avait sa fierté. Oui elle était devenue une femme blessée, mais non elle ne se confierait pas à cette ordure qui la ridiculisait et la rabaissait.

Elle se rapprocha de lui et attrapa violement le col de sa veste dans sa main. La voix tremblante, et les larmes aux yeux, elle balbutia avec difficultés :

- Ne parle plus jamais de ce que je peux avoir sur le cœur. Tu ne sais rien de moi et je t’interdis de me juger.

Elle le repoussa en arrière, recula lentement la respiration haletante, et secouant légèrement la tête.
- Arrête de jouer aux gentils…Ca ne te vas pas du tout. Cracha-t-elle enfin.
Elle se rapprocha, attrapa violement son sac tombé au sol, le remit avec rage sur son épaule et jetant un dernier regard noir et assassin à Adrian, elle fit volte-face et partit en direction des bâtiments scolaires de l’ISP. Depuis tout ce temps où elle contenait sa colère, elle était enfin sortit, ou du moins en partie. Les provocations incessantes d’Adrian avaient réussi à la mettre hors d’elle et elle sentit au fond, comme une espèce de poids en moins.

C’était sa façon de parler incessante de Sebastian, de Heather, et d’elle…Il l’avait cherché, il l’avait trouvé. Elle s’en foutait pas mal de savoir s’il faisait ça par pure méchanceté, ayant une haine inconsidérée pour elle ou pour ses amis, ou une jalousie profonde, elle n’en savait rien, et ce n’était pas en se plongeant dans la psychologie de Adrian qu’elle s’en soucierait plus. Là, c’en était trop. Elle voulait craquer, se venger sur quelqu’un, et elle venait de le faire …

_________________

BIRDIE;IFAKE @LJ.
***

I ♥ JOHN MAYER
AGENT SPECIAL DU WOOHP
A BAS LA REFLEXION, VIVE LES TOPICS CONS !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paweke-art.livejournal.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Be Alone...Ugh ?! [R.]   Mer 5 Déc - 1:51

[j'espère que tu vas aimer la réponse... Embarassed Embarassed ]

La regardant, lui faire face, les bras croisés et le regard aussi noir que le sien, il aurait voulu rire, rire comme il savait si bien le faire pour bafouer l’honneur d’une victime de ses quolibets et pourtant, il n’y parvenait pas… Sa voix restait étouffée dans le fond de sa gorge. Dans le fond, il était navré pour elle. Elle se berçait d’illusions sur un hypothétique avenir avec son frère et pourtant, elle avait tout pour plaire….du moins à Sebastian. Il avait terminé son monologue et une fois de plus, bien qu’il ne put l’exprimer, il eut envie de sourire lorsque le menton relevé, elle semblait prête à affronter le diable en personne :

« Inutile…tu sais de quoi je parle, au fond de toi tu le sais, tu t’es juste mis des œillères c’est tout… » avait-il répondu d’une voix monocorde, presque dénuée d’expression. Rien de méprisant, aucune raillerie, aucun sarcasme.

Se pourrait-il qu’elle aime son frère ?
Se pourrait-il qu’elle l’aime assez que pour se sentir offusquée qu’on parle de son cœur ?
Se pourrait-il qu’elle soit assez choquée que pour s’acharner sur son col ?
Se pourrait-il pourtant qu’il ne voit dans le fond de ses yeux que de l’affliction pour la situation mais aucun mépris à son égard ?
Se pourrait-il qu’aujourd’hui, il lui ait servi plutôt que le contraire ?

Il ne cilla pas un seul instant, il se contenta juste de lui chuchoter, alors qu’elle était encore si près de lui :


« Ou as-tu vu que je te jugeais ? »

C’est elle qui jugeait…elle se fiait aux « on dit » mais ne savait absolument rien de sa vie et de son passé…absolument rien de ces peines de cœur. Elle le voyait comme le méchant de l’histoire mais il n’était qu’un être humain. Certes, il était fier, fat, vil et fallacieux mais il n’était pas pour autant dénué de sentiment.
Il l’observa ramasser ses affaires, prête à partir mais il prit la peine de lui répondre :


« C’est toi qui juge… Tu te fies à ce que tu entends, à ce que tu crois et tu ne vois pas ce qui se passe devant toi….tu ne sais rien de moi….rien que l’image que je cherche à te montrer…tout comme toi d’ailleurs, tu joues les fortes de tête et tu as des larmes pleins les yeux…. »

Elle s’éloigna, mais il ne l’entendait pas de cette oreille. Elle avait encore des tas de choses à lui dire, des tas de reproches à lui faire, elle n’était pas vidée de toute colère envers Dieu seul sait qui. C’est bête à dire, venant de lui, mais alors qu’il ne la ratait pas en parole, qu’il ne l’épargnerait jamais en blague de mauvais genre, il se sentait coupable…presque certain qu’elle n’était pas d’humeur à supporter ses remarques précédentes. Il n’avait jamais voulu la faire pleurer, peu importe qu’il n’en soit pas responsable. Il la pensait plus forte que cela, plus forte que quelques mots lancés par un mec qu’elle méprisait sans doute presqu’autant que le Diable ;
Il se leva et la suivit.
Sans trop savoir pour quelle raison, il attrapa son poignet, qu’elle se retourne, qu’elle se trouve face à lui et il lui vola un baiser…sachant pertinemment qu’elle le repousserait, qu’elle le giflerait même mais n’était-ce pas la meilleure façon pour elle d’exulter sa colère ?
S’en prendre à lui, c’était tellement facile…tellement plus facile que balancer à la figure des véritables responsables tout ce qu’elle souffre.
Revenir en haut Aller en bas
Lauren Baxter
Admin | Aubergine brune champagnisée


Nombre de messages : 1260
Age : 26
Nationalité : British
Crazy for : Job & coffee
AmstelMood : So busy
Date d'inscription : 12/11/2007

MacBook
Job: Assistant at Hermès
To-Do List:

MessageSujet: Re: Be Alone...Ugh ?! [R.]   Ven 7 Déc - 18:47

Elle ne jugea même pas nécessaire de répondre à ses réflexions qui étaient, en plus de ça, absolument vrais. Elle ne savait pas du tout à quoi il jouait. S’il faisait par pure plaisir d’être le pire des salaud, ou s’il le faisait au contraire car il connaissait vraisemblablement la vérité, et pour pousser Lauren a se déchargé sur lui car il avait de la peine…non, pitié pour elle. Lui tournant alors le dos, elle sentit sa gorge la piqué, ses yeux se brouillées et ses jambes fléchir. Son cœur accélérait, mais ses pas étaient lents et calme. Il continuait ne lui parlait plus. Il s’était arrêté. Elle ne chercha même pas une seule seconde à s’arrêter, à se retourner et à voir s’il partait dans une direction opposée ou que sais je. Sa gorge se serra toujours plus, mais soudain, sa respiration se bloqua. Quelque chose la retenait par le poignet, et la tira d’un coup, si précipitamment, qu’elle se retourna d’un coup. Elle ne comprit que quelques secondes trop tard ce qu’il venait de se passer. Combien de secondes ses lèvres rencontrèrent celle de cet homme qu’elle avait toujours détester. Quelle ironie direz vous non ? Lauren Baxter ne peut pas avoir celui qu’elle aime, mais celui qu’elle hait par-dessus tout. Shakespeare aurait tellement aimé pouvoir être là.

D’un coup, la réalité la frappa comme un éclair qui s’abat alors dans l’obscurité, et Lauren s’écarta violement. Le souffle haletant, elle resta interdite un long moment, regardant Adrian mi-effrayée mi-étonnée. Elle ne comprenait plus rien, et même si elle savait que se geste cachait tout sauf de l’amour, elle s’estomaqua rien qu’à l’idée de ce qu’il venait de se produire. Elle fit un pas nonchalant alors vers l’avant, et sentit sa main se soulever. Alors quoi elle allait lui aussi le gifler ? Elle avait bien que ça ne résoudrait absolument rien et que même ça ne faisait qu’empirer les choses.

Sa main se posa donc finalement sur l’épaule d’Adrian, et dans un élan soudain, incontrôlé, elle l’agrippa de toutes ses forces dans ses bras et le serrant contre elle, sentit les larmes enfin sortir. La tête appuyée contre son épaule, elle comprenait petit à petit pourquoi elle faisait ça. Parce qu’il avait été le seul à lui parler franchement, à lui dire qu’elle pouvait craquer, à lui dire implicitement que ce n’était au fond pas de sa faute. Les larmes s’écoulant avec intensité, elle pleurait comme elle avait toujours essayé de pleurer pour se vider une bonne fois pour toute de cette tristesse qui la submergeait depuis des jours entiers.

Debout au milieu de l’allée, les deux jeunes personnes qui se disputaient et se hurlaient dessus depuis des mois, se détestaient, se méprisaient, ne faisait plus qu’un dans un brouillard opaque et froid. Jamais elle ne pourrait remercier Adrian de lui avoir permis de se libérer enfin. Et même s’il s’amusait à la taquiner dans le futurs sur ce qui se passait en ce moment même, elle s’en fichait complètement pour l’instant…
Son débit de larmes ralentis, sa gorge était enflammée et son sang tambourinait contre ses tempes. Mais elle resta encore, tentant de reprendre une respiration normale après ce torrent de tristesse. Elle ferma un long instant les yeux, et comprit qu’à présent plus rien n’aurait vraiment d’importance, puisque tout était finis. Elle avait oublié, tiré une croix, déchiré et jeté ses souvenirs les plus douloureux. Lauren était enfin libre, son cœur se mit alors à battre violement, comme s’il venait de se libérer de lourdes chaînes qui le tenaient prisonnier.
Toujours appuyée contre son épaule, dans un souffle à peine perceptible, tel un petit bruissement léger, Lauren murmura :

- Merci.
Et ce fut tout. Il n’y avait rien d’autres à dire, tout était passé dans les gestes. C’était finis, grâce à la personne dont elle n’aurait jamais pensé à avoir une once de soutient. Les gens sont comme le temps…Ils changent.

_________________

BIRDIE;IFAKE @LJ.
***

I ♥ JOHN MAYER
AGENT SPECIAL DU WOOHP
A BAS LA REFLEXION, VIVE LES TOPICS CONS !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paweke-art.livejournal.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Be Alone...Ugh ?! [R.]   Lun 10 Déc - 23:31

Si une âme charitable lui avait posé la question suivante : « Pourquoi avoir agi ainsi ? », il aurait été incapable de répondre et se serait donc tu. Si cette même âme s’était voulue plus insistante, alors il aurait expliqué que le baiser d’une personne que l’on méprise est sans souvent plus radicale qu’une bonne gifle, qu’elle avait besoin qu’on lui remette les idées au clair….Il n’avait d’autres explications. Elle lui avait semblé sans vie, elle avait abandonné la partie mais lorsque Adrian jouait, il préférait les batailles durement menée qu’au victoire par forfait de l’adversaire. Il ne voulait pas la forcer à se confier si elle n’en avait pas envie…il se doutait, il avait vu….Il partageait la même chambre que son frère, inutile de vous dire qu’il est des détails qui ne passent pas inaperçus. Il était de ses hommes qui observent et retiennent. Il fallait qu’elle se vide de toute colère si elle voulait avoir l’esprit clair…l’esprit clair pour obtenir ce qu’elle voulait, pour mettre toutes les chances de son côté pour mener sa vie comme elle l’entend.

Pourquoi tant de sollicitude envers cette fille, cette fille qui ne lui inspirait pas grand chose. Elle ne lui était pas totalement indifférente, puisqu’il passait son temps à l’houspiller sans cesse mais c’était bien le seul sentiment qu’il avait pour elle. D’aussi loin qu’il ne se souvienne, il n’avait jamais aimé voir une fille pleurer ou sur le point de le faire. Non ! Il détestait être le témoin de leur yeux s’embuant et de leur voix se brisant. Elle l’avait touché, ému à sa façon, comme Elsa il fut un temps, comme toute ses filles dont il brisait le cœur. Ce phénomène pouvait suffire à faire de lui un maladroit jeune homme ne sachant comment s’y prendre pour rassurer, que dire pour consoler.

Lorsqu’elle libéra ses lèvres des siennes, d’un geste vif, Adrian se raidit, s’attendant à parer toute gifle qu’elle pourrait légitimement lui administrer. Il ne la quittait pas des yeux, cherchant à prévenir tout geste malencontreux. Elle était hébétée, sous le choc, surprise mais elle s’avançant, incitant le jeune italien à se préparer davantage à toute agression. Sa main se leva, c’est vrai, mais contre toute attente, elle la posa sur l’épaule de son « bourreau », l’attirant vers elle pour se cacher dans ses bras. Interdit, il ne sut trop que faire et les bras pendants quelques instants…..quelques instants qui lui suffirent pour comprendre qu’elle venait d’éclater en sanglot, cachée dans son épaule….il posa l’une de ses mains derrière la tête de la jeune femme et l’autre de son dos. La où bien d’autres lui auraient conseillé de cesser de pleurer, que cela n’en valait pas la peine, il fit tout le contraire. Ne parlant pas trop fort pour ne pas la troubler dans cette élan de sincérité, il chuchota en lui posant un baiser aussi léger qu’un papillon dans ses cheveux :

« Pleure seulement… Tu t’en sentiras mieux…. »

Et il en savait quelque chose. Il avait toujours été incapable de se laisser aller à pleurer, contenant tout ce qui lui faisait mal dans le fond de sa gorge, jusqu’à ce qu’elle lui brûle. Il n’oublierait jamais les heures qu’il avait passé à nager, pour noyer ses larmes et ses problèmes. Les yeux rouges ? C’était le chlore…rien d’autres mais lui savait, il savait comme il se sentait vidé après cela….et la vie reprenait son cours.

Il ne sut combien de temps ils s’offrirent ce spectacle insolite au décor les entourant, et cela lui était égal. Sentant qu’elle se calmait petit à petit, il desserra quelque peut son étreinte, sans pour autant la laisser s’échapper tant qu’elle ne le désirait pas. Elle laissa échapper un simple mot de reconnaissance, sans avoir réellement bougé. Il sourit doucement, touché par la scène.

« Tu es bien la première à pleurer parce que je l’embrasse….Je m’en souviendrai, merci beaucoup … » lança-t-il avec une mine faussement vexé. Il la taquinait bien sûr, mais ce n’était nullement l’une de ses ces boutades désagréables comme elle avait l’habitude d’entendre. Juste une petite taquinerie dans le but de la faire sourire légèrement.

« Regarde moi que je vois comme tu perds tout ton charme les yeux gonflés et tout rouges…." lui dit-il en relevant délicatement le visage de la jeune fille qu’il puisse contempler ce qu’il préférait chez toutes les femmes : leur fragilité.

« Même pas….j’arriverais presque à te trouver jolie….tu es désespérante.. » continua-t-il en essuyant une larme un peu tardive… « Ecoute… On va garder tout ça pour nous d’accord ? Ou je te préviens, je te fais vivre un enfer….Je tiens à ma réputation ma chère….il faut du temps pour en bâtir une pareille tu sais…. »

C’était sa façon de la rassurer. Non, il ne s’en servirait pas contre elle et Non, il ne chercherait pas à le lui rappeler. Quel est donc l’intérêt de renverser un antagoniste lorsqu’il a le dos tourné ? Il n’était pas amis….ils viennent simplement de vivre un moment d’amitié..
Revenir en haut Aller en bas
Lauren Baxter
Admin | Aubergine brune champagnisée


Nombre de messages : 1260
Age : 26
Nationalité : British
Crazy for : Job & coffee
AmstelMood : So busy
Date d'inscription : 12/11/2007

MacBook
Job: Assistant at Hermès
To-Do List:

MessageSujet: Re: Be Alone...Ugh ?! [R.]   Mar 11 Déc - 19:00

Doucement, Lauren commença reprendre une respiration normal, sentant les bras de son…ami ? Après tout comment appeler celui qui vous soutient et qui devient l’épaule –littéralement – sur laquelle vous pleurez ? Un ami ? Pour l’instant, elle ne le considérait pas du tout, il était à ce moment précis, ni un ennemi, ni un ami. Ses paroles la ressuèrent, la plongeant dans un apaisement qu’elle avait tant espéré avoir depuis ces quelques derniers jours. Ca la rassura totalement, et elle comprit qu’elle avait finis de vider son sac.
S’écartant enfin des bras d’Adrian, Lauren essuya les larmes qui perlaient aux bords de ses yeux du bout de ses doigts en souriant à sa plaisanterie. Elle hocha la tête en souriant mais ne répondit rien. C’est vrai que c’était bizarre en faite. Il l’avait embrassé. Elle redressa la tête, secoua lentement ses mèches brunes pour les dégagées de son visage embué par les larmes.

Elle se tut lorsqu’il parla et lorsqu’il termina, elle continua d’hocher la tête en signe d’approbation, le remerciant d’un regard franc et jovial et d’un sourire enjoué.

- Ne t’en fais ça restera entre nous. Et puis c’est marrant de savoir qu’au fond tu es un gros nounours…
Elle marqua un temps, le sourire marquant son visage s’estompant lentement. Est-ce que cela changerait leur relation ? Lauren ne savait pas si elle devait trouver ça chouette ou pas. Elle prit une profonde inspiration, son regard balayant alors les environs brumeux et se reportant enfin sur Adrian. Elle sourit, et baissa la tête, regardant ses chaussures et entremêlant ses doigts.
-Ecoute je…Au fond je voudrais pas que notre…enfin…relation change. On a besoin de l’un et de l’autre pour se délester de toute notre colère et je trouve que…ça ne devrait pas changer. Et puis je me sens plus proche de toi dans ces situations…On sait tout les deux au fond qu’on est des gens bien, mais …

Elle ne savait pas du tout ce qu’elle voulait dire, avait du mal à s’exprimer, reprenant sans cesse sa respiration après l’effort qu’elle avait eu de pleurer, et tout semblait s’embrouiller. Bien sûr que leur relation ne serait plus vraiment la même, et Lauren ne savait pas du tout ce qu’elle préférait.
- On ne devrait pas changer. Lâcha-t-elle enfin.

Elle tendit sa main vers lui, lui serra la main en ricanant de la situation. Elle la lâcha, attrapa son sac qu’elle reposa sur son épaule et s’avança pour regagner le bâtiment. Elle hésita un instant, s’arrêta de nouveau, et revint sur ses pas pour déposer un léger baiser sur la joue froide du jeune italien. Elle sourit, hocha d’un franc signe de la tête et souffla :

- Encore merci pour tout.

Elle tapota sur son bras et s’en retourna vers le chemin, ses chaussures claquant sur les gravillons gelés de l’allée. Elle regarda le ciel : les nuages devenaient grisonnant et épais, le vent soufflait, le brouillard s’épaississait…La neige allait tomber. Elle sourit, et baissa sa tête de nouveau, s’enfonçant dans le froid pour regagner le bâtiment. Peut être que tout irait mieux pour Noël en fin de compte…

[FIN DU TOPIC]

_________________

BIRDIE;IFAKE @LJ.
***

I ♥ JOHN MAYER
AGENT SPECIAL DU WOOHP
A BAS LA REFLEXION, VIVE LES TOPICS CONS !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paweke-art.livejournal.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Be Alone...Ugh ?! [R.]   Aujourd'hui à 11:09

Revenir en haut Aller en bas
 
Be Alone...Ugh ?! [R.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crazy in Amsterdam :: Five years ago... :: ... our lives happened :: International School Of Politics-
Sauter vers: