AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 He. How are you tonight ? [Pv.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: He. How are you tonight ? [Pv.]   Jeu 17 Jan - 0:50

S’il y avait bien une chose que Tinsley détestée – en dehors de la femme pathétique qui lui servait de belle-mère mais nous n’allons pas nous aventurer dans un sujet aussi épineux pour l’instant du moins- c’était d’être inactive. N’avoir rien à faire l’ennuyer au plus au point et s’ennuyez était quelque chose que la jeune Roederer ne supportait pas. La jeune femme n’était pas du genre super active, elle avait même parfois de long moment de farniente mais elle aimait avoir quelque chose à faire, principalement un défi à relever, un objectif a atteindre. Il est vrai qu’elle pouvait considérer que réussir son prochain test de géopolitique était en soit un objectif à atteindre et avait donc enfin trouvé quelque chose qui la sortirait de son ennui à savoir réviser l’édit test. Mais à vrai dire elle ne comptabiliser pas cette réussite comme un défi car premièrement il était certain que la divine jeune femme qu’elle était réussirait ce texte avec une facilité alarmante et plus que rageante pour ses camarades qui eux devaient passer des heures à plancher pour le réussir. Tout le monde le savait, la vie était tout simplement injuste mais après tout Tinsley ne s’en était jamais plainte, n’étant pas vraiment concernée par ces injustices. Et deuxièmement, bosser pour réussir quelque chose qu’elle réussirait même sans rien faire n’allait pas vraiment la sortir de son ennui assommant. Bref, allongée sur son lit sans dessus dessous, vêtue d’un boxer-short Armani appartenant à son frère qu’elle avait en sa possession depuis qu’elle avait genre quinze ans–mais qui lui allait toujours trop grand- et d’un top blanc dont les bretelles ne cessaient de glisser sous ses épaules menues, Tinsley observait le plafond au dessus du lit de sa chambre universitaire, ses longs cheveux caramels éparpillés autour de son magnifique visage. Pathétique me direz vous. Pas du tout vous répondrai-je. Comprenez que lorsqu’on passe ses journées à être entourée d’une multitude de personnes vous prenant pour modèle car vous êtes l’incarnation de la perfection, être seule à rien faire à part fixer le plafond peut se montrer extrêmement relaxant. Vraiment. Ne pas se trouver au milieu d’une foule de personne espérant un simple sourire de votre divine personne était tout ce dont avait besoin notre Tinkerbell. Et puis cela lui permettait de penser un minimum à son avenir ce que la jeune femme faisait rarement. Cela pouvait sembler étonnant sachant que la jeune femme se trouvait dans l’un des institues d’Etudes Politiques les plus prestigieux au monde, il aurait été logique que la jeune femme ait une quelconque idée concernant sa vie futur mais à vrai dire ce n’était pas exactement avec une idée précise qu’elle avait choisi de suivre les cinq années de cours intensifs que proposait l’ISP. Contrariée son père était principalement la raison de sa présence à Amsterdam. En effet, celui-ci avait depuis toujours prévu que tout comme lui sa fille irait à Yale mais depuis qu’une certaine pétasse blonde arriviste à peine plus âgée que notre héritière préférée avait fait son entrée dans l’illustre famille Tilmant, Tinsley avait cherché tout les moyens pour faire ressentir à son paternel qu’elle ne désirait plus du tout suivre le même chemin que lui qui avait manifestement un goût exécrable. Toujours est-il qu’a présent la jeune femme venait d’entamer depuis quelques mois sa troisième année et ce qu’elle comptait faire de sa vie lui semblait totalement vague. Bon, ce n’était pas comme si elle devait vite trouver un métier pour ensuite pouvoir genre payer ses factures puisque la somme que contenait son compte en banque pouvait permettre à genre toute l’Afrique subsaharienne de sortir de sa misère mais la n’était pas la question. De toute façon, la jolie brunette de devait pas se prendre –sa tout aussi jolie- tête puisque d’ici la elle serait sans doute devenue dictatrice, actrice, mannequin ou un truc du genre qui la propulserait direct superstar. Tout bien réfléchi actrice était déjà à rayé de la liste parce que devoir se plier aux ordres d’un scénariste, producteur -ou quelque soit les autres noms de métiers dirigeant la réalisation d’un film- était carrément impossible pour la jeune femme libre qu’elle aimait être. De même pour mannequin, car bien qu’elle en ait le physique Tinsley exécrait ce métier. Il est vrai qu’il fut un temps lointain où être héritière et mannequin avait une certaine classe mais ce temps est définitivement révolu. Passer des heures à poser devant des photographes dans des positions carrément inconfortables dans des habites parfois atroces pour des sommes carrément dérisoire par rapport à ce que verse son père sur son compte chaque semaine n’est maintenant bon que pour ces brésiliennes ou ces filles de l’Europe de l’Est dont le rêve est d’avoir un jour un semblant de la vie que mène notre brunette préférée. Il ne lui restait donc qu’à être dictatrice (a) ou à l’origine d’un truc génialissime, du moins plus génialissime que sa présence en elle même ce qui semblait carrément impossible puisqu’elle était quasi-parfaite.

Ce fut sur ces idées d’avenir particulièrement intéressante que Tinsley décida qu’il était temps qu’elle s’active, parce que bon, ces chers camarades allaient genre dépérir sans la divine présence de leur princesse incontestée à leurs cotés ou plutôt de sa lointaine présence car Tinsley accordait son attention à seulement un petit groupe de privilégié vous vous en doutiez et elle ne voulait pas être responsable de la mort d’autrui, quelle gentillesse. Elle leva son fin poignet entouré d’une fine montre Cartier en or blanc ornait de petits diamants De Beers au dessus de ses yeux magnifiques yeux émeraudes et constata qu’il était déjà plus de vingt-trois heure. Se relevant avec sa grâce coutumière et légendaire, la jeune femme se dirigea vers son dressing pour y choisir une tenue –hehe logique. Le fait est qu’elle avait décidé de daigner assister à une fête donné par d’autres étudiants dans une autre chambre de l’institue. Ceux-ci l’avaient limite suppliée pour qu’elle assiste à leur fête sachant qu’une apparition, même minimum, de la fascinante Tink’ permettrait à cette fête de faire parler d’elle et donc logiquement des étudiants l’ayant organisée et d’y avoir un peu d’ambiance car chacun savait que Tinsley ne supportait pas qu’une fête soit ennuyeuse et si tel était le cas alors notre héritière favorite savait y remédier. Tinkerbell attrapa sans y prêter vraiment d’attention une mini robe bustier Ginger&Java en soie turquoise et verte hallucinante par dessus ses sous-vêtements en soie & dentelle noire La Perla , elle allait chausser des babies noir plus-simple-tu-meures acheter dans une boutique de babioles à Hong Kong pour deux dollars –il n’y avait que Tinsley pour oser porter une robe aussi époustouflante avec de simple babioles & le porter avec autant de classe- lorsque son Iphone se mit à vibrer. C’était Steven qui lui demandait si ça lui disait de venir le rejoindre au Club 11 comme il le faisait souvent. Un sourire se dessina sur les lèvres de la jeune héritière. Parfait. Tout d’un coup cette soirée prenait une tournure beaucoup plus sympathique. Au lieu d’aller à une soirée programmée pour une chiante à mourir où des abrutis finis lui lècheraient les bottes ou dans le cas présent ses babies, elle allait rejoindre un de ses plus proches amis avec qui elle passait toujours de super moment. Attrapant son Kelly de chez Hermes, elle sortit de sa chambre où sa colloc’ & amie n’était manifestement pas et ferma donc la porte à clefs, après tout elle ne voulait pas qu’un élève boursier vienne lui piquer ses coutures fringues de créateurs qui n’irait certainement pas au voleur potentiel vu la taille proche de zéro que faisait Miss Roederer ou qu’un psychopathe complètement accro à sa parfaite personne vienne fouiner dans ses affaires.

Près d’une heure et demi plus tard –le trajet était abominablement long et pourtant la jeune femme avait soudoyé le chauffeur pour que celui-ci aille plus vite, Tinsley franchissait les portes du Club doublant ainsi la fille longue d’une bonne centaine de personnes et sans doute plus, la belle n’ayant jamais était forte pour évaluer approximativement le nombre de personnes dans une foule, adressa un sourire au videur qui venait presque de lui faire un révérence. Dieu, que c’était dur d’être elle même. Immédiatement la musique assourdissante monta aux délicates oreilles de Tinsley et sans attendre la jeune femme grimpa les escaliers menant à quelques ‘salons’ où Steven et elle se retrouvait toujours. Ne prenant pas garde aux jeunes hommes essayant de l’attirer contre eux pour danser ou bien leur lançant un regard suffisamment noir pour qu’ils comprennent que non, ils n’avaient aucune chance, Tink’ continua son chemin de sa démarche légère et sensuelle, déterminée et féline vers ‘son salon’. A travers les vitres de verres, elle aperçut Steven assis devant un verre et une bouteille qu’elle reconnut en tant que de la Vodka. Poussant la porte et pénétrant dans les lieux –où dieu merci la musique était moins forte- Tinsley apostropha alors son ami d’un ton malicieux, son éternel petite sourire taquin aux lèvres, ses yeux pétillant comme à son habitude.


Alors ? On ne m’attend même pas pour trinquer ?

Elle se dirigea alors vers le jeune homme et maintenant qu’elle était plus proche et qu’elle pouvait facilement voir les traits de son visage, elle remarqua le visage triste et la mine sombre de son amie. Tinsley arqua un sourcil à la courbe parfaite et posant son mignon petit cul à cotés de Steven sur l’un des canapés moelleux et exclusivement blancs elle demande sérieusement.

He, quelque chose ne va pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: He. How are you tonight ? [Pv.]   Jeu 17 Jan - 3:37

    Brisé. Anéantit. Décomposé. Bléssé... Il aurait été difficile de décrire l'état d'esprit de Steven en ce moment mème. Il se trouvé la, dans ce long couloir sombre et quasiment desert, ne sachant plus ou poser son regard. Il se sentait vide, si vide de tout. Ses forces semblaient le lacher alors que tout se mélangeaient dans son esprit. Pourquoi fallait il toujours que les choses sepassent ainsi ? Les femmes étaient elles toutes des ètres du genre a vous planter un couteau dans le dos au moment ou vous avez le plus besoin d'elle ?! Ou alors c'était juste le cas des femmes que Steven fréquentait ? Enfin, vous admettrez que la bonne chose avec Lucy c'était qu'elle avait ouvertement annoncée a Steven sa trahison. Cette fois, il n'avait pas appris la nouvelle par les tabloids. Elle avait été honnète avec lui, on pouvait au moins lui accorder ce mérite. Lucy se tenait la, face a lui, les larmes coulant sur ses joues, il ne savait plus quoi dire, pas plus qu'elle n'osait parlait. De toute facon, qu'aurait elle bien pu dire ?! Qu'elle été désolée, que ce n'était pas ce qu'elle voulait ? Que c'était lui qu'elle aimait et pas un autre ?! Balivernes... Si elle l'aimait vraiment, jamais elle n'aurait profitée de son abscence pour aller flirter avec un autre mec. Partagé entre colère et tristesse, deception et doutes, Steven préféra tourner les talons. Il n'y avait plus rien a dire. La converstion était close. Comment avait elle pu lui faire ca. Elle savait pourtant qu'il avait besoin de soutient en ce moment avec les problèmes familiaux qu'il traversait. Mais non, demander a sa petite amie d'ètre la pour lui, de le soutenir et de l'aimer se devait ètre trop dur... Enfin, peut ètre ps aussi dur que de lui demander d'ètre fidèle apparemment. Comme quoi, il ne faut pas trop en demander a une femme. Si Steven en voulait a Lucy ?! Il se sentait trahi, blessé... Il l'aimait tellement, il aurait tout donné pour elle mais, voila que madame s'amusait a aller voir ailleurs sous pretexte qu'il lui manquait. Non mais quelle excuse bidon je vous jure.

    Alors qu'il marchait d'un pas lent a travers le couloir sombre, sans vraiment savoir ou il se rendait, les images faisant la couverture d'un des numéros de People Magazine d'il y a cinq ans deja lui revinrent a l'esprit. Lenny et ce jeune acteur a la manque... Son passé, son premier vrai chagrin d'amour. Toutes pareille. Elles. Les femmes. Jouer avec les sentiments des hommes, c'était tout ce qu'elles savaient faire. Le jeune Jones avait l'impression d'avoir le coeur prit dans un étau. Tout se mélangeait dans son esprit. Il était totalement perdu. Devait il pardonné, lui laisser une seconde chance, se dire que ce n'était qu'un simple faux pas au mileu de deux années d'un amour parfait ?! Ou se dire que la n'était que le prémice de nombreux autres faux pas, que s'il lui pardonnait, Lucy en profiterait pour le tromper de nouvelles fois et pas que par un simple baiser accordé a un autre homme cette fois mais, bien plus que cela ?! Non, il ne pouvait pas laisser passer ca. Il ne pouvait pas faire comme si celle qu'il aimait n'en avait pas embrasser un autre que lui pour se consoler de son absence. Sinon, dans ses cas la, c'était la porte a toute sorte de tromperies. Il se sentait soudainement seul. Perdu. Il sortit alors son portable de sa poche, désactiva le mode touches bloqués puis cliqua sur la touche qui le menait a son répertoire. Il laissa glisser le curseur sur quelques noms dont celui de l'un de ses meilleurs amis ici, Alexander mais, il n'avait pas envie de lui prendre la tète avec ses histoires de coeur. Surtout qu'en ce moment, les deux jeunes étudiants ne s'étaient plus beaucoup adressées la parole. Au bout de quelques noms, Steven se résigna a quitter son répertoire et refourra son téléphone dans la poche de son jean puis soupira. Après tout, peut ètre valait il mieux qu'il reste seul a méditer sur son couple. Lui qui pendant deux ans avait, avec Lucy, formée l'image du couple modèle, n'était plus qu'un pauvre type ayant l'impression qu'on lui a piétiné le coeur. Non mais vraiment, que lui avait il prit de croire que le grand amour cela existait encore ?...

    A force de marcher, il se retrouva dehors. La, devant la grille de l'établissement, grille qu'il franchissa non sans se retourner. Se disant qu'il pourrait rebrousser chemin et retourner sécher les larmes de Lucy. Mais non, après tout, c'était a lui de pleurer, pas a elle... Il jetta un regard rapide a sa montre, celle ci affichait 18h30. Il soupira et se décida a marcher dans les rues de la ville. Marcher pour aller ou ?! Peu importe mais loin. Loin de l'ISP, loin de sa petite amie, loin de ses souvenirs... Marcher et éviter de penser était a présent ses seuls buts. Le temps passait et Steven marchait toujours au grès de ses pensées. La nuit s'était abattue sur la charmante ville européenne et l'obscurité entourait a présent le jeune homme toujours aussi préoccupé par ses pensées. Il avait des rèves, des objectifs, un but a atteindre. C'est pour cela qu'il était entré dans cette école. Mais si le moral n'y était plus, cela valait il encore la peine de rester ?! Oui, vous l'aurez compris, Steven avait la sensation d'avoir perdu l'amour, perdu la confiance, il avait juste l'impression d'avoir été trahi et plus rien n'vait de sens pour lui. Il remettait a préent tout en question. Peut ètre vous dites vous qu'il ne s'agissait que d'un simple baiser mais, Steven aurait sacrifié sa vie pour sa petite amie, il aurait tout donné a son bonheur, elle était la seule a savoir lui remonter le moral ces derniers jours... Et la fidélité était pour lui la base de tout alors... Oui, il ne savait a présent plus vraiment quoi penser... Plus rien ne semblait avoir de sens pour lui. Et, chez lui, la bas, a Paris, on avait besoin de lui...

    Un horrible mal de tète prit possession du jeune Jones. Trop réfléchir ne servait qu'a une chose, vous déprimer, vous faire douter d'avantage et vous faire choper une migraine atroce... Ou en l'occurence, les trois a la fois. Il n'avait besoin que d'une chose, se relaxer, se détendre, se changer les idées... Et, il y avait bien une personne qui pourrait l'aider pour cela. Une personne avec qui il avait envie d'ètre en ce moment. La seule personne, en dehors de Lucy, a savoir le lfaire sourire avec une facilité déconcertante, la douce et sublime Tinsley. Il esquissa enfin un sourire en pensant a elle. Il était plus de 23 heures et, la jeune femme, a cette heure ci était bien loin de dormir telle qu'il la connaissait. Il sortit donc son telephone de son jean Levis et composa a la vas vite son numéro qu'il connaissait par coeur depuis le temps. La jeune demoiselle ne se fit pas attendre, elle décrocha rapidement. Seven ne lui laissa alors pas le temps de dire grand chose, préférant lui donner rendez vous dans un endroit que tout deux aimaient fréquenter et ou ils avaient leurs entrées, connaissant plutot bien les videurs. Tinsley ne se fit pas prier et accepta le rendez vous. Steven lui, fut sur le lieu de rendez vous dix minutes après avoir passé son coup de fil. Le Club 11. Il soupira tout en regardant sa dégaine. Un jean bleu foncé Levis, une chemise Prada de couleur noir et ses cheveux coiffés en bataille, comme toujours. Ca irait mème s'il n'avait pas a cent pour cent un look présentable étant donné sa mine déconfite. Il fit un signe de la main au videur qui lui demanda de s'approcher. Une poignée de main rapidement échangée et, Steven était a l'intérieur du batiment. Des musiques assourdissantes arrivèrent rapidement jusqu'a ses oreilles, l'étourdissant légeremment. Mais, il n'était pas la pour danser de toute facon alors qu'importe la musique. Au contraire, elle lui faisait du bien, empéchant a son esprit le loisir de réfléchir. Il se dirigea d'un pas décidé vers les étages, sachant très bien ou il allait. Lui et Tinsley avaient leur petit salon privé a eux. Un salon aux tons blancs et marron. Steven se fit ouvrir la porte puis, se hata vers l'un des canapés, duquel il put se pencher vers le mini bar afin d'y attrapper une bouteille de Vodka qu'il posa sur la table avant d'attrapper deux verres qu'il posa aux cotés de la bouteille. Il fixa alors la bouteille, se disant que son amie ne tarderait plus a arriver, qu'il allait l'attendre avant d'ouvrir ladite bouteille. Mais, les minutes semblaient ètre des heures et, la bouteille elle, elle semblait le narguer, lui demander de l'ouvrir et de se servir un verre. Il en avait bien besoin après tout. Il finit donc par céder a la tentation, attrappant la bouteille, l'ouvrant et se servant un verre bien plein. C'est ce moment la que choisit la ravissante brunette pour faire son apparition. Il ne prit mème pas la peine de lever la tète vers elle, se contentant de reposer machinalement la bouteille sur la petite table en verre. Elle lui fit une petite remarque sur le fait qu'il s'était deja servi. Il leva les yeux vers elle, posant sur elle son regard triste et amer. Elle se décida donc a s'assoeir près de lui et, lui demanda d'un ton doux, sans jouer la comédie si quelque chose n'allait pas. Il tourna alors la tète. Reposant son regard sur la bouteille, la reprenant entre ses doigts puis demanda d'un ton froid et distant.


    - Je te sers ou tu veux jouer les psy du dimanche d'abord ?! Parceque figures toi que moi, j'ai tout sauf l'intention de raconter ma triste petite vie pathétique ce soir !!


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: He. How are you tonight ? [Pv.]   Mer 23 Jan - 18:39

    - Je te sers ou tu veux jouer les psy du dimanche d'abord ?! Parceque figures toi que moi, j'ai tout sauf l'intention de raconter ma triste petite vie pathétique ce soir !!


A ces mots, Miss Roederer arqua quelques secondes un de ses sourcils à la courbe parfaite. S’il y avait une autre chose que l’on pouvait citer dans la longue liste des choses que Tinsley ne supportait pas c’était bien qu’on lui parle avec le ton que venait d’employer Steven, c’est à dire froid et disant. A vrai dire ce ton était purement et simplement le ton qu’elle employait elle même pour parler à la plus part des gens mais elle appréciait moyennement voire carrément pas du tout qu’on lui parle de la même façon. ‘ Ne fais jamais aux autres ce que tu ne veux pas qu’on ta fasse ‘ ne semblait pas être un proverbe connu par Tinsley ou probablement que si mais elle ne semblait tout simplement pas disposée à le mettre en pratique. Le fait est que Steven venait d’employer ce même ton que vous avez compris elle ne supporte pas. Elle aurait très bien put ne rien ajouter de plus puis tourner ses hauts talons pour se casser immédiatement de leur salon privé, le laissant seul devant sa bouteille, tel l’alcoolique qu’il était en passe de devenir. Mais ce ne fut pas ce que fit la divine jeune femme. En effet, bien que le ton que venait d’employer son ami ne lui convenait pas particulièrement, il ne fallait pas oublier ce que je viens de rappeler, à savoir qu’il était l’un de ses amis et même l’un de ses plus proches amis qui plus est. De plus celui-ci semblait au plus mal & le ton la manière qu’il avait eut pour s’adresser à la sublimissime héritière le montrait encore plus, vu que s’il avait été dans son état normal jamais il n’aurait parler ainsi à Tinsley. Et Tinkerbell ne laissait jamais tomber ses amis lorsqu’ils avaient besoin d’elle -genre quasiment tout le temps puisqu’elle était un véritable enchantement et qu’elle savait illuminer la journée de n’importe qui par un seul de ses sourires- ce qui était manifestement le cas de Steven. Bref, voilà pourquoi, elle lui adressa simplement son éternel sourire à savoir un sourire à la fois malicieux et charmeur, taquin et ironique, coquin et innocent et désigna son verre de son menton parfaitement dessiné.

    - Sers moi donc, tu sais combien tout ce qui est pathétique m’insupporte et encore plus écouter les autres me raconter leur vie de long en large.



Tout en regardant Steven –qui savait parfaitement que malgré ce que la jeune femme venait de dire il pouvait parfaitement lui raconter sa vie s’il en ressentait le besoin- lui verser un verre, elle s’enfonça confortablement dans la banquette du canapé prenant ses aises puis balaya de son intense regard émeraude la pièce qu’elle connaissait parfaitement. Seules les personnes privilégiées -comme elle l’avait été depuis sa naissance- et importante pour le club – une seule de leur apparition sur la piste pouvait mettre le feu à la boîte- avaient accès à ces rares pièces. Celles-ci se trouvait au dessus de la piste et les parois en verre permettaient à leurs occupants d’observer ce qui se dérouler dans la boite sans toute fois pouvoir être aperçus par les centaines de clubbers. La musique leur parvenait plus ou moins fort selon leur désire et les lumières caractéristiques des boites de nuit leur parvenait tout de même. Bref, toute l’ambiance du Club sans subir la compagnie d’autres personnes totalement indésirables dans l’espace vitale de la divine héritière. En plus de cela, le ‘salon’ comportait un mini-bar admirablement bien fourni, des canapés à profusion, un billard, un écran plasma diffusant des clips auxquels les deux jeunes étudiants ne prêtaient pas la moindre attention et d’autres choses plus intéressantes les une que les autres vous vous en doutez mais que Tinsley ne prit même pas la peine d’y jeter un regard puisque Steven venait de lui tendre son verre. Le prenant dans sa fine et délicate main, la jeune femme se redressa et planta son regard électrique et comme toujours particulièrement envoûtant dans les yeux du jeune homme puis leva légèrement son verre et dit de son habituel ton malicieux.

    - A Nous.


Non, Tinsley n’était pas l’une de ses personnes trinquant à la paix dans le monde où à la disparition de la famine mais préférait trinquer à sa parfaite personne et à celle de son entourage ce qui était bien moins hypocrite que ce que faisait les personnes citées au dessus. Puis ses magnifiques yeux planté dans ceux de son ami, Tinsley vida d’un trait son verre la tête légèrement en arrière. Instantanément sa gorge la brûla mais très légèrement, ayant l’habitude depuis l’âge de treize ans de s’enfiler verre sur verre. Mais Tinsley n’était jamais soûle. Tenant parfaitement l’alcool la jeune femme pouvait boire pratiquement autant de verres qu’elle ne le désirait sans jamais atteindre ce stade pathétique du ‘ je pense-dis-fais-vomit n’importe quoi ‘ . Bon évidemment, lorsqu’elle buvait beaucoup elle pouvait se montrer ‘joyeuse’ mais au grand jamais la jeune femme ne voulait être plus que ça. Elle laissait le stade pathétique décrit au dessus aux filles sans classe mais elle, une Roederer, savait se tenir. Merci bien.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: He. How are you tonight ? [Pv.]   Aujourd'hui à 21:10

Revenir en haut Aller en bas
 
He. How are you tonight ? [Pv.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Attignat 2012 du 26 au 30 avril
» Alan Parsons Project
» [Road Racing] TT 2013
» Good rockin' Tonight #11 - Attignat (Ain 01) - 25-28 April 2013
» Good Rockin´Tonight 2016

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crazy in Amsterdam :: Out Of Game :: Trash Can-
Sauter vers: