AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fabrizio Cominotti

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fabrizio Cominotti
° Why be such a monster ?


Nombre de messages : 1544
Age : 27
Nationalité : Sicilienne xD
Crazy for : Life, simply
AmstelMood : Happy
Date d'inscription : 14/12/2007

MacBook
Job: Enseignant
To-Do List:

MessageSujet: Fabrizio Cominotti   Ven 14 Déc - 23:30

• Identité :

Nom : Cominotti
Prénom(s) : Fabrizio
Surnom(s) : Fabrizio n'a qu'un seul surnom - Minotti - qui est en fait l'aphérèse de son nom de famille. Enfant, il faisait tellement de bêtises que les habitants de sa bourgade - exténués de répéter sans arrêt son prénom et son nom - ont décidé de réduire le tout en l'appelant ainsi.
Âge : 20 ans
Date de naissance : Un 10 mars particulièrement ensoleillé
Lieu de naissance : Dans un petit village près de Cefalù, au nord de la Sicile
Nationalité : Italienne en soi, même s'il aime à rappeler qu'il est Sicilien avant tout

• Scolarité :

Année d'étude : Troisième Année
Note à l'examen d'entrée : A son plus grand étonnement : 80/100. Ce fut un véritable désastre pour ses proches. Depuis toujours, il se prend pour un surhomme alors son entrée à l'ISP n'a fait que le conforter dans son orgueil.
Langues : Le Russe pour le fun. Le Français, parce qu'il apprécie énormément la gastronomie de ce pays. Même les habitantes y sont délicieuses. Enfin, l'Italien parce que c'est sa langue natale et que ça peut lui rapporter des points. Oui, Fabrizio aime mêler l'utile à l'agréable.
Options : Comme il se passionne pour la mythologie, il a tout naturellement choisi le Grec. En revanche, il a préféré le Dessin au Latin. Il parait que les modèles sont nues dès la troisième année.
Sport : Le sport étant l'un de ses domaines fétiches, il a choisi d'en pratiquer plusieurs : le baseball - son favori - le football et la natation.

• Psychologie :

Traits de caractère :
Cerner la personnalité de Fabrizio est loin d’être un jeu d’enfant. C’est tout un paradoxe souvent bien difficile à déchiffrer - voire à supporter - car on ne sait jamais sur quel pied danser en sa compagnie. Le jeune homme est, en effet, très lunatique. Il change d'avis comme de chemises et veut toujours tout et son contraire. Pour accepter de partager un bout de chemin avec lui, il faut vraiment être courageux et tenir le distance. Oui car Fabrizio n'est pas seulement un déconneur, un chieur, un taquin, non il est aussi très imprévisible. Il adore oser, voire même surprendre. Il bafoue les conventions haut la main parce que l’aventure a beaucoup plus de valeur que la routine à ses yeux. Alors bien sur, on le dit souvent insouciant et c’est en parti vrai, bien que les gens oublient souvent que c’est aussi un jeune homme très observateur et rusé. A vrai dire, tout l'ISP le prend pour un demeuré alors qu'en réalité, il est très intelligent. Il préfère simplement passer pour un débile car c'est un moyen comme un autre pour protéger sa vraie personnalité. Il s'est forgé une carapace depuis le décès de sa mère comme si sa bêtise apparente pouvait empêcher les gens de s'attacher à lui, et par conséquent l'empêcher lui aussi de s'attacher aux autres. On le dit souvent redoutable et même méchant, disons simplement qu'il est franc et observateur. Du coup, il a cette manie de toujours dire haut et fort ce que tout le monde pensent tout bas, quitte à blesser son interlocuteur du moment. Fabrizio s'assume donc complètement, tant mentalement que physiquement. Il a même tendance à avoir un égo surdimensionné. Le paradoxe c’est qu’étrangement, il se remet perpetuellement en question. Ce contraste fait de lui un jeune homme très instable, voire torturé de l’intérieur. Il est souvent en proie aux doutes et aux hésitations, oscillant entre une fierté démesurée et un manque de confiance total. Heureusement pour lui, il est de nature plutôt impassible ce qui fait que ses émotions restent souvent secrètes. Du moins, il s'efforce de les dissimuler. Réputé pour être l'incarnation même du Casanova, il ne se lasse pas de la gente féminine et, où qu'il soit, il veille toujours à être bien entouré. Il se fiche éperdument de ce que les autres appellent l'amour. Lui n'y voit là qu'un jeu. Il refuse d'ailleurs de demeurer plus d'un mois avec la même fille si bien que jamais personne - de l'ISP en tout cas - n'a pu percer les mystères de sa personne. Il n’y a qu’une seule chose qui peut métamorphoser ce coeur de pierre, à vous de trouver quoi.
Manies :
Outre les manies masculines habituelles comme se passer la main dans les cheveux ou mordiller légèrement sa lèvre inférieure, Fabrizio est quelqu'un de très tactile. Ne vous étonnez donc pas si vous le voyez 'caresser' le comptoir d‘un bar, ou encore effleurer l'écorce d'un arbre, palper le sable, ainsi de suite. C'est une manie chez lui : ce genre de contacts s'avère d'autant plus importants qu'ils sont une preuve de sa volonté de se sentir exister ou en tout cas de bien rester les deux pieds sur terre. Vous le verrez aussi très souvent adopter volontairement - juste par ironie ou pour délirer - l'expression de visage d'un 'gaga', vous savez, avec cette expression débile et ce sourire figé ? Autrement, il met souvent les mains dans ses poches : pas par nonchalance, juste parce que c'est une vieille habitude dont il n'arrive pas à se séparer. Enfin, s'il est loin d'être maniaque, il peut s'avérer très exigeant sur certains petits détails qui pour vous - citoyens honnêtes, humbles et intelligents - seront totalement déjantés. Un exemple ? Ne jamais lui présenter un verre de jus d'oranges artificiel, c'est un pur blasphème, et vous risquez de vous le prendre dans la figure.

• Apparence :

Allure générale :
A première vue, Fabrizio n’a rien d’exceptionnel ou, tout du moins rien, qui fasse de lui quelqu’un de différent du reste des mâles peuplant cette Terre. Néanmoins, il a la chance d’incarner le type « mannequin », ce qui l’empêche de se fondre dans la masse. Il illumine n'importe quelle pièce car il est pourvu d’un charme littéralement ensorcelant. Grand, plutôt muslé, il s’impose toujours comme le meneur du groupe. Son charisme est donc un réel atout. Partout où il passe, les gens ne peuvent pas l’oublier. Lui et sa démarche branchée. Lui et son sourire franc capable de concurrencer n’importe quelle pub Freedent. Lui et ses cheveux châtains foncés, toujours sauvages - décoiffés en gros. En fait, Fabrizio incarne en quelque sorte une sorte d’idéal perdu, une sorte de Rimbaud des temps modernes. Un peu bohème et surtout très farfelu, il sait faire de son physique un plus. Ses yeux couleur chocolat remportent souvent un franc succès et bien entendu, monsieur est loin de s’en plaindre. Au contraire, il aime jouer avec son regard de braise, ainsi qu’avec sa bouche qu’on pourrait presque qualifier de pulpeuse. Il prend aussi extrêmement soin de ses mains qui sont toujours - on ne sait pour quelles raisons - très douces. En un mot, notre Italien est un beau jeune homme, ce qu'il sait parfaitement. Il a confiance en lui et en son charme, en cette petite étincelle qui ne quitte jamais son regard. Elle est en vous. Mieux, c’est-ce que l’on retient de vous. Et généralement, on ne retient que du bien de Minotti.
Style vestimentaire :
Le jeune homme n'a pas vraiment de style à proprement parler. Disons plutôt qu'il s'habille selon son humeur du jour. En règle général, il arbore des vêtements très décontractés ce qui renforce son air inflexible. Il porte plutôt des jeans ou des pantalons larges, mais attention, cela reste toujours très simple. Les couleurs sont souvent sobres, sauf pour les T-shirt où là il s’amuse souvent à porter du vert, du rouge, du jaune, bref des couleurs un peu moins fades. De plus, il aime beaucoup les pulls à capuche, ou encore les T-shirt à l'effigie de ses groupes favoris puisqu'ils lui confèrent un petit air de bad boy qui ne laisse jamais indifférent la gente féminine. Il n'est jamais très soigné - sauf pour les grandes occasions - parce qu'il considère qu'il n'a pas besoin d'être bien habillé pour plaire. Les fringues de marques sont, pour lui, réservés aux faibles, aux moches. Du coup, les gens se trompent lorsqu'ils pensent qu'il s'habille de manière très élaborée tant il mélange vêtements, textures et accessoires à sa guise. On ne peut jamais prévoir ses fantaisies. En fait, son allure dépend surtout des circonstances, mais aussi des personnes qui l'accompagnent. A noter toutefois - si jamais vous êtes en panne d'inspiration pour Noël - il adore les bonnets !

• Autres :

Film préféré : Robin Hood : Prince of the Thieves
Livre préféré : Playboy assurément ! Dans un tout autre registre, il adore les Mémoires d'Hadrien de Marguerite Yourcenar mais personne n'est au courant. Certains doutent même de sa capacité à savoir lire.
Idole : Sangoku de Dragon Ball Z

• Il adore les oranges pressés
• Ne lui parlez jamais de 'religion'. Depuis la mort de sa mère, il y est très hostile.
• Vous n’arriverez jamais à le coller sur l’Antiquité Grecque et Latine.
• Il ne se sépare jamais de la gourmette que lui a offert sa mère lorsqu’il avait 9 ans.
• Petit, il voulait être membre d’un boys band
• Il se lève toujours aux aurores
• Il garde souvent une barbe de deux ou trois jours. N’y voyez pas le moindre souci esthétique, il est simplement fainéant.
• Lorsqu’il parle à une fille, il est inutile de préciser qu’il drague : c’est un pléonasme.
• Sienna Miller est son idéal féminin Embarassed
• Statistiquement parlant, il a rafflé autant de 'rateaux' que de vraies petites copines, c'est à dire un seul.
• Il ne boit que de la vodka
• Il adore la pluie
• Il croit aux extraterrestres et voue un culte à tout ce qui vient de l'espace ou serait susceptible d'en provenir
• C'est un fan de BD et mangas en tout genre
• Il possède sur l'homoplate gauche un tatouage représentant le chiffre 2 de manière tribale. C'est simplement pour rappeler aux gens leur place dans la société. La deuxième !


Avatar : Ashton Kutcher
Fille ou garçon : Travestie Professionnelle
Comment avez-vous connu le forum ? Par pub' sur Bananou et Salvou' I love you
Commentaires : Euh... Surpriiiiiiseuh Embarassed


Dernière édition par le Dim 6 Jan - 11:30, édité 41 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabrizio Cominotti
° Why be such a monster ?


Nombre de messages : 1544
Age : 27
Nationalité : Sicilienne xD
Crazy for : Life, simply
AmstelMood : Happy
Date d'inscription : 14/12/2007

MacBook
Job: Enseignant
To-Do List:

MessageSujet: Re: Fabrizio Cominotti   Sam 15 Déc - 23:50

• Biographie :

Ascendance sociale :
Citation :
I know it's gonna take some time
I know he broke your heart in two
But for every lie you've ever heard
You can believe my every word
You make me shine just like the sun
You’re just the only one

Fabrizio baissa le volume de sa chaîne hi-fi et demeura un instant figé. Son cœur fredonnait les paroles de cette ritournelle comme si la mélodie ne l’avait jamais quitté. Il se dirigea alors vers son lit et s’empara d’une boîte amochée qu’il avait minutieusement dissimulé sous son matelas des années auparavant. Son regard se porta alors sur une photo blême représentant la famille Cominotti au complet. Ils semblaient tous heureux. Tu parles, que des conneries.

Son père - Ernesto - était un riche industriel Italien qui, de sa vie, n’avait fait qu’une seule chose : hériter. La société du doyen de la famille appartenait en effet aux Cominotti depuis des générations. Un soir, lors d’un dîner mondain, il avait aperçu Elsa Paucesca, la jolie brune que vous voyez sur cette photo. Il avait immédiatement su qu’elle serait sa femme. Et, à vrai dire, tout le monde en rêvait. En plus d’être un bon parti - elle était la fille d’Alberto Mesini, grand ambassadeur Italien - Elsa était d’une beauté incroyable. Lorsqu’elle se maria avec Ernesto, elle abandonna d’ailleurs sa carrière de mannequin pour se consacrer totalement à sa nouvelle vie, celle de femme au foyer.

En effet, Enzo - l’aîné - vint rapidement au monde. De nature très calme, il ne posa aucun souci aux Cominotti et incarna le fils idéal. Sage comme une image et ambitieux, c'était son père tout craché. Elsa insista pour avoir un deuxième enfant, espérant intimement que ce nouveau bambin hériterait à son tour des caractéristiques - intrépidité, insolence, enthousiasme - de sa mère. Son rêve fut exaucé avec Fabrizio. Regardez avec quelle lueur ses yeux observent son benjamin. Elle l’aimait plus qu’Enzo, plus que son mari, plus qu’elle-même. Le cœur de Fabrizio se serra et il laissa retomber la photo avant de ranger de nouveau la boîte, définitivement cette fois-ci.

C’était bien trop douloureux. Le sourire de son père était bien trop mensonger. Celui de son frère, hypocrite. Et le sien, bien trop évasif. Seule sa mère semblait incarner la pureté dans ce vil portrait de famille. Mais elle avait disparu tragiquement et avec elle s’était envolé le cœur de son fils. Lui aussi avait cessé de battre mais pas pour les mêmes raisons. Il refusait simplement de souffrir plus longuement. Il n'en avait plus la force.


Anecdote(s) de l'enfance :
Citation :
I'll make it different for us
Nothing but the best is left for us
Say one word
I disappear into thin air with this magic trick

Pour bon nombre de riverains, les Cominotti rimaient avec insolite voire même avec anormalité. Elsa et Ernesto n’avaient pour ainsi dire aucun point commun - si ce n’est la première lettre de leurs prénoms respectifs - si bien que tous s’étonnaient qu’un couple pourtant si incohérent parvienne tout de même à perdurer. Ernesto était réputé pour être un homme d’affaire redoutable, Elsa, une mère bien trop permissive. Et que dire de leurs enfants ? Là encore, la même incompatibilité subsistait. Enzo et Fabrizio incarnaient tout simplement le jour et la nuit. Ils n’avaient pas - mais alors pas du tout - les mêmes centres d’intérêt et, bien qu’aucune haine ne les anime, leurs discussions se limitaient bien souvent aux strictes marques de politesse. Et comme vous pouvez vous en douter, cette division familiale ne passait pas inaperçue. En effet, même lors de grands rassemblements conventionnels - les Cominotti se rendaient à la messe tous les dimanches - tous vaquaient quand même à leurs propres occupations ce qui - dans la perception Sicilienne de la famille - était inconcevable. Elsa gardait toujours un œil sur son benjamin, bien sur, mais elle papotait avec ses voisines au lieu de s‘afficher bras dessus bras dessous avec son mari. Ernesto d’ailleurs préférait discuter actualité. Enzo jouait sagement aux billes, et Fabrizio lui, comment dire... Fabrizio, lui, c’était une autre histoire.

« Minotti ! » hurla le Père Gabrielo, alors qu’il venait de surprendre l’enfant en plein délit. Bien qu’il soit haut comme trois pommes, Fabrizio se mettait toujours dans des situations toutes plus rocambolesques les unes que les autres. Ce matin là, il avait décidé de goûter à cette ‘chose ronde’ qui lui était pourtant interdite. Le petit chenapan avait réussi à se hisser sur l’autel et lorsqu’il entendit son nom résonner dans toute l’Eglise, il s’empressa de fourrer l’hostie dans sa bouche comme si cela pouvait lui assurer une quelconque protection. Quitte à être puni, autant arriver à ses fins.

« Sainte Marie, qu’avez-vous dont fait à ce pauvre enfant … » marmonna le prêtre dans sa barbe avant de reprendre sur un ton plus impétueux. « Vous ne vous arrêterez jamais ! Savez-vous au moins ce que vous venez d’avaler ? »

L’enfant lui fit signe que non.

« Le corps du Christ » conclut-il alors sur un ton volontairement solennel. A cet instant précis, Fabrizio déglutit difficilement - dans un 'glurps' mémorable - tout apeuré qu'il était parce qu’il venait d’entendre. Se pouvait-il qu’il ait réellement mangé un homme ? Le Christ, qui plus est. Le Père Gabrielo devina son affolement et ne put s’empêcher de rire. Minotti avait beau être un enfant turbulent, il n’en était pas moins attachant.

« Allez, allez » fit-il en l’attrapant par la taille avant de le déposer sur le sol. « Filez avant que quelqu’un d’autre ne vous surprenne »

« Mais mon Père, vous savez, c’est maman qui m’a dit d’y goûter » lança alors Fabrizio en guise de pseudo justification. C’était on ne peut plus naïf, mais pouvait-on lui reprocher ce trait de caractère ?

« Minotti ! » fit à nouveau le prêtre, le tout avec plus de condescendance que l'autre fois. « Croyez-vous vraiment que je ne devine pas vos mensonges ? » Il ajouta immédiatement. « Votre mère parle avec Monsieur Vellini depuis un bon quart d’heure déjà. De toute manière, elle a tellement d'autres soucis en tête qu'elle ne peut pas être à l'origine de vos sottises »

« Monsieur Vellini ? » répéta alors Fabrizio, intrigué. Pourquoi parlait-elle avec le médecin le plus réputé du village ?

« Ah, mon petit bonhomme. Tu es bien trop jeune pour … »

La porte de l’Eglise s’ouvrit subitement, Elsa venait de s’y engouffrer. Le sourire jusqu’aux oreilles, elle adressa un sourire au prêtre qui l’a salua et invita son fils à la rejoindre. C’est alors que le Père Gabrielo glissa à l’oreille du bambin une phrase inoubliable. Le genre de phrase qui marque une vie. Le genre d'une phrase que jamais plus on n'oublie.

« N’oubliez jamais que les autres doivent être votre priorité. Bientôt, vous comprendrez pourquoi je vous dis cela »


Dernière édition par le Lun 24 Déc - 20:08, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabrizio Cominotti
° Why be such a monster ?


Nombre de messages : 1544
Age : 27
Nationalité : Sicilienne xD
Crazy for : Life, simply
AmstelMood : Happy
Date d'inscription : 14/12/2007

MacBook
Job: Enseignant
To-Do List:

MessageSujet: Re: Fabrizio Cominotti   Mer 19 Déc - 13:35

Anecdote(s) de l'adolescence :
Citation :
Easy as a kiss we'll find an answer
Put all your fears back in the shade
Don't become a ghost without no colour
Cause you're the best paint life ever made

Le Vendredi soir dans la vie d’un adolescent. Synonymes ? Virées en boîte - déhanchements endiablés, alcool à gogo et rencontre avec le sexe opposé - cinéma - veillée devant le dernier film de Brad Pitt ou de Monica Bellucci, au choix selon vos tendances - bowling, billard ainsi de suite. En un mot, quoiqu’il arrive, ‘sortir’ demeure le mot d’ordre. Et, à vrai dire qui oserait végéter un soir pareil ? Personne, à part peut-être certains « cas » comme Fabrizio Cominotti. Oui car ce qu’il faut bien comprendre c’est que si aujourd’hui rater une soirée entre copains lui semble inimaginable, il y a quelques années de ça, c’était très différent. Tout était différent. Même lui. Sa vie sociale ne ressemblait pas encore au désert de Gobi - vaste mais stérile -, il était dans les premiers de la classe, et chose plus extraordinaire encore, il était amoureux.

Depuis l’hospitalisation de sa mère - et le départ de son père et de son frère - il avait appris à se débrouiller seul, mêlant plus ou moins parfaitement vie scolaire et petits boulots. Bien évidemment, son quotidien était on ne peut plus exténuant. Du coup, il profitait de son vendredi pour se reposer, se ressourcer avant que ses problèmes ne refassent surface, avant qu’une nouvelle semaine ne reprenne. Il n’avait que 16 ans et gérer tout ce dont il s’occupait n’était pas si évident. Le bruit de la sonnette le tira subitement de ses rêveries passagères. Il alla ouvrir la porte et, sans même avoir eu le temps de calculer qui se trouvait sur le seuil, une furie enragée, Luz Castelli de son vrai nom - aussi connue pour être sa première petite amie - le propulsa contre un mur avec une délicatesse comment dire… virile.


« Surpriiiiiise » hurla t-elle en sautillant sur place.

« Tu sais » fit alors Minotti en pinçant légèrement ses lèvres « Voir débarquer une fille chez moi, me faire plaquer puis embrasser par cette même fille, c’est déjà une très belle surprise… que, d’ailleurs, si tu veux mon avis, cette fille devrait songer à réitérer plus souv… »

« Minotti ! » le coupa-t-elle en prenant un air faussement agacé.

« Quoi ? »

« La ferme et écoute un peu ! Mes parents partent à Rome alors j’ai pensé que … » La jeune adolescente tira deux billets d’avion de sa poche et les secoua sous le nez de Fabrizio qui, rapidement, comprit où elle voulait en venir.

« Tu veux dire que… ? »

« Oui ! »

« Des vacances en amoureux ! Non ? Mais c’est génial ! »

« Le week-end seulement hein… » précisa-t-elle en lui tirant légèrement les oreilles. « Allez, prépare tes affaires » Elle le poussa vers les escaliers - sa chambre se trouvait à l’étage - et lui fit signe d’accélérer le mouvement.

« Quoi, quoi, quoi ? » s’étonna-t-il alors subitement alors qu’il venait de poser le pied sur la première marche.

« Notre avion part dans deux heures, on arrive sur Paris en début de soirée, j’ai tout prévu. Zen ! »

Fabrizio ne put alors s’empêcher de baisser les yeux. Aucun mot ne sortait de sa bouche.

« Ça ne va pas ? » fit-elle en utilisant la ceinture du jeune homme pour l’attirer vers elle comme si ce geste pouvait détendre l’atmosphère.

« Luz… »

« Ah non, ne me fais pas cette tête »

« Tu sais bien que… »

« Non ! J’en ai marre d’entendre toujours parler de ta mère ! » s’exclama-t-elle en lui coupant la parole. A chaque fois, c’était la même rengaine. Elle en venait même à douter de la véracité des excuses de Minotti.

« Mais … »

« Pas de mais ! Tu vas la voir à Palerme tous les week-end. Résultat : moi, je te vois jamais. En plus, je suis sure qu’elle sera ravie de voir que tu arrêtes de la materner. Tu as 16 ans, c’est pas à toi de la couver. Tu n’es pas son mari et tu n’y peux rien s’il vous a laissé quand il a appris sa malad… »

« Stop » fit-il en la poussant avant de s’éloigner volontairement des escaliers. Elle venait de le toucher en plein cœur. Il s’approcha du divan, posa une main dessus comme si son propre poids était devenu trop lourd - en réalité seule son émotion intérieure le dévorait - et il ajouta en restant dos à elle. « Pour ta gouverne, elle n’est pas malade »

« Tant mieux alors ! Puisqu’elle n’est pas malade, tu vas me faire le plaisir de te changer les idées avec moi ! A moins que tout ça ne soit qu’une excuse bien sur… »

« Tais-toi » fit-il alors en se retournant subitement. « Comment peux-tu penser ça ? » Il fronça les sourcils d’ahurissement comprenant très bien ce qu’elle sous-entendait. Lui ? Aller voir ailleurs ? Jamais ! Son enfance avait été marqué par l’enseignement chrétien et qui plus est, sa mère lui avait toujours appris à respecter les femmes. Seulement là, c’était elle qui l’insultait. « Je suis désolé, mais je n’irai pas avec toi. Ma mère a besoin de moi »

« Non, là tu te voiles la face. C'est toi qui as besoin d’elle » rétorqua-t-elle avec une lucidité étonnante.

« Et alors ? »

« ET ALORS ? » hurla-t-elle tout en se plaçant sous son nez, le regard empli de reproche et d'amour à la fois. « Il n’y a pas de place pour moi dans ta vie, j’en peux plus de cette situation. Je te demande de faire un choix. Si tu ne m’accompagnes pas à Paris, c’est fini entre nous »

Fabrizio eût du mal à réaliser l’ultimatum qu’elle venait de lui lancer. Certes, la jalousie - la paranoïa même - était probablement à l’origine d’une telle réaction, mais il ne pouvait pas lui pardonner. Comment pouvait-elle lui demander de choisir entre elle et sa mère ? Il la regarda droit dans les yeux. Il lui laissait une dernière chance. Elle pouvait encore se raviser et retirer ses paroles, mais il ne la connaissait que trop bien. Elle était fière et, comme il l’avait prévu intérieurement, elle détourna les yeux tout en croisant les bras. Il soupira, se dirigea vers l'entrée, ouvrit la porte silencieusement, avant de lancer sèchement :

« Dehors »

Voilà comment Fabrizio Minotti brisa l’histoire d’amour de sa vie.

***


« Tiens, c’est pour toi » fit-il en tendant un bouquet de fleurs multicolores à sa mère, l’air triomphant.

« Oh mon amour, fallait pas » commenta alors Elsa, tout en le serrant contre elle. Au fond, elle était plus que ravie mais elle se demandait tout simplement où Diable Fabrizio pouvait-il trouver de quoi lui payer ce genre de présents. Ses frais d’hospitalisation avaient réduit la plupart de son héritage à néant. Elle n’avait plus un sou et elle savait pertinemment que Fabrizio refusait toujours l’argent de son père. « Dis-moi, où as-tu trouvé l’argent ? » demanda-t-elle tout en se redressant sur son lit d’hôpital.

« Oh c’est simple je vends de la drogue tous les soirs » Un sourire sarcastique illumina le visage du jeune homme.

« Minotti ! »

« Oh Maman, je blague. T’en fais pas pour ça, je sais me débrouiller et faire les choses avec honnêteté » Et, en effet, il se contentait de bosser à mi-temps dans deux bars du village. « Bon alors, comment tu te sens ? » demanda-t-il en changeant volontairement de sujet. Il ne voulait pas qu’elle ait conscience des difficultés de son quotidien.

« Super » Elle ponctua ses propos d’un sourire qui se voulait rassurant. « A part ce bandeau sur ma tête qui m'enlaidit » Fabrizio ne put s’empêcher de rire aux éclats en secouant légèrement la tête. Sa mère serait toujours la plus belle femme qu’il ait jamais rencontré. Il ne disait pas ça par chauvinisme affectif. C’était un fait, rien de plus. Elle avait toujours été réputée pour son charme. Et en effet, c'était une beauté divine. Seulement voilà, aujourd’hui, Fabrizio n'avait pas envie de rentrer dans son jeu. Il avait des choses bien plus importantes en tête et sa dispute fatale avec Luz l'avait tellement atteint qu'il n'était pas d'humeur à rire.

« Papa t’as appelé ? »

« Non, il a juste envoyé une enveloppe avec un chèque »

« J’avais oublié qu’il était incapable de faire autre chose que de donner son fric » lança-t-il alors en détournant les yeux, crispé de colère.

« Fabrizio ça suffit ! »

« Maman, pourquoi tu le défends toujours. Il nous a abandonné »

« La vérité de ce monde Fabrizio, c’est d’aimer les autres, pas de les haïr. Je pensais qu’avec l’âge tu avais fini par le comprendre » fit-elle en ne le quittant pas des yeux. Elsa avait toujours eu un ascendant sur son fils. Et lorsqu’il proférait des méchancetés, il ne parvenait jamais à la regarder dans les yeux comme s’il avait honte d’affronter le regard d’un ange.

« Je refuse d’aimer ceux qui nous ont renié »

« Arrête de t’énerver pour ça mon ange »

« Appelle-moi Diable » rétorqua-t-il alors finalement en arborant un sourire cynique.

« Minotti » fit-elle en soupirant de désespoir. « Tu es l’être le plus pur que je connaisse alors ne dis pas n’importe quoi »

« Non, j’ai échoué » dit-il en s’asseyant au bout du lit, le regard dans le vide. « Je n’ai même pas été capable de les retenir à la maison. Quelqu’un de bien y serait parvenu »

« Tu n’es pas responsable ! Tu en fais déjà assez pour moi. Tu en fais même trop »

« On n’en fait jamais trop pour sa mère » répondit-il alors immédiatement en plongeant ses yeux sombres dans les siens. Le moment aurait pu être l'apogée de la perfection relationnelle mais sa mère posa subitement une main sur sa tête. Son visage se crispa de douleur.

« Maman, ça va ? »

« Oui. Oui, t’inquiète pas. Un léger maux de tête, rien de plus »

« Bon, je vais te laisser te reposer. Je repasse dans deux petites heures » lança-t-il en se dirigeant vers la porte.

« Chéri »

« Oui ? »

« Tu n’as pas oublié de me parler de quelque chose »

« Euh… » Il leva les yeux vers ciel et s’interrogea.

« Luz m’a appelé »

« Quoi ? »

« Je suis au courant pour vous. Ecoute, je ne veux pas que votre couple se brise en mille morceaux à cause de moi. Elle était effondrée au téléphone et elle tient vraiment à toi. Va la voir et excuse toi »

« Alors ça, plutôt rêver ! » fit-il sur un ton amer.

« Fabrizio, pour l’amour de Dieu, arrête de te braquer ! Ton orgueil te perdra »

« C’est pas une question d’orgueil. Elle … »

« Quoi ? »

« J’ai fait un choix. Je veux m’y tenir, c’est tout »

« Ah, donc tu ne l’aimais plus ? » l’interrogea finalement sa mère

« Non, c’est pas ça. Mais j’ai d’autres priorités. J’ai pas envie d’une histoire d’amour maintenant, ça complique toujours tout » Naturellement il détourna les yeux. Il venait de sortir le plus beau mensonge de toute sa vie. S’il avait renoncé à Luz, c’était parce qu’il ne pouvait pas renoncer à sa mère. Mais il refusait de la rendre responsable de leur rupture.

« Je vois. Ton cœur veut encore papillonner »

« Voilà » Il baissa les yeux de douleur, prenant soudainement conscience de ce qu’il avait perdu. Luz était extraordinaire. Il avait simplement du faire la concession de sa vie.

« Minotti ? » demanda alors à nouveau sa mère comme si elle sentait que quelque chose clochait

« A tout à l’heure » conclut-il simplement en fermant la porte derrière lui.

Le hic, c’est qu’il n’y aurait pas de tout à l’heure. C’était la dernière fois qu’il la voyait en vie. Elle était décédée un quart d'heure plus tard. En trois jours, il avait perdu les deux femmes de sa vie. Il ne serait plus jamais le même.

    


Dernière édition par le Mer 19 Déc - 15:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heather Nielsen
Admin | Courgette blonde des steppes


Nombre de messages : 3425
Age : 27
Nationalité : Danoise
Crazy for : How we used to be
AmstelMood : Full of regrets
Date d'inscription : 12/11/2007

MacBook
Job: Critics for De Telegraph
To-Do List:

MessageSujet: Re: Fabrizio Cominotti   Mer 19 Déc - 13:48

Bon je crois que je suis partie pour faire le ménage Laughing

_________________

___
BY OBSCENECLARITY
Others on APPLE & CREAM
I LOVE JOHN MAYER
AGENT SPECIAL DU WOOHP
FAIS GAFFE A MON SECHE-CHEVEUX RAFALE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://community.livejournal.com/birdofjune/
Fabrizio Cominotti
° Why be such a monster ?


Nombre de messages : 1544
Age : 27
Nationalité : Sicilienne xD
Crazy for : Life, simply
AmstelMood : Happy
Date d'inscription : 14/12/2007

MacBook
Job: Enseignant
To-Do List:

MessageSujet: Re: Fabrizio Cominotti   Mer 19 Déc - 13:49

tu me pardonnes ma bavardise ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heather Nielsen
Admin | Courgette blonde des steppes


Nombre de messages : 3425
Age : 27
Nationalité : Danoise
Crazy for : How we used to be
AmstelMood : Full of regrets
Date d'inscription : 12/11/2007

MacBook
Job: Critics for De Telegraph
To-Do List:

MessageSujet: Re: Fabrizio Cominotti   Mer 19 Déc - 13:50

Pfiou, si tu es atteinte de loghorrée, c'est pas mon problème Laughing

_________________

___
BY OBSCENECLARITY
Others on APPLE & CREAM
I LOVE JOHN MAYER
AGENT SPECIAL DU WOOHP
FAIS GAFFE A MON SECHE-CHEVEUX RAFALE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://community.livejournal.com/birdofjune/
Fabrizio Cominotti
° Why be such a monster ?


Nombre de messages : 1544
Age : 27
Nationalité : Sicilienne xD
Crazy for : Life, simply
AmstelMood : Happy
Date d'inscription : 14/12/2007

MacBook
Job: Enseignant
To-Do List:

MessageSujet: Re: Fabrizio Cominotti   Mer 19 Déc - 13:52

T'es pire que moi alors tu peux parler
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heather Nielsen
Admin | Courgette blonde des steppes


Nombre de messages : 3425
Age : 27
Nationalité : Danoise
Crazy for : How we used to be
AmstelMood : Full of regrets
Date d'inscription : 12/11/2007

MacBook
Job: Critics for De Telegraph
To-Do List:

MessageSujet: Re: Fabrizio Cominotti   Mer 19 Déc - 13:53

Euh, non
Je poste maxi 20 lignes
Je suis juste capable de pondre 2000 mots en anglais en deux heures, mais ça, c'est hors-sujet

_________________

___
BY OBSCENECLARITY
Others on APPLE & CREAM
I LOVE JOHN MAYER
AGENT SPECIAL DU WOOHP
FAIS GAFFE A MON SECHE-CHEVEUX RAFALE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://community.livejournal.com/birdofjune/
Fabrizio Cominotti
° Why be such a monster ?


Nombre de messages : 1544
Age : 27
Nationalité : Sicilienne xD
Crazy for : Life, simply
AmstelMood : Happy
Date d'inscription : 14/12/2007

MacBook
Job: Enseignant
To-Do List:

MessageSujet: Re: Fabrizio Cominotti   Mer 19 Déc - 13:58

Ahhhhhh mais je pensais que tu parlais du flood Arrow
*a rien compris*

Ah tu me connais. On change pas les bonnes vieilles habitudes. Puis je tenais à bien expliquer un truc. L'adolescence est le point central de la vie de Minotti tongue

Moi en Anglais, j'écris quoi, deux mots : Take et Care
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heather Nielsen
Admin | Courgette blonde des steppes


Nombre de messages : 3425
Age : 27
Nationalité : Danoise
Crazy for : How we used to be
AmstelMood : Full of regrets
Date d'inscription : 12/11/2007

MacBook
Job: Critics for De Telegraph
To-Do List:

MessageSujet: Re: Fabrizio Cominotti   Mer 19 Déc - 14:01

Nooon !
Et puis je floode pas beaucoup de toutes façons Suspect

Bref, bon courage pour la suite, t'en auras besoin Surtout que je vais bientôt faire le topic à l'hôpital sur Banana et que tu dois y faire une apparition

_________________

___
BY OBSCENECLARITY
Others on APPLE & CREAM
I LOVE JOHN MAYER
AGENT SPECIAL DU WOOHP
FAIS GAFFE A MON SECHE-CHEVEUX RAFALE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://community.livejournal.com/birdofjune/
Fabrizio Cominotti
° Why be such a monster ?


Nombre de messages : 1544
Age : 27
Nationalité : Sicilienne xD
Crazy for : Life, simply
AmstelMood : Happy
Date d'inscription : 14/12/2007

MacBook
Job: Enseignant
To-Do List:

MessageSujet: Re: Fabrizio Cominotti   Mer 19 Déc - 14:40

Tu floodes beaucoup toi Shocked tongue

T'inquiète pas, pendant les vacances, je pourrais poster quand même Wink Puis je veux poster et voir ma Morveuse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heather Nielsen
Admin | Courgette blonde des steppes


Nombre de messages : 3425
Age : 27
Nationalité : Danoise
Crazy for : How we used to be
AmstelMood : Full of regrets
Date d'inscription : 12/11/2007

MacBook
Job: Critics for De Telegraph
To-Do List:

MessageSujet: Re: Fabrizio Cominotti   Mer 19 Déc - 14:51

Oh moins que plein d'autres ! J'arrive jamais à flooder de manière régulière, je perds le fil super vite Suspect

Moi pendant les vacances je pourrais pas beaucoup poster

_________________

___
BY OBSCENECLARITY
Others on APPLE & CREAM
I LOVE JOHN MAYER
AGENT SPECIAL DU WOOHP
FAIS GAFFE A MON SECHE-CHEVEUX RAFALE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://community.livejournal.com/birdofjune/
Fabrizio Cominotti
° Why be such a monster ?


Nombre de messages : 1544
Age : 27
Nationalité : Sicilienne xD
Crazy for : Life, simply
AmstelMood : Happy
Date d'inscription : 14/12/2007

MacBook
Job: Enseignant
To-Do List:

MessageSujet: Re: Fabrizio Cominotti   Mer 19 Déc - 14:55

Heather Nielsen a écrit:
Oh moins que plein d'autres ! J'arrive jamais à flooder de manière régulière, je perds le fil super vite Suspect

Moi pendant les vacances je pourrais pas beaucoup poster

Oui mais tu floodes pas mal quand même

Ah bon ? pourquoi ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heather Nielsen
Admin | Courgette blonde des steppes


Nombre de messages : 3425
Age : 27
Nationalité : Danoise
Crazy for : How we used to be
AmstelMood : Full of regrets
Date d'inscription : 12/11/2007

MacBook
Job: Critics for De Telegraph
To-Do List:

MessageSujet: Re: Fabrizio Cominotti   Mer 19 Déc - 15:01

Ben pendant les vacances je serai à Bordeaux sous la surveillance de mon papa, et en plus, on ira sûrement quelques jours à Trouperduland sans connexion

_________________

___
BY OBSCENECLARITY
Others on APPLE & CREAM
I LOVE JOHN MAYER
AGENT SPECIAL DU WOOHP
FAIS GAFFE A MON SECHE-CHEVEUX RAFALE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://community.livejournal.com/birdofjune/
Fabrizio Cominotti
° Why be such a monster ?


Nombre de messages : 1544
Age : 27
Nationalité : Sicilienne xD
Crazy for : Life, simply
AmstelMood : Happy
Date d'inscription : 14/12/2007

MacBook
Job: Enseignant
To-Do List:

MessageSujet: Re: Fabrizio Cominotti   Mer 19 Déc - 15:17

Ah oui merde, c'est vrai que tu prends l'avion vendredi Zut Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heather Nielsen
Admin | Courgette blonde des steppes


Nombre de messages : 3425
Age : 27
Nationalité : Danoise
Crazy for : How we used to be
AmstelMood : Full of regrets
Date d'inscription : 12/11/2007

MacBook
Job: Critics for De Telegraph
To-Do List:

MessageSujet: Re: Fabrizio Cominotti   Mer 19 Déc - 15:20

J'ai pas envie d'aller à Bordeaux, mais bon, j'aurai des sous à Noël, je suis grave à sec là

_________________

___
BY OBSCENECLARITY
Others on APPLE & CREAM
I LOVE JOHN MAYER
AGENT SPECIAL DU WOOHP
FAIS GAFFE A MON SECHE-CHEVEUX RAFALE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://community.livejournal.com/birdofjune/
Fabrizio Cominotti
° Why be such a monster ?


Nombre de messages : 1544
Age : 27
Nationalité : Sicilienne xD
Crazy for : Life, simply
AmstelMood : Happy
Date d'inscription : 14/12/2007

MacBook
Job: Enseignant
To-Do List:

MessageSujet: Re: Fabrizio Cominotti   Mer 19 Déc - 15:35

Anecdote(s) à l'ISP :
Citation :
You make me sick
Because I adore you
Space dementia in your eyes
I'd cut your name in my heart

Depuis trois ans maintenant, Fabrizio s’était forgé une réputation en or : farceur, cynique, insolent, turbulent, bref, impossible de passer à côté d’une telle personnalité. Un petit bémol venait toutefois malencontreusement profaner ce portrait homérique : plus de la moitié du campus le prenait pour un débile, allant jusqu’à estimer son QI à moins de 50 points. Il faut dire que si Minotti fréquentait des têtes bien faîtes, elles n’en étaient pas pour autant bien remplies. Il avait beau côtoyer l’ensemble de la ‘populasse’ du campus, il passait quand même la majeure partie de son temps avec sa bande de potes, sa bande d’idiots. Mais à vrai dire, le seul qu’il appréciait réellement s’appelait Wolfe. Harrison Wolfe. Il était, en quelque sorte, l’exception du groupe. C’était un Franco-Canadien plutôt canon, très intelligent mais aussi et surtout très différent de Minotti, du moins de l’image que Minotti s’efforçait de cultiver.

Wolfe était du genre timide voire même réservé. Il n’avait pas confiance en lui. C’était aussi un romantique de première qui se cachait tout simplement dans l’ombre lumineuse de son mentor : Fabrizio. Faute d’avoir son succès, il se contentait d’observer l’art et la manière d’agir de Minotti, même s’il ne parvenait jamais au même résultat. Pourtant, il n’y avait entre eux aucune jalousie. Au contraire, une profonde émulation les liait. Ils avaient fait leurs études à l’ISP ensemble et peu à peu, ils étaient réellement devenus les meilleurs amis du monde. C’est d’ailleurs ensemble qu'ils avaient eu l’idée des « paris », un jeu qui ne quittait plus Fabrizio depuis son entrée dans la célèbre école d’Amsterdam, un jeu qui avait servi sa consécration : grâce à lui, il était devenu le Casanova attitré de l’ISP. Mais était-ce réellement ce qu’il désirait ?


« J’y crois pas » s’étonna subitement Wolfe, alors qu’il marchait aux côtés de son ami. « Tu t’es déjà tapé Lola ? »

Fabrizio lui fit signe que oui tout en soupirant de lassitude.

« Minotti, t’es pas croyable. Comment tu fais ? »

« Un magicien ne révèle jamais ses secrets » rétorqua-t-il alors en arborant un sourire mystérieux. En réalité, il ne détenait pas la réponse à cette question. C’était un fait : il avait naturellement le ‘feeling’ avec les filles.

« Même pas à son meilleur ami ? »

« Arrête, tu as autant sinon plus de succès que moi. D’ailleurs, tu m’as pas dit comment ça s’était passé avec Nina » Fabrizio laissa son regard virevolter de gauche à droite, à la recherche d’une jolie poupée à reluquer, mais la réponse de son ami - entendez par là son silence magistral - attira de nouveau son attention.

Wolfe, bon sang, tu devais aller lui parler. Je t’avais même fait un cours d’approche ! »[/color]

« Je sais ! Mais au dernier moment, je me suis ravisé » conclut timidement le jeune homme, le regard fixé sur ses propres chaussures.

« Quelle couille molle tu fais ! »

« Minotti ! »

« Quoi ? »

« Elle embrassait quelqu’un d’autre »

« Merde » fit alors Fabrizio en écarquillant les yeux comme jamais. Il n’en revenait pas. Il était même triste de lire autant de peine dans le regard de Wolfe. Il tenta en vain de proposer une solution, mais elle était bien trop radicale. « Donne-moi deux jours, et je te libère la place »

« Fabrizio, arrête tes conneries ! »

« Quoi, tu m’en crois pas capable ? »

« Si ! Justement » insista son meilleur ami.

« Bah alors »

« Alors je ne veux pas que tu la touches » répondit-il sur un ton catégorique. Fabrizio aurait bien voulu le rassurer et lui dire que Nina n’était pas - mais alors pas du tout - son genre de filles, mais son meilleur ami ne le laissa pas en placer une. « De toute manière, j’ai quelqu’un d’autre pour toi »

« Ouais bah choisis la bien parce que la Lola j’en avais vraiment ma claque à la fin » lança Minotti en s’étirant. Un groupe de filles situé à proximité lui firent les yeux doux avant de s’esclaffer. Il ne put réprimer un sourire charmeur. Elles avaient du voir le bout de son caleçon et elles en faisaient tout un plat.

« Norah Craig »

Il n’avait rien calculé. Le nom avait simplement résonné dans sa tête. Il posa les yeux sur son meilleur ami et l'interrogea.

« Qui ça ? »

« Norah Craig »

« C’est qui ça ? » demanda t-il alors nonchalamment, l’esprit encore préoccupé par les filles qu'il avait aperçu tout à l’heure. Il avait repéré une jolie blonde. Mais là encore, son meilleur ami le ramena à la réalité.

« Regarde » fit-il en lui pointant discrètement du doigt une brune qui était en train de chantonner une chanson à ses copines. Le visage de Minotti se figea.

« Qu’est-ce qu’il y a ? Elle te plaît pas ? »

« Non, au contraire » Il afficha un sourire satisfait. Ewan lui l’interrogea du regard, ne comprenant pas où il venait en venir. « Elle est spéciale. J’aime bien » conclut-il en approuvant d’un signe de tête.

« Mais là mon vieux tu vas vraiment galérer. C’est une coriace »

« Tu me dis ça à chaque fois » fit-il sans la lâcher des yeux.

« Non mais là… »

« Et Bla-bla-bla » le coupa finalement Minotti en secouant légèrement la tête « Donne moi une semaine et c'est dans la poche »

Cela fait maintenant six mois.


Dernière édition par le Jeu 17 Jan - 16:24, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabrizio Cominotti
° Why be such a monster ?


Nombre de messages : 1544
Age : 27
Nationalité : Sicilienne xD
Crazy for : Life, simply
AmstelMood : Happy
Date d'inscription : 14/12/2007

MacBook
Job: Enseignant
To-Do List:

MessageSujet: Re: Fabrizio Cominotti   Mer 19 Déc - 15:35

Voilà. Finito Laughing

T'es quand même contente de retrouver ta famille, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heather Nielsen
Admin | Courgette blonde des steppes


Nombre de messages : 3425
Age : 27
Nationalité : Danoise
Crazy for : How we used to be
AmstelMood : Full of regrets
Date d'inscription : 12/11/2007

MacBook
Job: Critics for De Telegraph
To-Do List:

MessageSujet: Re: Fabrizio Cominotti   Mer 19 Déc - 15:39

C'est mal vu si je dis non ? Rolling Eyes

Je valide

_________________

___
BY OBSCENECLARITY
Others on APPLE & CREAM
I LOVE JOHN MAYER
AGENT SPECIAL DU WOOHP
FAIS GAFFE A MON SECHE-CHEVEUX RAFALE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://community.livejournal.com/birdofjune/
Fabrizio Cominotti
° Why be such a monster ?


Nombre de messages : 1544
Age : 27
Nationalité : Sicilienne xD
Crazy for : Life, simply
AmstelMood : Happy
Date d'inscription : 14/12/2007

MacBook
Job: Enseignant
To-Do List:

MessageSujet: Re: Fabrizio Cominotti   Mer 19 Déc - 15:40

Non voyons Tu sais que je ne te juge pas là-dessus, et puis je peux comprendre qu'arrivé à un certain âge, les parents, bah, on peut plus les supporter Wink Tu as pris goût à ton indépendance c'est pour ça. Mais dis-toi que c'est juste pour Noël et tu leur feras plaisir I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heather Nielsen
Admin | Courgette blonde des steppes


Nombre de messages : 3425
Age : 27
Nationalité : Danoise
Crazy for : How we used to be
AmstelMood : Full of regrets
Date d'inscription : 12/11/2007

MacBook
Job: Critics for De Telegraph
To-Do List:

MessageSujet: Re: Fabrizio Cominotti   Mer 19 Déc - 15:45

Mais de toutes façons je compte me cacher et réviser mes partiels

_________________

___
BY OBSCENECLARITY
Others on APPLE & CREAM
I LOVE JOHN MAYER
AGENT SPECIAL DU WOOHP
FAIS GAFFE A MON SECHE-CHEVEUX RAFALE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://community.livejournal.com/birdofjune/
Fabrizio Cominotti
° Why be such a monster ?


Nombre de messages : 1544
Age : 27
Nationalité : Sicilienne xD
Crazy for : Life, simply
AmstelMood : Happy
Date d'inscription : 14/12/2007

MacBook
Job: Enseignant
To-Do List:

MessageSujet: Re: Fabrizio Cominotti   Mer 19 Déc - 15:49

Moi aussi Mais je pourrais quand même dormir jusque 9h tous les jours, le bonheur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heather Nielsen
Admin | Courgette blonde des steppes


Nombre de messages : 3425
Age : 27
Nationalité : Danoise
Crazy for : How we used to be
AmstelMood : Full of regrets
Date d'inscription : 12/11/2007

MacBook
Job: Critics for De Telegraph
To-Do List:

MessageSujet: Re: Fabrizio Cominotti   Mer 19 Déc - 15:50

Direction flood poupette Arrow

_________________

___
BY OBSCENECLARITY
Others on APPLE & CREAM
I LOVE JOHN MAYER
AGENT SPECIAL DU WOOHP
FAIS GAFFE A MON SECHE-CHEVEUX RAFALE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://community.livejournal.com/birdofjune/
Fabrizio Cominotti
° Why be such a monster ?


Nombre de messages : 1544
Age : 27
Nationalité : Sicilienne xD
Crazy for : Life, simply
AmstelMood : Happy
Date d'inscription : 14/12/2007

MacBook
Job: Enseignant
To-Do List:

MessageSujet: Re: Fabrizio Cominotti   Jeu 3 Jan - 14:13


• Address Book :



Billie Casablanca
Zooey Deschanel

On l'avait prévenu. On lui avait rabaché des millions de fois. Il faut toujours se méfier des jeunes filles innocentes. Une fois encore, Minotti n'en avait fait qu'à sa tête. Après tout, donner des cours ne l'engageait à rien et puis, il était persuadé que les filles qui demanderaient à suivre les cours de rattrapage en Italien seraient tout sauf son genre : petite, à lunettes, boutonneuses et autres. C'était d'ailleurs très juste, pour la plupart, sauf une. Juddi. Lorsqu'il avait vu son prénom sur la feuille que lui avait tendu le directeur de l'ISP, il avait su. Su qu'elle serait différente. Et lorsque la silhouette de cette brunette s'était profilée dans son champ de vision, il avait immédiatement compris qu'elle serait bien plus qu'une simple élève. Avec le temps, elle devint clairement sa meilleure amie soit la seule fille qu'il n'ait jamais essayé de draguer. Leur amitié était trop précieuse, tout simplement. Il lui confiait ses problèmes relationnels, son passé - c'est d'ailleurs la seule à connaître la vie qu'il a mené ainsi que la souffrance silencieuse qui l'accompagne depuis la mort de sa mère - et réciproquement, il essaie de l'aider à comprendre le comportement masculin. Leurs discussions sont souvent tordantes car truffées de débilités. Plus que camarades, ils s'entendent comme chiens et chats. Les gens du campus sont d'ailleurs persuadés qu'ils sont frères et soeurs ce qui ne gêne en rien Mister Casanova. Sa petite Juddi, il en est fier.


Luz Castelli
Jennifer Love Hewitt

Luz et Fabrizio se connaissent depuis qu’ils ont l’âge de faire des pâtés de sable. En effet, ils sont nés dans le même village Sicilien, près de Cefalù, et sont tous deux issus d’une famille fortunée. Leur amitié - basée sur un mélange de complicité sans faille et d’amour vache - s’est peu à peu métamorphosée de sorte qu’ils finirent par tomber follement amoureux l’un de l’autre. A vrai dire, leur entourage n’en avait jamais douté. Il n’y avait bien qu’eux pour ne pas le remarquer. Ils ont toujours passé leur temps libre à deux sans jamais se lasser l'un de l'autre. Ils avaient beau être explosifs, jamais personne n'aurait pu affirmer 'c'est deux là ne finiront pas ensemble' car Luz & Fab avaient un point commun non négligeable : l'amour qu'ils se vouaient étaient d'une pureté sans égale. Mais le problème ne vint pas - réellement - d'eux. Au fil du temps, la famille de Fabrizio a causé de plus en plus de soucis. C'est seul qu'il a du gérer les affaires familiales mais aussi affronter la maladie de sa mère. Forcément, il prit ses distances avec Luz - pas par envie, juste par obligation - mais celle-ci finit par en avoir assez, le soupçonnant d’aller voir ailleurs. Elle lui demanda donc de faire un choix et il ne put s’empêcher de privilégier la femme avec qui il entretenait une relation fusionnelle : sa mère. Ils ne se sont plus jamais adressés la parole depuis. Alors comment notre 'troubadour des coeurs' réagira t-il lorsqu'elle entrera de nouveau dans son champ de vision ? Lui aura t-il pardonné ? Mystère.


Norah Craig
Emmy Rossum

Le beau gosse de Troisième Année aurait pu ne jamais faire la rencontre de la jeune Craig si seulement son groupe de copains ne l'avaient pas forcé, par le biais d'un jeu douteux, à relever le défi de lui adresser la parole. Plus qu'un jeu, c'était un rituel : les mâles de l'ISP désignent tout simplement la futur proie du Casanova Italien. Après quoi, chacun mise sur le temps que Minotti mettra pour venir à bout de la jeune femme. Et plus elle est corriace, mieux c'est. Il ne connaissait même pas cette Norah. On lui avait alors pointé du doigt une belle brune mais qui, ma foi, lui semblait un peu trop réservée. Il prit facilement contact avec elle, néanmoins l'échange ne se déroula pas comme prévu et la belle l'envoya rapidement sur les rotules, ne connaissant que trop bien la réputation de coureur de Minotti. Cette attitude alluma alors chez Fabrizio une soif de victoire - car jamais personne ne lui avait encore fait pareil affront - et depuis ce jour-là, il fait tout pour la faire changer d'avis. Au début, ce ne devait être qu'un simple défi. Il était d'ailleurs persuadé de le gagner. Mais le caractère spéciale de la jeune femme a changé la donne. Cela fait maintenant 6 mois qu'il lui court après et il semble refuser toute abdication. Ne serait-il pas animé par une autre flamme que celle d'un simple jeu ? Et s'il était tombé dans son propre piège ? Les rumeurs vont bon train à ce sujet. Un Minotti amoureux, ce serait vraiment le comble.


Aubree Daniels
Sienna Miller

Lorsqu'Aubree lui adressa la parole pour la première fois, Fabrizio fut on ne peut plus surpris, non pas parce qu'elle lui demandait de l'aider en Grec - il savait pertinemment que c'était l'une des rares matières où il excellait alors pourquoi s'en étonnerait-il ? - mais plutôt parce qu'il la trouva tout simplement sublime. Lui qui n'avait jamais supporté les blondes ne put que revoir son jugement. Elle serait l'exception à la règle. En soi, ils n'avaient - et n'ont toujours - strictement rien en commun - si ce n'est le Grec - et pourtant, lors de cette fameuse soirée, lors de ce dérapage mémorable, ils sembleraient qu'ils aient trouvé un terrain d'entente : le lit. Tous deux étaient en effet complètement bourrés et ils passèrent la nuit ensemble. Et quelle nuit ! Minotti avait beau ne pas avoir toute sa tête ce soir-là, il n'a jamais pu l'oublier. Ce fut la plus passionnée de toutes ses relations d'un soir. Seulement voilà, désormais Aubree l'évite comme la peste et il n'arrive pas à l'approcher sans éprouver de profonds remords. Il a tourné la page mais différemment. Il ne veut pas que cette blonde sorte de sa vie et fera tout son possible pour récupérer son amitié. La question est : le laissera t-elle de nouveau entrer dans sa vie malgré les risques que cela implique ?


June Destiano
Jessica Stam

June ? C’est une longue histoire. Une histoire difficile à comprendre, de surcroît. Ils se sont rencontrés dans la file d’attente du cinéma. Ils ont sympathisé en assistant à une séance que tous deux attendaient divinement - entendez par là celle rediffusant Bambi. Et bien entendu, la magie de Disney opéra. Il faut dire que Minotti était, ce jour-là, particulièrement à fleur de peau. Bambi, ou plutôt l'histoire d'un animal au coeur brisé, d'un animal tentant coûte que coûte de survivre sans sa mère... Il y avait un peu de lui dans cette histoire. La sensibilité exacerbée de June le toucha d'autant plus. Dès lors, nos deux tourtereaux vécurent ensemble les moments les plus fous - et les plus enfantins - de toute leur existence. Habités par le même esprit aventurier, immature, June et Fabrizio ont construit leur bulle jusqu’à ce que ce dernier décide de l’éclater. Mais ne vous méprenez pas, leur rupture n’a pas changé grand chose entre eux. Bon ok, Minotti ne la pelote plus, mais en soi, ils demeurent toujours aussi complices. June ne sort jamais au cinéma sans lui et vice versa : c’est un peu leur petit rituel. Désormais, il la considère vraiment comme sa petite sœur et a décidé de la prendre sous son aile.


Damian Lloyd
Tom Welling

« Il en faut peu pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux ». Telle pourrait être la devise de ces deux spécimens. Comme tout homme qui se respecte, Damian et Fabrizio se contentent de peu : un bon bar fait l’affaire. Tous deux sont persuadés que la présence féminine n’est pas indispensable. Au contraire, accéder au bonheur c’est justement fuir - éradiquer si possible - ces femmes qui compliquent toujours tout et qui, il faut bien l’avouer, sont chiantes. Bien entendu, ils ne refuseront jamais une petite partie de jambes en l’air, mais bien souvent, lorsqu’ils se réunissent, c’est avant tout pour parler société, pour parler sport, bref rien qui ne fasse écho au sexe féminin. Pour autant, les deux jeunes hommes sont très différents. Damian est quelqu’un de profondément gentil du coup, il essaie souvent de convaincre son pote de se caser ou en tout cas d’arrêter de jouer avec le cœur des femmes. Il sait pertinemment que Fabrizio se cache derrière cette image de Casanova, mais il n’arrive jamais à le convaincre de changer et surtout de se stabiliser. Minotti parvient toujours à changer subtilement de sujet. Après tout, les résultats des Dodgers sont cent fois plus important qu’une histoire d’amour, non ? Vous l’aurez compris, ils ont beau être différents, ces deux mâles s’entendent à merveille, du moins pour le moment, car lorsque Lloyd apprendra la relative proximité - euphémisme - qui a pu existé entre Fabrizio et Lauralee, il risque sûrement d’y avoir de l’eau dans le gaz. Leur amitié résistera-t-elle malgré tout ?


Ava McFarland
Anne Hathaway

Ava, modèle de rigueur et de discipline. Fabrizio, jeune homme orgueilleux et bout-en-train émérite. Vous voyez un point commun ? Non ? A vrai dire, vous n'êtes pas le seul à douter de l'existence d'une quelconque relation entre ces deux énergumènes. Pourtant il y en a bel et bien une, et pas n'importe laquelle. Au début, Ava ne devait être que l'incarnation même de Madame Pathère - le professeur de Français - en moins ridée, moins grosse et bon ok, en plus canon. C'est d'ailleurs pour cette seule et unique raison que Minotti avait finalement accepté ces cours de soutien. Enfin, façon de parler. Depuis deux ans déjà, il se trouve que le jeune homme s'amuse souvent à lui poser des lapins ou alors comble de tout, il la distrait volontairement si bien que leurs cours n'en sont jamais réellement. Et peu à peu - malgré les ronchonnements de la jeune femme - Fabrizio a vraiment fini par s'attacher à la demoiselle. Son but ? Echanger les rôles. A lui de lui apprendre la vrai vie, celle des plaisirs et des excès. Et après tout, comme il aime à le lui rappeler, rien ne leur empêche de parler Français devant un bon petit capuccino, non ? Si au début elle semblait ne pas avoir - mais alors pas du tout - confiance en lui, il semble que peu à peu une véritable amitié soit née. Fabrizio en devient même protecteur. Etonnant, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabrizio Cominotti
° Why be such a monster ?


Nombre de messages : 1544
Age : 27
Nationalité : Sicilienne xD
Crazy for : Life, simply
AmstelMood : Happy
Date d'inscription : 14/12/2007

MacBook
Job: Enseignant
To-Do List:

MessageSujet: Re: Fabrizio Cominotti   Sam 19 Jan - 17:22


London Nielsen
Mary Kate Olsen

Indispensable ? Oui, à bien réfléchir, c'est probablement le mot que Fabrizio choisirait pour décrire London. A vrai dire, il en venait même à se demander comment il avait fait pour vivre et évoluer dans l'ISP durant trois ans sans cette petite fouine à ses côtés. Leur rencontre fut pourtant on ne peut plus banale ; elle ne laissait rien présager de tel. Mais le Destin n'en fait souvent qu'à sa tête surtout lorsqu'il s'agit de son pantin préféré : Fabrizio. Du coup, une véritable complicité lia rapidement nos deux trublions. Nielsen est - en quelque sorte - la groupie dont toute star rêverait. Et la star, me direz-vous ? Minotti, naturellement. Comme vous vous en doutez, le jeune homme s'est rapidement pris au jeu. Qui, mieux que London, peut flatter son orgueil ? Il aime être surpris et on peut dire que, dans ce domaine, elle le sert comme un Prince. Consciencieuse et farfelue, elle prend son statut très au sérieux. London est pire qu'un paparazzi : elle sait tout, voit tout et bien souvent, c'est d'elle qu'il tient les informations secrètes concernant l'ISP et ses élèves. Alors oui, il rit de la voir apprendre par coeur ses déclarations publics mais dans le fond, il éprouve vraiment beaucoup d'affection pour elle. Plus qu'une fan, elle prend parfois des allures d'agent. Il ne prend jamais de décisions importantes - médiatiquement parlant - sans la consulter au préalable. Alors, n'en déplaise aux mauvaises langues, il se pourrait que l'ISP accueille un tandem de choc. A la Laurel & Hardy, ils n'ont pas fini de vous faire rire !


Harrison Wolfe
Topher Grace

Si vous avez la chance d’accéder à l’Adress Book de Fabrizio Cominotti alors vous remarquerez forcément une chose. On y trouve un nombre incommensurable de filles. Bien entendu, ce phénomène s’explique : ayant perdu sa mère jeune, Minotti n’a pas fait son deuil. Du coup, il cherche désespérément à s’entourer de la gente féminine parce cela lui donne l’impression de combler le vide laissé par la départ d’Elsa. En dépit de ce fait notable, le plus incroyable encore est de voir qu’il ne possède qu’un seul ami, un ami ‘multifonction’ en soi : Harrison Wolfe. Bien que les deux jeunes hommes soient fondamentalement différents, Minotti n’envisage pas sa vie sans lui. A la fois confident, pote de délires, et meilleur ami, Wolfe est comme son frère. Si vous cherchez l’un demandez à l’autre. Si vous ne savez pas ce que l’un pense, alors demandez à l’autre. Leur divergence de points de vue - Wolfe vénère Obi-Wan alors que Minotti lui soutient corps et âme Vador puisqu'il se reconnaît beaucoup dans l'histoire du plus grand 'méchant' que l'histoire ait connu - fait justement la richesse de leur amitié. Ils se connaissent par cœur et peuvent prévoir la moindre réaction de l’autre. Au final, on comprend un peu mieux pourquoi Fabrizio n’a que peu d’amis. Wolfe - par sa diversité, sa fidélité, son humour - lui suffit amplement.


Valentine Zylstra
Mona Johannesson

A vrai dire, personne n'a jamais compris comment ces deux-là pouvaient se supporter. On savait Fabrizio demeuré, mais pas à ce point quand même. Ainsi, lorsqu'il s'est lancé à la conquête de la demoiselle, tous pensait qu'il essuierait son premier échec. Et contre toute attente, les deux chieurs finirent ensemble. Inutile de préciser que leurs rapports fûrent on ne peut plus houleux. Valentine et Fabrizio incarnaient, en quelque sorte, ce que l'on appelle communément l'amour vache. Ils n'entretenaient jamais une conversation normale et préféraient de loin se lancer des petits pics ironiques. Lui appréciait son fort caractère, elle son imprévisibilité. L'horloge interne de Minotti finit toutefois par le rappeler à l'ordre. Cela faisait bel et bien un mois qu'il sortait avec la même fille. Paniqué, il décida de mettre un terme à leur relation. Il n'était, pour ainsi dire, pas prêt. La belle semble ne pas lui en avoir tenu rigueur. Peut-être a t-elle tout simplement peu à peu cerné le personnage ? Toujours est-il qu'ils sont toujours en très bon terme - entendez par là qu'ils passent leurs temps à se chamailler - voire plus. En effet, même après leur rupture, ils ont continué de se voir et ont fini par passer la nuit ensemble. Le hic, c'est que Zylstra était alors au tout début de sa relation avec Adrian, et que ce dernier n'est pas au courant. Enfin, pas encore.

icons Ashton Kutcher by SP, icon JLH by maybetomorrow, icon Emmy Rossum by Corpsie, icon Sienna Miller by SP, icon Jessica Stam by LlaMa_Bailey, icon Tom Welling by ST, icon Zooey Deschanel by Buttascatch, icon Anne Hathaway by faituroland, icon MK by Y d'amûr, icon Topher by tophy, icon Mona Johannesson by rock
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fabrizio Cominotti   Aujourd'hui à 21:08

Revenir en haut Aller en bas
 
Fabrizio Cominotti
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FABRIZIO................le retour
» Fabrizio 93
» Bon anniversaire FABRIZIO
» Fabrizio Barbazza
» Fabrizio Pirovano

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crazy in Amsterdam :: Out Of Game :: Trash Can-
Sauter vers: