AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I wish a was a mermaid [R]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: I wish a was a mermaid [R]   Mar 15 Jan - 6:34

Fermant les yeux, tout en respirant profondément pour atténuer cette rage qu’elle sentait bouillir en elle, June serrait les poings, ne voulant pas se mettre en colère pour un détail aussi futile. Elle était une grande artiste, c’était un fait. Elle n’avait beau ne pas accepter les compliments, la demoiselle Destiano les appréciaient tous, et avait apprit, aux cours de séances de flatterie qu’elle avait un talent pour le dessin, la peinture et la sculpture. Pratiquant ces formes d’art au quotidien, elle traînait toujours des pastels aux coloris extraordinairement riches, résultat d’une pigmentation entièrement naturelle. De plus, elle avait toujours ses crayons de bois, dessinant presque constamment des petits croquis dans la tablette à dessins qui ne la quittait jamais. On savait aussi lui trouver des qualités en musique, en écriture, bref, dire que June était douée n’était pas un simulacre de bonnes intentions, ce n’était qu’un bien-fondé. Cependant, comme tous, la jeune femme avait son talon d’Achille. Petit détaille qui empêche la perfection, et donc la fausse-modestie, voir la vantardise. Dans ce cas bien précis, il s’agissait de la photographie. Pourtant, le concept même de photographier quelque chose n’est pas bien compliquer, mais June ne savait prendre une bonne photographie, puisse-t-il y avoir l’éclairage parfait. C’est donc à son grand damne qu’elle apprit le projet d’architecture de la session. Photographier votre bâtiment favori et en faire une description des plus techniques. Non seulement toute place à une certaine liberté dans un tel projet était totalement proscrite, elle ne saurait prendre un bon cliché, même si sa vie en aurait dépendu. Et pourtant la voilà, un samedi après-midi, par une température agréablement fraîche, à se battre contre le minable appareil jetable qu’elle avait acheté il y a de cela quelques décennies. Trouver son bâtiment favori n’avait pas été difficile, il s’agissait sans aucun doute de l’Artis, le zoo d’Amsterdam, mais elle se désolait de ne pas pouvoir transcrire un tel exemple d’architecture dans ses vains efforts de photographe amateur.

Elle se décida finalement à changer de tactique, préférant un résultat plutôt moyen que de faire une mauvaise représentation de ce monument, et sortie de son sac à main, un immense fourre-tout noir, simple comme tout, sa tablette à dessin, dessinant un rapide croquis de l’immeuble, se promettant de revenir le lendemain avec toute sa peinture. Les lignes courbes qui s’enchaînent sur la feuille donnèrent finalement un semblant d’immeuble, et satisfaite, June rangea de nouveau la tablette dans son sac, et suivant son impulsivité, rentra dans le zoo, bien qu’une montagne de devoirs l’attendaient.

Déposant son sac et son petit trench coat vert forêt aux vestiaires, c’est vêtue d’une petite jupe aubergine et d’un simple chandail au col bateau noir qu’elle trottina jusqu’à l’aquarium, sa section favorite de l’endroit. D’immenses vitres la séparaient d’un monde sous-marin où cohabitaient les poissons les plus colorés et les requins les plus dangereux. Suivant un poisson clown de vitres en vitres, bousculant doucement quelques personnes sur son chemin, s’excusant de son rire charmant, elle arriva finalement au centre de la pièce, où l’aquarium vous entoure complètement. Elle regardait partout à la fois, fixant le requin tout en jetant un coup d’œil à la raie qui planait à peine au dessus des sables. Tournant sur elle-même, elle s’amusait comme une vraie gamine, et étourdie, elle s’assit au centre de l’endroit, levant son regard émerveillé vers les mystères des profondeurs marines.

C’est alors qu’elle remarqua, qui approchait vers elle Fabrizio Mignotti. Avec des grands gestes et un sourire tout aussi grand, elle l’invita à s’asseoir proche d’elle, et s’accotant sur son épaule, sans quitter des yeux l’étoile de mer qui tentait d’échapper à un oursin, elle le salua d’une manière très peu habituelle.

« J’adore cet endroit! Bon d’accord, il n’y a pas les 5 000 poissons promis, que quelques 4 793, mais n’empêche que tout ça, c’est… woah! »

Elle lui fit un grand sourire, se tournant finalement vers lui, et sur le ton de la confidence, s’approcha de son oreille.

« Je souhaiterais être une sirène…! »
Revenir en haut Aller en bas
Fabrizio Cominotti
° Why be such a monster ?


Nombre de messages : 1544
Age : 27
Nationalité : Sicilienne xD
Crazy for : Life, simply
AmstelMood : Happy
Date d'inscription : 14/12/2007

MacBook
Job: Enseignant
To-Do List:

MessageSujet: Re: I wish a was a mermaid [R]   Mer 16 Jan - 1:19

Il y a plusieurs moyens d’oublier ses problèmes : soit on se rue sur la nourriture - quoi de meilleur qu’une bonne tablette de chocolat au lait, hein ? - soit on préfère sombrer dans l’ivresse - alcool, drogues et j’en passe - ou soit on sort des sentiers battus, un peu comme Fabrizio. Lui ? Oh, il se rend au zoo pour se changer les idées. Aussi surprenant que cela puisse paraître, c’est à ses yeux l’endroit le plus merveilleux qui soit - après la Sicile, cela va de soi - le plus étonnant. Pourquoi ça, me direz-vous ? Eh bien, pour la simple et bonne raison qu’il y trouve le calme et le repos nécessaire à son âme, l’amusement et l’imprévu que recherche son esprit, et enfin parce qu’il y croise des enfants émerveillés, ce qui a le don de le délecter. C’est un fait prouvé : voir les gens heureux le rend, à son tour, heureux.

A vrai dire, lui-même est resté un ‘grand enfant’. Il lui arrive de passer des heures à guetter la sortie d’une panthère, à patienter jusqu’à ce qu’un singe daigne en câliner un autre, en un mot, à observer le comportement des animaux. Fabrizio fait en effet parti de ceux qui sont intimement persuadé que si l’homme doit énormément apprendre de son prochain, il doit aussi s’efforcer d’étudier la faune et la flore composant ce monde. Ce jour-là pourtant, une seule chose attirait son attention : l’aquarium de l’Artis. Il n’avait pas la moindre envie d’écouter les oiseaux piailler, les fauves grogner, ainsi de suite. Non il voulait le silence. Rien que le silence. Il avait besoin de communiquer avec lui-même, de dialoguer avec son âme.

Il se posta devant l’aquarium géant - celui où cohabitaient requins, poissons multicolores et étoiles de mer - et laissa voguer son esprit. Les couleurs des poissons le renvoyaient à son enfance : si belle, si pittoresque. Les dents blêmes des carnivores lui rappelaient ses coups durs parce qu’il avait l’impression que le Destin avait 'croqué' une once de son cœur. Enfin, les étoiles de mer incarnaient le moment présent ou tout du moins sa situation actuelle. Il avait en effet la vague impression d’être au centre d’un énorme carrefour, un carrefour où se rejoignaient cinq voies. Et, bien entendu, il ne savait pas laquelle choisir. Il hésitait. Subitement donc, il détacha ses yeux de l’aquarium et n’eut pas le temps de répondre à cette énigme : il venait d’apercevoir June. Le sourire jusqu’aux oreilles, elle vanta les mérites du Zoo - ou plutôt de l'Aquarium - et il se contenta d’acquiescer. Toutefois, l’ultime phrase de la Belle le fit rire aux éclats.


« Tu polluerais la mer, June » fit-il en s’installant sagement à côté d’elle. Il se doutait que sa réplique - bien qu’elle soit taquine et non 'pensé' - ne laisserait pas indifférente June. « Enfin je veux dire, tu polluerai la mer par ta beauté, ton intelligence, ton humour merveilleux et… » Il laissa sa phrase en suspend remarquant qu’il était plus en train de s’empourprer qu’autre chose.

*Damn*

« Ca va, ça va. J’ai rien dit » conclut-il en hochant légèrement la tête. Il décida finalement d'arrêter les sarcasmes. Se tournant complètement vers elle, il l’observa silencieusement, le regard animé par une sorte de tendresse inhabituelle chez lui. Ou presque. June représentait beaucoup pour lui. C’était plus que son ex’, c’était une fille différente. Alors il avait l'habitude de la regarder ainsi, avec cette proximité inhérente à leurs deux personnalités.

« Tu me laisseras être ton Ulysse j’espère ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I wish a was a mermaid [R]   Ven 25 Jan - 6:09

« Ulysse? Pour que tu entendes ma voix, mais que tu réussisses à m'échapper, laissant ton équipage t'enchaîner au mat du navire? » Marquant une petite pause, comme si elle réfléchissait à la proposition du jeune homme, June sourit, et secoua la tête. « Non. » Détachant son regard d'un poisson arc-en-ciel qui pirouettait entre les algues, elle le fixa de ses grands yeux azurés. « Je ne te laisserais pas partir... tu seras plutôt un de ces marins infortunés qui n'aurait pas été informé par Circé, et qui serait tombé dans mon piège... Avec moi à jamais! »

Avec un petit rire, elle glissa sa main dans celle de Minotti, et entrecroisa leurs doigts. Ils partageaient quelque chose de spécial, et d'indéfinissable, mais la seule chose que June savait, c'est qu'elle aimait se retrouver en sa compagnie, être simplement là, assise avec lui, alors que les gens se faufilaient autour d'eux. Il lui semblait qu'ils étaient coupés de tous ces gens, qu'ils les observaient sans intervenir, comme s'ils ne faisaient pas partis du tableau. Qu'on les aurait intentionnelement omis dans l'oeuvre, les laissant aller à leur guise dans la peinture, agir comme ils le voulaient, sans que les gens semblent s'en rendre compte. Ils étaient les spectateurs passifs d'un spectacle, resté bloqué sur le bouton acceléré. Les formes se mouvaient autour d'eux sans les affecter, ils étaient seuls au monde, simplement assis par terre à fixer les poissons. Étourdie par cet autre monde qui évoluait autour d'eux, June se coucha sur le dos, réajustant sa jupe de sa main libre, pour finalement la laisser tomber lourdement sur le plancher. S'il n'avait été de ses yeux, anormalement ouverts sur le monde sous-marin qui virevoltait autour d'elle, on aurait pu la croire inconsciente, avec sa chevelure dorée éparpillée autour d'elle et son teint blême. Pourtant, elle tenait toujours dans sa main celle de Minotti.

« En fait, je ne voudrais pas être une sirène comme dans la mythologie, avec Ulysse. Elles étaient mi-femmes, mi-oiseaux... Je préférerais être comme Ariel! Et tu as le choix... Polochon ou Sébastien! »

Référence nécessaire aux films signés Disney. June était leur plus grande admiractrice, encaissant avec le sourire les gens qui appuyaient que ça ne faisait pas sérieux et qu'elle démontrait de l'immaturité en affectionnant ce type de films. En fait, elle aimait croire aux contes de fées, elle aussi saurait trouver son prince charmant un jour. Ou du moins, ce qui s'en rapprocherait le plus... Avec un sourire, elle fixait l'anguille de l'aquarium, repensant à la pique de Fabrizio. Ça la fit rire, toute seule, mais elle ne s'en souciait pas. Elle aimait son humeur maladroit et un rien naïf, et elle aimait croire qu'elle commençait à le cerner. Minotti était en effet reconnu comme le grand et ténébreux inconnu, impossible à démystifier. Mais elle aimait penser qu'avec elle, il s'affichait comme il l'était réellement. Un enfant qui aurait été contraint de grandir trop tôt, trop vite, et qui tentait, avec des tentatives frôlants parfois la désespération, de racheter ces quelques années d'innocence qui lui avaient échappées autrefois.

« Tu crois que si on les suppliaient, ils nous laisseraient aller nager avec les poissons? »

Les reflets lumineux, ces éclats de lumière filtrer par ce faux-océan, illuminant son visage, découvrant un air parfaitement innocent, alors qu'elle ne cessait de regarder partout, ne voulant pas manquer le spectacle.

« Ou sinon, nourrir les requins, pourquoi pas... »

Elle voulait rejoindre ce monde de petits poissons qui se tortillent autour de vous. Retrouver la liberté des grands espaces, l'apaisement de l'eau, et le bruit de la mer, les vagues qui s'écrasent sur un sable constamment humide. Fermant les yeux, elle prit de profondes inspirations, voulant retrouver cette odeur caractéristique. Un rien de poisson, du sable chaud et du sel. L'odeur de la liberté, loin des contraintes.

[Je ferais mieux dans le prochain post ]
Revenir en haut Aller en bas
Fabrizio Cominotti
° Why be such a monster ?


Nombre de messages : 1544
Age : 27
Nationalité : Sicilienne xD
Crazy for : Life, simply
AmstelMood : Happy
Date d'inscription : 14/12/2007

MacBook
Job: Enseignant
To-Do List:

MessageSujet: Re: I wish a was a mermaid [R]   Jeu 31 Jan - 0:25

« Ouh » fit-il en grimaçant légèrement, tandis que June prédisait l'avenir qu'elle lui réserverait si toutefois elle était l'une des nombreuses sirènes homériques. « Redoutable » Il ajouta ces mots en plissant légèrement les yeux comme s'il redoutait vraiment la jeune femme. La réalité était tout autre : non pas que Miss Destiano soit inoffensive - loin de là - mais plutôt qu’avec le temps, Minotti avait appris à déjouer ses ruses, à demeurer insensible à ses charmes. Malgré tout, le Belle gardait une forme d’ascendant sur lui de sorte qu’ils entretenaient une relation des plus ambigües. June glissa l’une de ses mains dans celle de Fabrizio sans que ce dernier n’éprouve la moindre gêne. Au contraire, c’était une habitude entre eux. En effet, en dépit de leur séparation, Destiano et Minotti demeuraient plus proches que jamais : l’alchimie enfantine qui les liait respirait pourtant la pureté.

« Polochon ! » répondit-il sans la moindre hésitation, après avoir étouffé un rire cristallin. « J’aime bien sa bouille ensoleillée ». Il se tourna vers June qui était désormais étendue sur le dos et esquissa un sourire amusé. A vrai dire, il était en train de s’imaginer ceci : lui, en poisson clown graisseux mais attachant ; lui, en ami dévoué et loyal car telle était la personnalité du meilleur ami d’Ariel dans le célèbre dessin animé. « Enfin, je pensais que la place du Prince me reviendrait de droit » fit-il en roulant des yeux, l’air faussement innocent. Il passa sa jambe de l’autre côté du banc, histoire de s’asseoir à califourchon. Il pouvait ainsi garder un œil sur June et fixer les poissons en même temps. Il avait la vague impression d’être dans un monde - un monde plus serein, plus paisible - un univers où tout ne serait qu’amour, calme et liberté. Mais une fois encore, c’était une illusion : par une simple question, June le ramena indirectement à la réalité.

« Je ne vois aucun panneau qui l’interdit » dit-il à propos d’une baignade avec les animaux marins. « Mais je pense quand même qu’une telle folie signerait notre arrêt de mort » Marquant une pause, il se mit à réfléchir à l’explication la plus adéquate à lui donner. « Ne crois pas tout ce que tu vois dans les dessins animés, June » fit-il en plantant ses yeux sombres dans les siens. Il adorait la naïveté, la pureté émanant de la jeune Destiano mais il se sentait parfois contraint, contraint de la ramener à la surface de peur que ces deux caractéristiques ne la desservent. « Il n’y a rien de vrai là-dedans ». Il baissa les yeux, visiblement gêné mais renchérit par la suite, le regard lumineux « … sauf les sentiments » conclut-il avec un sourire en coin. Fabrizio adorait les Disney pour leur idéalisme. Toutefois, il parvenait à garder les pieds sur terre. Les épreuves vécues tout au long de sa vie lui avaient appris à ranger son optimisme, à affronter la réalité sans se réfugier constamment dans des histoires romancées.

[ Désolé j'ai passé quelques jours difficiles, je suis à sec niveau inspiration ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I wish a was a mermaid [R]   Aujourd'hui à 23:19

Revenir en haut Aller en bas
 
I wish a was a mermaid [R]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crazy in Amsterdam :: Five years ago... :: ... our lives happened :: Amsterdam City-
Sauter vers: