AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Leaving What You Wanted [R.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexander Malesbury
• What About Now ?


Nombre de messages : 238
Age : 25
Nationalité : Franco-Anglais
Crazy for : Starbucks Coffee
AmstelMood : In love & Busy
Date d'inscription : 25/11/2007

MacBook
Job: Sous Directeur de la Malesbury Corps.
To-Do List:

MessageSujet: Leaving What You Wanted [R.]   Dim 6 Jan - 22:16

« Deux secondes »

Les yeux rivés sur l’écran de son ordinateur, Alexander était resté installé dans la salle informatique jusqu’à une heure avancée de la matinée, alors qu’on était Samedi et que, justement, il n’avait pas cours. Il était de retour à l’ISP depuis maintenant presque une semaine, et il avait réussit à se faire donner du travail en plus, raison pour laquelle il était là de si bonne heure. Et bien sur, le surveillant venait de lui dire que sortir sur le champ puisque son portable venait de sonner une fois de plus. Il relut le message que son père lui avait envoyé, cherchant à savoir si de cette manière le sens deviendrait tout autre. Il ferma les yeux, les rouvrit: raté, c’était toujours le même mail. Et la même mauvaise nouvelle que celle qui avait provoquée leur dispute.

D’un geste rageur, Alex referma l’ordinateur et sortit en trombe de la pièce, percuta un étudiant de première année qui eu l’air complètement terrorisé, s’excusa à demi-mot sans se retourner et s’arrêta dans le couloir désert. Il sortit alors son téléphone et pianota rapidement un message à l’intention d’Heather : «Il faut absolument que je te parle. RDV dans un quart d’heure dans le parc ». Il n’était pas si tôt, et elle était surement réveillée. Le visage souriant de la jeune femme apparut dans son esprit, mais en pensant à ce qu’il allait lui annoncer, il eu un serrement au cœur. Il secoua le tête, se répétant à voix basse qu'il n’avait pas le choix. Non, pas du tout.

Il parcouru rapidement la distance qui le séparait du parc, sans se préoccuper du temps menaçant et qui virait au gris puis avisa un banc à l’entrée du parc et s’installa dessus, penché en avant en train de lire le message qu’il avait imprimé. Qui semblait encore plus désolant, ainsi écrit. Les mots de son père était très simples, mais en même temps lourds de conséquences. Très lourds. Relevant la tête, Alex songea à ce qu’il était de sur le point de faire, mais c’était le seul moyen qu’il avait trouvé pour calmer le jeu. Il en était malade, et l’idée de faire souffrir Heather lui était tout autant insupportable.

Le jeune homme attendait, consulta l’horloge de son portable: cela faisait tout juste 3 minutes que son message était partit, il n’en avait plus que douze à attendre. A ruminer sans cesse les mots de son père, et à tenter de trouver un moyen d’annoncer la nouvelle à Heather. Aucune manière ne lui paraissait juste, et il savait qu’il lui ferait du mal. Il s’en ferait aussi, qui aurait cru qu’en quoi, une semaine, ils se seraient autant attaché l’un à l’autre ? Bref, Alexander cherchait un moyen, une tournure plus diplomate que les autres pour dire ce qu'il avait à lui dire quand une des ses lointaines connaissances, un gars du cours d’Allemand passa devant lui et le regarda avec des yeux ronds. D’accord, il ne devait avoir l’air très content, mais l’autre eu le chic de le mettre de mauvaise humeur, et il lui lança:


« Un problème? » Pas de réponse. Il est vrai qu’il n’aurait pas fallu de peu pour qu’il perde son calme. Ses yeux dérivèrent vers les grilles, attendant de voir la silhouette blonde d’Heather apparaitre. C’était fou quand même, d’un côté il avait terriblement envie de la voir et de passer le plus de temps possible en sa compagnie, mais d’un autre, avec la nouvelle qu’il devait lui apporter, il souhaitait presque qu’elle ne puisse pas venir. Pour retarder l’échéance, en quelque sorte…

[Et voilà, c'est partit Sad ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shallow-liily.livejournal.com
Heather Nielsen
Admin | Courgette blonde des steppes


Nombre de messages : 3425
Age : 27
Nationalité : Danoise
Crazy for : How we used to be
AmstelMood : Full of regrets
Date d'inscription : 12/11/2007

MacBook
Job: Critics for De Telegraph
To-Do List:

MessageSujet: Re: Leaving What You Wanted [R.]   Lun 7 Jan - 12:09

[Oh non ]

"Heather ! Heather ! OH HEATHER !"

"QUOI ?"

"ETEINS CE PUTAIN DE SECHE-CHEVEUX !"


La Danoise s'exécuta et se présenta à l'entrée de la salle des bains, le regard inquisiteur, les cheveux encore humides.

"Ton téléphone sonne. Enfin, sonnait. Mais avec ce foutoir j'ai pas pu le retrouver !"

Il fallut quelques dixièmes de seconde à Heather pour se rappeler que par téléphone, Lauren entendait téléphone portable, et qu'elle en possédait effectivement bien un. "Engin du diable" grommela-t-elle alors qu'elle abandonnait le sèche-cheveux sur le bord du lavabo pour partir à la recherche de son téléphone. Après avoir soulevé deux coussins, trois pulls et une veste, elle le trouva finalement dans un classeur, au bord de la décharge, clignotant d'une lumière turquoise qui lui indiquait qu'elle avait reçu un message.


"C'est Alex," souffla-t-elle avant de se tourner vers Lauren avec un air victorieux. Mais son visage prit tout de suite un air inquiet alors qu'elle lisait son contenu. Elle lut une seconde fois à voix haute, et Lauren resta silencieuse une seconde, avant de dire "Ah. Ca doit pas être bien grave," percevant l'inquiétude de son amie.

"Sûrement..." Heather essaya de sourire mais sa tentative fut infructueuse et son mince sourire n'était pas gai, comme tous les autres depuis quelques temps.

***


La neige crissait sous les bottes d'Heather alors qu'elle traversait le perron du hall. Elle descendit avec précaution les marches de marbre pour ne pas glisser, et un frisson glacé la parcourut. Elle leva les yeux vers le ciel couvert, et enfonça un peu plus son visage dans le col de son manteau. Elle parcourut le parc des yeux, mais il ne lui fallut pas longtemps avant qu'elle ne repère Alexander. Un sourire éclaira alors son visage, lui faisant oublier le paysage gris perle du parc encore couvert de neige pour quelques temps. Mais à mesure qu'elle s'approchait de lui, qu'elle parcourait les mètres qui les séparaient, elle sentit que quelque chose n'allait pas. Sa façon d'être ainsi courbé, et la sensation qu'elle avait de geler si elle s'approchait trop.

"Hey."

Elle ne se posta pas tout à fait en face de lui et elle préféra rester debout pour l'instant. Comme si elle voulait conserver une possibilité de s'enfuir, de s'échapper si ce mauvais pressentiment se confirmer ; comme si s'asseoir à côté de lui et trop s'approcher comprenait des risques.

"Je suis désolée je suis un peu en retard, je trouvais pas mon téléphone," fit-elle avec un semblant de rire, comme pour détendre l'atmosphère. Mais elle sentait bien que c'était inutile.

_________________

___
BY OBSCENECLARITY
Others on APPLE & CREAM
I LOVE JOHN MAYER
AGENT SPECIAL DU WOOHP
FAIS GAFFE A MON SECHE-CHEVEUX RAFALE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://community.livejournal.com/birdofjune/
Alexander Malesbury
• What About Now ?


Nombre de messages : 238
Age : 25
Nationalité : Franco-Anglais
Crazy for : Starbucks Coffee
AmstelMood : In love & Busy
Date d'inscription : 25/11/2007

MacBook
Job: Sous Directeur de la Malesbury Corps.
To-Do List:

MessageSujet: Re: Leaving What You Wanted [R.]   Lun 7 Jan - 19:06

Le temps semblait s’écouler lentement, comme si chaque seconde qui passait durait des heures tandis qu’Alexander attendant, assis sur son banc, fixant le bout de ses chaussures couvertes de neige blanche. Curieuse sensation que celle d’attendre un moment que l’on ne veut pas voir arriver, mais elle reste tout à fait désagréable. D’une nature peu patiente, il est vrai, Alexander n’attendait pour ainsi dore jamais, mais avait plutôt la fâcheuse habitude de faire attendre les autres. En l’occurrence, Heather était bien une des seule pour qui il était prêt à passer du temps dehors par ce temps glacial, mais il aurait largement préféré que ce ne fut pas le cas. Pour la cinquantième fois depuis qu’il était arrivé, il consulta sa montre, et remarque que vingt minutes s’étaient écoulées depuis qu’il avait envoyé son message. Enfin, les gens n’étaient pas sans arrêt pendu à leur portable, lui-même ne s’en servait pas si souvent que cela. Cela dit, il voulait que tout aille assez vite….

Le bruit d’une lourde porte qui s’ouvre, suivit du son des talons sur le marbre le tira de sa rêverie passagère et il releva la tête. Elle était arrivée, et l’avait repéré, un grand sourire aux lèvres. A l’idée de ce qu’il allait faire, Alexander ne put s’empêcher de se sentir coupable, mais resta assis à a regarder approcher alors qu’en temps normal il se serait levé et aurait accouru dans sa direction. Il fallait croire qu’une distance invisible venait de s’immiscer entre eux. Presque sournoisement. A cause de cette fichu famille Malesbury qui dictait sa vie, même s’il était un adulte depuis plusieurs années déjà. Il avait déjà subit de nombreuses fois le poids de sa situation d'unique héritier, mais jamais cela n'avait affecté son entourgae. Maintenant si...


« Salut » Il tenta de lui sourire, sans pour autant se relever de son banc tandis qu’Heather restait aussi debout, un peu sur le côté. Bravo Alex, mais les dégâts ne font que commencer. Il esquissa un sourire, plus sincère qu’il ne l’aurait cru, quand elle tenta de détendre l’atmosphère, et se releva avec un soupir imperceptible.

« Pas de soucis, je ne suis pas à minutes près ». Et voilà, maintenant c’était le moment. Il ne pouvait plus se défiler et devait lui dire. Parce qu’il n’avait le choix, il était pieds et points liés. C’était une image bien sûr, mais c’était le sensation qu’il avait. Il prit une grande inspiration, évitant le regard d’Heather autant qu’il le pouvait, puis continua:

« Ecoute, je dois te dire quelque chose ». Bon sang, il n’y arriverait pas à rythme là, surtout s’il continuait de regarder l’adorable visage de la jeune Danoise. Le même visage qu’il avait dans la tête depuis un petit bout de temps. « Je… C’est que … » Si après ça elle ne se doutait pas de quelque chose …

Le regard baissé, pris d’une soudaine envie de contempler la neige, Alexander savait qu’il devait avoir l’air un peu étrange. Incompréhensible. Il releva de nouveau la tête pour croiser son regard pour se lança
. «On devrait en rester là tout les deux ». Immédiatement, il détourna le regard. Il savait que ses yeux devaient refléter exactement le contraire de ce qu’il venait de dire. Il se haissait de devoir faire cela alors que c'était la derniere chose dont il avait envie. Il aurait seulement voulu, pour une fois, faire ce dont il avait envie, mais le fait d'être un héritier ne concordait visiblement pas avec la possibilité d'être heureux.

Et voilà, la bêtise de l’année était faite, et le pire c’était qu’il en était le seul responsable. Il se faisait souffrir plus qu’à cause de n’importe quelle autre rupture parce que, mine de rien, il s’était vraiment attachée à la jeune femme. Et surtout, et c’était bien ce qui le faisait se sentir si mal, c’est qu’il savait bien qu’il allait la faire souffrir aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shallow-liily.livejournal.com
Heather Nielsen
Admin | Courgette blonde des steppes


Nombre de messages : 3425
Age : 27
Nationalité : Danoise
Crazy for : How we used to be
AmstelMood : Full of regrets
Date d'inscription : 12/11/2007

MacBook
Job: Critics for De Telegraph
To-Do List:

MessageSujet: Re: Leaving What You Wanted [R.]   Lun 7 Jan - 22:54

Well, I never want to see you unhappy
I thought you'd want the same for me



Elle aurait préféré être aveugle plutôt que de lire ce qu'elle lisait dans les yeux d'Alexander. Elle aurait préféré être sourde plutôt que d'entendre ce qu'il s'apprêtait à dire. La gorge serrée, elle se mordait l'intérieur de la joue, concentrant toute sa force dans cette action pour garder tout le reste de son corps calme et immobile. Elle hôcha simplement la tête lorsqu'il déclara avoir quelque chose à dire. Ce mauvais pressentiment devenait certitude à mesure qu'il égrenait des hésitations concernant la forme de son discours, mais le message resterait le même. Heather essayait de ne pas écouter la voix dans sa tête qui lui révélait ce qu'Alexander n'arrivait pas à dire, mais au fond d'elle, elle savait très bien où il voulait en venir.

Goodbye, my almost lover
Goodbye, my hopeless dream
I'm trying not to think about you
Can't you just let me be ?


Cela faisait deux jours seulement qu'ils avaient repris les cours. Ils avaient dû former un couple pendant vingt-quatre heures à tout casser, si l'on cumulait toutes les heures passées ensemble, la moitié étant le bal de Noël. Et pourtant, ces vingt-quatre petites heures qui formaient au final une journée avaient été celles qu'elle chérissait le plus depuis son arrivée à l'ISP. Elles avaient éclairé toutes ses autres journées par leur souvenir, et maintenant elle se retrouvait avec elles comme devant une vieille malle bourrée de souvenirs que l'on envoie au vide-grenier pour essayer de se faire un peu d'argent sur des vieilleries qui nous tiennent à coeur mais dont on ne voit guère plus l'utilité.

En rester là. Elle s'attendait à cette réponse et pourtant elle ne trouva rien à répondre. Elle enfonça un peu plus les mains dans ses poches mais c'était trop tard, elles étaient déjà glacées. Son regard glissa sur le côté, après s'être un peu attardé sur Alexander, mais elle n'arrivait pas à comprendre. C'était comme si ses cartes étaient brouillées ; elle avait cru pouvoir lire en lui, mais en fait, elle s'était tout simplement fourvoyée. Elle s'était fait avoir comme une débutante.


"Je... Je pensais que..." Elle s'interrompit parce que des sanglots venaient faire trembler sa voix, et elle ne voulait pas se montrer faible en cet instant. Elle avait fait une erreur, elle devrait assumer. Même si elle aurait tout donné pour qu'on ne lui dise jamais qu'elle s'était trompée. "Enfin je sais pas, tu avais l'air content hier que je vienne te voir au tennis, et puis lundi, dans le hall, je..."

"Mais je suppose que je me suis trompée." Son ton se fit soudain glacial, impitoyable, comme elle l'était avec elle-même ; elle n'arriverait pas à se pardonner. "C'était pas nécessaire de te donner tant de peine, t'aurais pu me larguer directement après le bal de Noël une fois que tu as eu ce que tu voulais."

So long, my luckless romance
My back is turned on you
Should've known you'd bring me heartache
Almost lovers always do

_________________

___
BY OBSCENECLARITY
Others on APPLE & CREAM
I LOVE JOHN MAYER
AGENT SPECIAL DU WOOHP
FAIS GAFFE A MON SECHE-CHEVEUX RAFALE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://community.livejournal.com/birdofjune/
Alexander Malesbury
• What About Now ?


Nombre de messages : 238
Age : 25
Nationalité : Franco-Anglais
Crazy for : Starbucks Coffee
AmstelMood : In love & Busy
Date d'inscription : 25/11/2007

MacBook
Job: Sous Directeur de la Malesbury Corps.
To-Do List:

MessageSujet: Re: Leaving What You Wanted [R.]   Mar 8 Jan - 22:20

Whatever happened here
Never meant to hurt you
How could I cause you so much pain?


Le temps semblait s’être suspendu le temps d’un instant. Le silence venait de s’installer, pesant et glacial. Comme si on avait appuyé sur ‘pause’ et que les protagonistes principaux d’un film restait face à face, sans rien dire. Avant que le silence ne fut brisé et tout s’écroule. Un peu à la manière d’un château de carte qu’on frôle et qui s’écroule immédiatement alors qu’on a passé du temps à la bâtir, il venait de prononcer les mots qui mettaient fin à ce qui avait mit de tant de temps à arriver.

Le regard toujours rivé sur le neige, Alexander resta immobile un court instant encore. Avec l’espoir utopique de retarder le moment où il croiserait son regard, en sachant ce qu’il y verrait. Finalement, ce fut sa voix qui le ramena à la réalité, qui tremblait légèrement malgré l’effort qu’elle faisait pour ne rien laisser paraitre. Il se mordit machinalement la lèvre: bien sûr qu’il avait été heureux de la voir hier, et même avant-hier. Plus même qu’elle n’aurait pu le penser. Sauf que lui dire maintenant ne ferait que remuer la couteau dans la plaie.

Il allait répondre quand l’insinuation de la jeune femme le fit relever la tête plus brusquement que prévu. Associée à ce ton si différent, si glacé, il ne reconnut pas celle avec qui il avait passé ces moments, bien qu’éphémère. Ainsi donc elle pensait vraiment qu’il était ce genre de gars qui ne séduisait que pour se donner un peu de bon temps ? N’avait t-il pas fait preuve du contraire depuis tout ce temps, à tout faire pour que tout se passe pour le mieux ? Son regard se durcit alors: il ne pouvait pas lui expliquer pourquoi il agissait comme cela, c’était tout simplement impossible. Mais qu’elle réagisse de cette manière, il ne s’y attendait pas et fut surpris de voir à quel point il était blessé qu’elle ne le considère plus que comme s’il n’avait jamais eu de réels sentiments.


« C’est vraiment ce que tu crois? » Parce qu’il n’aurait surement pas passé un mois à hésiter, sans savoir comment agir si elle n’avait pas représenté beaucoup plus à ses yeux. Sauf qu’il ne pouvait rien dire de plus. Il ne pouvait pas lui dire ce qui le forçait à leur infliger cela. Serrant le point dans le poche de son blouson, il sentit la feuille se froisser. Le mail. Qui lui annonçait noir sur blanc qu’il devait impérativement rompre avec la jeune fille à laquelle il avait pensé toute les vacances puisqu’un tout autre avenir venait d’être décidé pour lui. A cette idée, Alexander serra les mâchoires: lui qui avait toujours cru être libre de ses choix venait de subir la pire des traditions qu’on puisse imaginer. Un mariage arrangé. L’idée lui avait paru terriblement stupide et démodée, mais quand il avait compris que ses parents l’avaient réellement fiancé avec Ann Jane Weisbergth, la fille de l’associé principal de son père, il avait cru revenir aux temps ancestraux du Middle Age.

Et il avait pu protester, crier, exposer tous les arguments qui lui étaient passés dans la tête, il avait du se rendre à l’évidence: il n’y pouvait rien, sinon il n’était plus le bienvenu dans sa famille. Aussi simple que cela, et tout cela dans son dos. Si bien qu’il en payait les frais, obligeant par la même occasion Heather à souffrir sans qu’il ne puisse y changer quoi que ça soit. Les traditions étaient solidement ancrées chez les britanniques, et elle n’aurait pas pu comprendre l’importance que cela représentait pour sa famille, lui-même n’y arrivait pas.

Même s’il ne pouvait expliquer ce qui le motivait, Alexander ne pouvait cependant pas rester de marbre devant ces accusations. C’était juste réduire en miettes ce qu’ils avaient vécu, et il ne le voulait surtout pas. Etre obligé de tout arrêté du jour au lendemain était déjà un prix à payer beaucoup trop important.
« Une simple soirée n’était pas ce que je voulais, je croyais que tu t’en étais rendu compte ».

Il s’en voulait, en voulait à sa famille de leur infliger cela mais il n’ajouta rien. Immobile dans la neige qui venait de commencer à tomber. Son visage n'exprimant maintenant plus aucune expression particulière, conscient que cela n'aurait riendue les choses que plus difficiles. Il aurait voulu tout lui dire, simplement pour qu’elle n’imagine pas qu’elle ne représentait rien à ses yeux. Mais ce simple droit lui était interdit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shallow-liily.livejournal.com
Heather Nielsen
Admin | Courgette blonde des steppes


Nombre de messages : 3425
Age : 27
Nationalité : Danoise
Crazy for : How we used to be
AmstelMood : Full of regrets
Date d'inscription : 12/11/2007

MacBook
Job: Critics for De Telegraph
To-Do List:

MessageSujet: Re: Leaving What You Wanted [R.]   Mar 8 Jan - 23:19

Mais bien entendu qu'elle ne croyait pas ce qu'elle disait, tout simplement parce qu'elle ne pouvait pas y croire ; ses mots dépassaient sa pensée et l'idée même qu'il ait pu la considérer comme une fille de passage lui paraissait irréelle. Mais la situation était tout aussi irréelle. Elle ferma les yeux durant une seconde, et une larme roula sur sa joue sans qu'elle ne puisse la retenir. Le froid venait la mordre sur la traînée que laissait la larme sur sa joue, rendant la douleur plus intense encore.

Car elle ne l'aurait pas envisagé après si peu de temps passé avec lui, mais elle souffrait bel et bien de ce qu'il lui disait, et beaucoup plus qu'elle ne le croyait. Rompre après deux jours, cela arrivait, parce que l'on pensait que ça pouvait durer après une nuit mais au final on ne se trouvait aucun point commun. Avec Alexander, elle avait eu l'impression que minute après minute leur entente augmentait et même si leurs avis divergeaient par moment, ils arrivaient toujours à se comprendre. Mais après tout, ils n'avaient sûrement pas passé assez de temps ensemble. C'était juste que ce sentiment restait ancré en elle et même en se raisonnant elle n'arrivait pas à le faire disparaître.

Evitant soigneusement Alexander du regard, elle remarqua que des flocons de neige s'étaient posées sur les manches de son manteau. Elle s'était attachée à Alexander bien plus qu'elle ne l'aurait dû. La Danoise resta silencieuse après qu'Alexander eut parlé, puis elle posa finalement son regard sur lui. Au moment même où elle croisa son regard, elle sentit comme un éclair de douleur dans sa poitrine.


"Visiblement je me suis trompée sur toi."

Elle essayait de continuer avec ce même ton mais les larmes sur ses joues ne laissaient aucun doute quant à ses sentiments. Mais prendre la voie de la colère était la seule façon pour elle de s'éviter trop de souffrance et cela lui permettait de ne pas trop réfléchir. Elle ne comprenait pas l'action d'Alexander, et si jamais elle essayait de la comprendre, elle savait qu'elle continuerait à penser à Alexander, à chercher des moyens de le reconquérir, à essayer encore et encore et à toujours rencontrer de nouveaux échecs.

"Ben non bien entendu, c'est toujours marrant d'avoir une blonde sous la main quand on a rien d'autre à faire de ses soirées. C'est mignon, c'est sympa et ça prend pas de place, et puis quand on a fait le tour de la question, on la jette comme un vieux kleenex et on va en chercher une autre, hein ? Je sais la succès que tu as auprès des filles, t'as juste à te pencher et t'en ramasses plein, et j'ai été suffisamment idiote pour me laisser avoir..."

Elle essuya d'un revers de la main brutal ses joues humides avant de dévier le regard une nouvelle fois. Elle détestait être faible à ce point, et elle se détestait pour dire ce qu'elle disait mais la peine prenait le dessus. C'était un réflexe de protection, elle rejetait la faute sur lui pour s'éviter toute interrogation sur elle-même, mais cela ne servirait à rien.

_________________

___
BY OBSCENECLARITY
Others on APPLE & CREAM
I LOVE JOHN MAYER
AGENT SPECIAL DU WOOHP
FAIS GAFFE A MON SECHE-CHEVEUX RAFALE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://community.livejournal.com/birdofjune/
Alexander Malesbury
• What About Now ?


Nombre de messages : 238
Age : 25
Nationalité : Franco-Anglais
Crazy for : Starbucks Coffee
AmstelMood : In love & Busy
Date d'inscription : 25/11/2007

MacBook
Job: Sous Directeur de la Malesbury Corps.
To-Do List:

MessageSujet: Re: Leaving What You Wanted [R.]   Mer 9 Jan - 15:10

Ce qu’il avait pu être stupide, et même cruel de lui infliger cela. C’était les mots qu’il ressassait encore et encore, son sentiment de culpabilité allant toujours crescendo depuis l’instant précis où il lui avait dit que tout était finit. C’était la première fois qu’il se sentait véritablement coupable, simplement parce qu’il n’était maitre de rien. Strictement rien. Il ne pouvait que rester là sans esquisser le moindre geste, conscient qu’il était entièrement responsable des larmes qui coulaient sur la joues d’Heather. La situation en devenait tout d’un coup tragique, finalement de la même manière que tout semblait avoir été un ‘conte de fée’ à côté de ce qui était en train de ce passer. Tout gâcher pour une raison aussi absurde et archaïque était une véritable folie. Parce qu’on ne peut pas passer à vie à suivre des ordres dictés par les intérêts économiques. Parce qu’il savait que ce qu’ils avaient vécu en si peu de temps aurait pu évoluer en quelque chose de réel et solide, il en était certain. Tout simplement parce que, justement, le sentiment que c’était plus sérieux que toutes ses précédents histoires ne l’avait jamais quitté

Leurs regards maintenant se fuyaient, comme pour se protéger de ce qu’ils risqueraient d’y lire. Pour ne pas laisser éclater ce qu’ils ressentaient en ce moment. Quand ses yeux entrèrent en contact avec le regard bleu d’Heather, Alexander cilla. Elle était en colère, et bien que ce soit plus que compréhensible il ne pouvait nier qu‘il en était boulversé. Dieu sait ce qu’il aurait aimé lui donner les raisons de son acte, simplement pour éviter cette expression de reproche, et qu’elle ne le considère pas comme quelqu’un qu’il n’était pas.


« Ah oui ? » Il était trop impulsif, il le savait, mais il ne pouvait pas la laisser continuer. Il était bien sensé encaisser sans rien dire, étant tout de même l’investigateur de cette situation, mais il ne pouvait pas. C’était quelque part au dessus de ses forces de la laisser débiter des horreurs pareilles. La laisser sous-entendre que rien n’avait eu de sens, que ce n’était qu’une simple passade sans importance. Ce qui était totalement faux …

«Mais bien sûr, je considère filles juste à leur couleur de cheveux et je change toute les semaines pour ne pas me lasser. Il y a même une liste d‘attente affichée dans le hall» Son ton, contrairement à celui d’Heather, prenant un accent d’ironie cynique quand il n’y tenait plus. Il ne pouvait pas la laisser dire cela. « Attends, je ne suis pas ce genre de personne, et tu le sais très bien. Tu pourrais trouver mille raisons de m‘en vouloir, mais il y a au moins une chose qu’on ne peux pas me reprocher, c’est justement de considérer les gens comme ça. ».

Il avait eu tord de faire cela, de suivre l’avis de sa famille mais cette fois, il était tenu d’obéir. Sa voix était légèrement moins cynique quand il reprit «Si pour tu t’es fait avoir comme tu dit, alors moi aussi j’ai du me tromper à ton sujet.»

Il soupira longuement, regrettant ce qu’il venait de dire. Il ne s’était pas trompé du tout, elle était exactement comme il se l’était imaginée, et malgré leurs différences il avait sincèrement cru que ça allait marcher entre eux. Il y croirait encore un moment, puisque l’avenir qui s’ouvrait devant lui semblait soudain vide de sens. Alexander baissa à nouveau les yeux, donna un léger coup de pied son sac qui était couvert de neige et croisa son regard le temps d’une seconde.
«Je suis désolé. »

Pourquoi est-ce qu’il lui disait cela, après les horreurs qu’ils venaient de dire ? Peut être parce, vraiment, il s’en voulait. Il ne pouvait lui avouer, mais c’était moyen de lui signifier que ce n’était pas un jeu. Pas le moins du monde. Ou alors un jeu cruel orchestré par un volonté autre que la sienne. « Vraiment »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shallow-liily.livejournal.com
Heather Nielsen
Admin | Courgette blonde des steppes


Nombre de messages : 3425
Age : 27
Nationalité : Danoise
Crazy for : How we used to be
AmstelMood : Full of regrets
Date d'inscription : 12/11/2007

MacBook
Job: Critics for De Telegraph
To-Do List:

MessageSujet: Re: Leaving What You Wanted [R.]   Mer 9 Jan - 17:53

Ses poings se serraient plus fort dans ses poches alors qu'elle serrait la mâchoire. Elle aurait mieux fait de se taire et de partir tout de suite, parce qu'ils en étaient arrivés au stade de se dire des choses affreuses qu'ils n'aurait jamais dit en temps normal. Enfin, peut-être que cette dispute serait arrivée à un moment ou à un autre tout compte fait, elle ne le connaissait pas assez bien pour savoir comment aurait évolué leur relation, si jamais il leur avait donné une chance. Mais visiblement, il n'y comptait pas et la jeune femme finissait par se persuader qu'il n'avait jamais pris leur histoire au sérieux. Ses yeux se voilaient de larmes qu'elle ne parvenait plus à retenir, mais au moins, elle ne sanglotait pas comme une enfant, elle pleurait en silence et sans mouvement.

Sa gorge se serra encore plus devant le ton qu'il prenait qu'elle n'avait jamais entendu à son égard. Le coup de grâce fut lorsqu'il avoua qu'il s'était peut-être trompé sur elle aussi. Peut-être était-il en train de rompre simplement parce qu'elle l'avait déçu. Après tout, elle était en deuxième année, il la trouvait peut-être stupide, trop immature, trop sensible, frivole, elle n'en savait strictement rien. Mais il devait bien y avoir une raison à cette rupture.


"Génial..." murmura-t-elle lorsqu'il lui dit qu'il était désolé. De toutes façons, il était trop tard, avec ce qu'ils venaient de dire, la rupture était bel et bien consommée.

Heather avait passé huit mois avec Spencer et elle n'avait quasiment pas souffert de leur rupture. Elle se trouvait là dans la situation inverse. Trois jours de liaison et elle pleurait sans pouvoir se contrôler. Elle était sûre maintenant qu'elle passerait les deux prochaines années à éviter tous les quatrièmes années en pensant qu'ils auraient tous les yeux sur elle, à la dévisager comme "la pauvre idiote qui s'est fait avoir".

Mais au delà de ça, elle avait si mal, tellement mal.


"Puisqu'il n'y a plus rien à ajouter, tu permets que j'aille raconter à ma meilleure amie comme je me suis fait larguée sans aucune explication valable ?"

Elle sortit une main de sa poche et vint serrer la lanière de son sac, avant de lancer un dernier regard qu'elle voulait froid mais qui était adouci par les larmes sur ses cils et le bleu délavé de ses yeux, qui prenaient cette couleur chaque fois qu'elle pleurait. Puis elle tourna les talons et marcha d'un pas rapide, au bord de la course pour s'engouffrer finalement dans le hall de l'ISP et disparaître de la vue d'Alexander. Une fois qu'elle fut seule dans un couloir, elle finit par se laisser aller et éclata en sanglots alors qu'elle continuait à avancer vers les dortoirs.

[ No ]

_________________

___
BY OBSCENECLARITY
Others on APPLE & CREAM
I LOVE JOHN MAYER
AGENT SPECIAL DU WOOHP
FAIS GAFFE A MON SECHE-CHEVEUX RAFALE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://community.livejournal.com/birdofjune/
Alexander Malesbury
• What About Now ?


Nombre de messages : 238
Age : 25
Nationalité : Franco-Anglais
Crazy for : Starbucks Coffee
AmstelMood : In love & Busy
Date d'inscription : 25/11/2007

MacBook
Job: Sous Directeur de la Malesbury Corps.
To-Do List:

MessageSujet: Re: Leaving What You Wanted [R.]   Mer 9 Jan - 19:05

Pourquoi fallait -il qu’il lui dise cela? Il aurait pu réfléchir avant de parler, pour une fois. C’était de sa faute si elle était bouleversée, en colère et déçue. Car il savait bien qu’il venait de dégringoler dans son estime, comme s’il ne lui avait jamais accordé d’importance. D’ailleurs, même s’il lui disait maintenant, Alexander savait bien que cela ne servirait à rien. Rien du tout, puisqu’ils étaient tous deux aveuglés par des sentiments contradictoires: la colère, la déception. Il se sentait terriblement coupable, chaque seconde encore plus à la vue des larmes qui roulaient sur les joues de la jeune femme. Par-dessus tout, ce qu’il n’arrivait pas à encaisser, et qu’il n’oublierait probablement pas, c’est la déception qu’il avait engendré. Il lui avait laisser croire qu’ils y avait une réelle histoire en eux _ce qui était exacte_ mais ne pouvait lui expliquer les raisons de son acte.

Il baissa les yeux, comprenant que vraiment, tout était bel et finit. Il avait tous fait voler en éclat, mais ce fut le ton désabusé qu’elle avait pris. A ce moment précis, il devinait bien qu’elle cherchait à comprendre, à chercher à comprendre. Peut être qu’elle se remettait en question, imaginait des raisons complètement fausses mais qui, à la longue, pourraient lui faire du mal. Il le savait, mais ne pouvait rien y faire, sinon éviter d’enfoncer le clou.

Alexander hocha simplement la tête. Effectivement, il n’y avait rien à ajouter, et n’importe quel mot qu’il aurait prononcé aurait suffit à les blesser davantage. Le dernier regard d’Heather dans sa direction lui fit comprendre à quel point ce qu’il venait de faire était horrible. Ou inexplicable. Simplement, son absence d’explication devait être le plus étrange dans ce qu’il venait de faire. Et surtout, il compris qu’il venait de laisser tomber, sans la moindre explication, la seule pour laquelle il aurait voulu que tout fonctionne au mieux. La seule qu’il avait appelé au nouvel an et voilà qu’à cause de sa famille, de son père, il devait la laisser partir. Irrémédiablement.

Il la suivit du regard tandis qu’elle se dirigeait vers le hall, luttant contre l’envie de la rattraper et de tout lui dire. Cela aurait été tellement plus simple de ne pas obéir pour un fois, d’échapper à l’autorité familiale pour éviter tout ce mal. Mais c’était impossible. Il la vit donc disparaitre à travers les portes du hall.
« Quel crétin je suis »

La gorge serrée, il se laissa retomber lourdement sur le banc. Il ne réalisait que trop bien ce qui était en train de réaliser, et même s’il n’y avait pas de larmes dans ses yeux à lui, la douleur était bien présente. Alexander venait de comprendre ce qu’un chagrin d’amour était. Réalisant par la même occasion que cela avait été beaucoup plus qu’une simple passade. Il ferma les yeux, et resta là, immobile dans la neige tandis que les flocons de faisaient de plus en plus rapproché. Qu’importe le froid, la neige: il ne voulait voir personne, pas même ses amis. C’était en étant seul, dehors qu’il pourrait réfléchir.

Au bout d'une bonne dizaine de minutes, il repartit vers les dortoirs, et s'enferma à double tour dans sa chambre. Tous se demandaient ce qui arrivait à l'amusant Malesbury, mais aucun ne put deviner les sombres pensées qui l'agitaient. Il se sentait coupable, et c'est bien la pire des sensation qui puisse exister.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shallow-liily.livejournal.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Leaving What You Wanted [R.]   Aujourd'hui à 15:12

Revenir en haut Aller en bas
 
Leaving What You Wanted [R.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 4x4 et diesel wanted en ville
» WANTED TONY "Barbe-rousse"
» Traduction, help wanted
» Jeu Need for Speed 'Most Wanted'
» mon blog (Most Wanted Car Team)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crazy in Amsterdam :: Five years ago... :: ... our lives happened :: International School Of Politics-
Sauter vers: