AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Just blink an eye [R.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Just blink an eye [R.]   Dim 13 Jan - 13:35

Come on dance around
shine upon the ground
from me to you
don't you know i'm strong
I could win the world
for you for you


Jamais James n'avait été sujet aux insomnies naturelles. C'était plutôt un grand dormeur, même, se sentant au pays des rêves comme un poisson dans l'eau Seulement parfois, comme c'était le cas pour cette nuit-là, il se sentait l'envie d'aller dans les couloirs morts, et d'imaginer. Et parfois cette habitude pas si habituelle l'avait amené a rencontrer des gens assez géniaux, en général somnambules. Et, waouw, il n'avait jamais eu d'aussi magnifiques conversation qu'a ce moment là. Ces gens-là étaient souvent d'une clairvoyance incroyable, et ils étaient tellement crevés qu'ils n'avaient aucune pudeur, et une tendance a parler sans s'arrêter. Bien entendu, James restait souvent sur la défensive, mais il y avait toujours un moment où il était tellement crevé qu'il se mettait a jouer un rôle, au lieu d'être tout simplement lui même. Parfois même, la fatigue ou l'inspiration du rien était tellement puissante qu'il se cachait dans un coin pour ne croiser personne. Il ne faut pas croire non plus qu'une armée de somnambules se baladait dans les couloirs de l'ISP la nuit, mais quelques uns, qu'il ne lui semblait pas avoir vu dans la journée. D'ailleurs il ne les revoyait que rarement. C'était plus rigolo, et puis franchement, pour un écrivain, quelle matière, quelles idées! Une sorte de liberté que lui-même ne se permettrait même pas en rêve. Mais c'était différent. Mieux, même. Et s'il n'était pas un gros dormeur, il aurait fait ça toute les nuits, errant dans les couloirs comme une âme en peine. Bien sur, avant de se décider a sortir de sa chambre, il avait enfilé un pull tout doux mais très épais gris, et un pantalon de lin qui lui faisait en général office de pyjama. Oui bon, vu l'amplitude de ses habits il était assez découvert de partout, mais en général l'habillement ne comptait pas dans ce monde de zombie-conte de fée. Et ça le faisait l'aimer encore plus.

Il ferma la porte de sa chambre 223 tout doucement, même s'il n'avait aucun colocataire et que tout le monde semblait dormir d'un profond sommeil dans le couloir, et commença doucement a marcher dans le couloir. Il regretta très vite de ne rien avoir amené, et au lieu de se lamenter, il admira la lumière étrange de la nuit totalement noire mêlée a la lumière orange tamisée des éclairages nocturnes de l'ISP. Habituellement, le couvre-feu interdisait de sortir de ses quartiers a cette heure-là, ou de parler dans les dortoirs, sauf cause artistique. Mais en même temps, n'étais-ce pas une raison artistique? Non, plus sérieusement, malgré le fait qu'il soit trois heures du matin, on était samedi. Personne ne pouvait rien lui dire. Et puis il était déjà assez saoulé de rester dans sa chambre de l'institut pendant un week end. Il pourrait être n'importe où dehors, mais il devait travailler...Oh et puis finalement peut être que ça ne le gênait pas tant que ça. Il n'était pas un garçon de liberté, et il avait déjà tout vu dans Amsterdam. Ici, il sentait que d'autres choses importantes ne lui avaient pas encore été révélées. Il se mit a marcher a pas feutrés, écoutant autour de lui, sourd aux dangers. Arrivé au bout du couloirs des dortoirs, il descendit un escalier pour en remonter un autre. Il était a présent dans les couloirs des salles de cours. Il regarda avec un petit sourire distrait l'intérieur des grandes pièces vides aux sols couverts de chaise d'étudiants. C'était quand même mille fois mieux la nuit. Lasse, finalement, il s'assit le dos contre le mur et clos ses paupières un instant. Puis les rouvrit presque aussitôt, pas spécialement effrayé, juste concerné. Quelqu'un s'avançait dans le couloir.


Don't you know I'm strong
I could win the world
For you for you...

Revenir en haut Aller en bas
Valentine Zylstra
• I'll be your best friend and you'll be my Valentine...


Nombre de messages : 825
Age : 28
Nationalité : Hollandaise
Crazy for : Lollipops
AmstelMood : Very irritated
Date d'inscription : 05/12/2007

MacBook
Job:
To-Do List:

MessageSujet: Re: Just blink an eye [R.]   Lun 14 Jan - 0:55

Dans l’ensemble, il fallait bien avouer que les élèves de l’ISP n’avaient pas franchement énormément de travail sur le dos au cour de l’année. Ils n’étaient pas à plaindre, loin de là même, nombreux étaient ceux qui profitaient pleinement de leur temps libre. Aussi bien la journée que la nuit. Telles de véritables chauves-souris, certains optaient pour un mode de vie nocturne bien particulier tandis que d’autres jouaient les petites souris filoutes le jour. Il y en avait pour tous les goûts. Dans le cas de Valentine, il était possible de la placer dans les deux catégories car on pouvait aisément remarquer sa présence aussi bien le jour que la nuit, à croire qu’elle ne fermait jamais l’œil.
Le week-end venait tout juste de débuter et la jeune femme s’était adonnée à l’un de ses passes temps favoris depuis qu’elle était adolescente : Faire la fête. Extrémiste dans l’âme, chacun de ses choix, ses gestes, ses paroles étaient excessifs. L’excès était un de ses péchés mignons, bien souvent malgré elle. Etudiante au fort caractère, elle était la seule juge de ses actes et la seule maîtresse de son corps, l’avis des autres l’avait toujours très peu intéressé et cela n’était pas prêt de changer.

Ce soir là, elle avait retrouvé une bande de quatrièmes années au Jimmy Woo, certainement l’un des endroits les plus en vogue de la jeunesse dorée d’Amsterdam. L’alcool y coulait à flot, l’ambiance y était torride et explosive, les jeunes héritiers pouvaient s’y retrouver et faire la fête sans pour autant être dérangés par des personnes de ‘seconde zone’. Car précisons-le, Valentine n’appréciait que très peu les étudiants aux faibles moyens dont les revenus familiaux laissaient à désirer. Elle était née dans la luxure et les billets verts et devait tout ce petit bonheur à ses deux parents, le destin avait fait d’elle une privilégier, tant pis pour les autres. S’il existait belle et bien une divination céleste, celle-ci avait donc voulu que certains soient avantagés sur le reste du monde, il était donc notoirement compréhensible pour quelqu’un comme elle de penser qu’il y avait un temps pour se mélanger aux diverses classes sociales et un autre pour reprendre son dû si précieux.

Vingt et une heures : Une soirée prometteuse en perspective. Minuit : Un rythme endiablé ancré en eux. Une heure du matin : Les premiers effets secondaires de l’alcool se font ressentir. Et enfin, Deux heures et cinq minutes : Une fin de soirée complètement désastreuse. Accompagnée d’une dizaine d’étudiants, Valentine avait passé un agréable moment jusqu’au moment où il fût l’heure de rentrer à l’école. A cet instant, ils n’étaient plus que quatre et tous étaient pour le moins… ivres et indéniablement sur le carreau. Ayant eu l’ingénieuse idée de se faire escorter jusqu’au club en voiture, elle n’avait pas jugé bon de s’encombrer de son sac, sachant pertinemment que la galanterie de certains les pousserait à débourser pour elle ce qu’elle souhaitait, comme une simple consommation. Ce qui fût le cas, bien entendu. Seulement voilà, aucun de ses trois amis n’étaient en état de conduire et même si l’un d’entre eux avait été capable de le faire – y compris elle – cela ne servait strictement plus à rien car par un hasard quelconque, la voiture avait été emmenée à la fourrière. Un grand merci à celui qui, apparemment, ne savait pas se garer.

Ils durent donc regagner l’ISP à pieds ou du moins faire un petit bout de chemin, pour commencer… Mais comble de l’ironie, ils ne croisèrent aucun taxi nocturnes sur leur chemin. Quelle soirée tout de même. La jeune Hollandaise fût contrainte de marcher quarante cinq longues minutes dans des ruelles parfois non éclairées en compagnie de trois personnes joyeusement saoules. Une fois devant le bâtiment, elle préféra se séparer du groupe et finir le trajet qui la mènerait à sa chambre seule, histoire de ne pas se faire remarquer. Par ailleurs, elle semblait d’une humeur pour le moins exécrable. Et ce foutu mal de pieds ! Alors qu’elle marchait dans les couloirs sombres de l’établissement, elle finit par s’arrêter au niveau des salles de cours et retira ses chaussures dotées de talons aiguilles extrêmement fins et hauts, qui lui permettaient de lui faire gagner quelques centimètres, du haut de son petit mètre soixante et un, elle ne payait pas de mine… Même si tous savaient quelle harpie sauvage sommeillait en elle.

Vêtue d’une courte robe noir, classique mais très chique, recouverte d’une légère veste blanche comme la neige, elle se remit en route, grommelant intérieurement contre ces personnes à cause desquelles sa soirée se termina sur une touche on ne peut plus mauvaise. Même si les couloirs étaient peu éclairés, on pouvait clairement y distinguer des ombres mouvantes qui se profileraient à l’horizon si jamais quelqu’un faisait son apparition. Ses chaussures dans sa main gauche et marchant d’un pas silencieux, son regard vairon se posa sur un jeune homme, assis contre un mur, dont les yeux étaient tournés dans sa direction. Interrompant sa marche à sa hauteur, la jeune femme le fixa d’un regard sombre, probablement non visible sous cette faible luminosité.


« Qu’est-ce que tu regardes ? Lança t’elle sans ménagement avec désinvolture. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Just blink an eye [R.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crazy in Amsterdam :: Out Of Game :: Trash Can-
Sauter vers: