AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sky Richardson ` Bohemian Like You

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sky Richardson
• Taste the apple on our own


Nombre de messages : 722
Age : 27
Nationalité : Canadienne :p
Crazy for : Snow
AmstelMood : Cynical
Date d'inscription : 12/01/2008

MacBook
Job: Conservatrice
To-Do List:

MessageSujet: Sky Richardson ` Bohemian Like You   Sam 8 Mar - 12:18



« Where are you my angel now
Don't you see me crying ? »


• Identité :

Nom : Richardson
Prénom(s) : Sky (à prononcer à l'américaine : skaïe)
Surnom(s) : Bien que son nom ne s'y prette pas vraiment - appelez là une seule fois Riri' et vous finirez avec un oeil au beurre noir - certains irréductibles y sont quand même parvenus. A défaut de créer un ou plusieurs dérivés, ils ont opté pour un surnom hautement significatif : Snow. La demoiselle dut se rendre à l'évidence : ils avaient tapé dans le mille d'une part parce qu'elle adore l'hiver, ses flocons, son odeur de pins, d'autre part parce qu'au premier abord, Sky est - très souvent - distante, froide.
Âge : 25 ans
Date de naissance : Le 20 décembre, lors d'une nuit particulièrement glaciale
Lieu de naissance : L'île de Vancouver
Nationalité : Canadienne. Elle en tire d'ailleurs une grande fierté. Pour rien au monde elle n'en changerait - elle vénère bien trop sa contrée - même si, depuis quelques temps déjà, sa mère désire qu'elle prenne la nationalité Cambodgienne.
Occupation : Conservatrice de Musée

• Scolarité :

Note à l'examen d'entrée : Quatrième Année
Note à l'examen final : 95/100. Ne faites pas cette tête là ! Elle n'a ni triché ni bûché des nuits entières. La jeune femme possède simplement un QI au dessus de la moyenne. Sa réussite exceptionnelle à l'examen d'admission est d'ailleurs ce que tout le monde retient d'elle à l'ISP - en plus de son sale caractère bien évidemment, ce qui l'agace profondément.
Langues : L'Espagnol parce qu'elle aimerait beaucoup voyager en Amérique du Sud, y découvrir les diverses coutumes voire même s'installer là-bas. Le Russe - dont elle a déjà quelques bases - parce qu'elle rêve de maîtriser parfaitement la langue de Dostoïevski. Et enfin le Cambodgien pour faire plaisir à sa mère.
Options : Elle a choisi le dessin parce que c'est l'une de ses passions, et le Grec qui la fascine depuis qu'elle est toute petite.
Sport : Comme elle a déjà fait des années et des années de sports de combat, elle a préféré tester le volley ball et le soccer - son sport favori - cette année.

• Psychologie :

Traits de caractère :
Si vous interrogez ses proches, tous s'accorderont à dire que Sky est avant tout une femme de caractère. Elle est forte, tenace et volontaire. Vous ne la verrez jamais baisser les bras. Elle refuse catégoriquement toutes formes d'abandon. Elle a aussi banni de manière radicale le mot 'obéissance' de son vocabulaire. Sa devise pourrait très certainement être "j'aime faire ce que je veux, quand je le veux et avec qui je veux", seulement voilà, sa forte personnalité la rend tellement execrable par moment que rares sont ceux qui persistent, coûte que coûte, à demeurer dans son cercles d'amis. Disons simplement qu'elle a tendance à se braquer très facilement ce qui n'arrange pas ses relations - amoureuses comme amicales. Pourtant, Sky peut s'avérer très sociable. Lorsqu'elle se sent en confiance, elle se transforme en véritable moulin à paroles et il vous faudra bien plus qu'un jus d'orange pressé pour la faire taire ! Derrière cet air implacable se dissimule habilement un petit rayon de soleil. Mais elle ne se laisse pas facilement approcher - sauf bien sur si son intuition lui dit que son interlocuteur dégage de bonnes ondes, ce qui est rare, très très rare - et se voit souvent affublée d'une réputation de 'fille spéciale'. Ainsi, on l'a dit souvent farouche et cynique ce qui en soi est vrai. Elle utilise en réalité la parole comme carapace. Elle attaque par le biais des mots afin d'éviter que l'on sonde son âme. Tout cela pour quoi, me direz-vous ? Et bien, pour une valeur qui lui tient à coeur et qu'elle juge suprême : sa liberté. Sky est en effet très indépendante. Elle a grandit seule et par conséquent, elle aime faire les choses seule. En général, cela ne lui pose aucun problème puisqu'elle est de nature très débrouillarde - voire même astucieuse - mais il lui arrive parfois de laisser ses proches s'immiscer dans ses projets. Evitons donc de tomber dans les extrêmes, notre Canadienne nationale n'a bien évidemment pas que des défauts. Bout-en-train comme personne, elle aime mener ses amis par le bout du nez. Elle s'amuse d'un rien, et surtout, s'émerveille de choses qui, à première vue, peuvent paraître très banales mais qui, à ses yeux, ne le sont pas. C'est son âme d'artiste qui lui confère cette sensibilité particulière ainsi que cette excentricité que beaucoup apprécient. Personne ne s'ennuie en sa compagnie parce qu'elle a toujours des idées farfelues, des choses à partager, des bêtises à raconter. En fait, Sky ne fait jamais rien à moitié. Elle est excessive, passionnée et surtout très exigeante envers elle-même autant qu'avec les autres. De ce fait, elle refuse par exemple l'amour de la gente masculine parce qu'elle recherche une personne bien précise - peut-être un peu trop idéalisée - qui l'aimera autant et surtout de la même manière qu'elle, une personne qui saura lui montrer que l'on peut appartenir à quelqu'un sans pour autant perdre une once de sa liberté.

Manies :
Outre les manies féminines habituelles telles que se mordiller la lèvre inférieure ou encore jouer avec ses cheveux, Sky aime établir une distance de sécurité lorsqu'elle est en présence d'un inconnu - surtout si cette personne est de sexe masculin. Elle ne supporte pas qu'on s'approche d'elle ou qu'on l'a touche si, intérieurement, elle ne l'a pas elle-même accepté. Elle a aussi très souvent tendance à fixer le tatouage qui orne son poignet lorsqu'elle réfléchit : celui-ci représente la gueule d'un loup et, au second plan, une lune sur laquelle trône l'oiseau royal par excellence. Enfin, elle parle très souvent toute seule car cela lui permet de poser le pour et le contre de toute situation complexe.

• Autres :

• Elle préfère la vodka à l'eau
• Les oeuvres de Jack London n'ont plus aucun secrets pour elle
• Elle ne se sépare jamais de son harmonica
• Caspar David Friedrich est son peintre favori
• Vous pouvez tout obtenir d'elle si vous lui amenez un vrai jus d'orange, pressé à la main, et frais
• Elle vénère Kevin Costner comme personne
• Le soleil l'agace profondément
• Elle a fait 5 ans de danse classique et trois ans d'aïkido


Film préféré : Danse avec les Loups de Kevin Costner
Livre préféré : L'Enfant des Neiges de Nicolas Vanier
Groupe préféré : Noir Désir et Radiohead, sans la moindre hésitation. Depuis peu, Glen Hansard !
Chanson préférée : L'hiver de Stanislas

Couleur préféré : Le blanc, parce que contrairement à ce que tout le monde pense, c’est pour elle, la couleur la moins neutre.
Fleur préféré : Le crocus blanc
Animal préféré : Le loup

Avatar : Julia Stiles d'amûr I love you
Fille ou garçon : Fifille détravestie Cool
Comment avez-vous connu le forum ? Bah toujours par Bananou & Salvou hein xD
Commentaires : Je m'aime encore plus Arrow


Dernière édition par Sky Richardson le Dim 9 Mar - 14:46, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sky Richardson
• Taste the apple on our own


Nombre de messages : 722
Age : 27
Nationalité : Canadienne :p
Crazy for : Snow
AmstelMood : Cynical
Date d'inscription : 12/01/2008

MacBook
Job: Conservatrice
To-Do List:

MessageSujet: Re: Sky Richardson ` Bohemian Like You   Sam 8 Mar - 12:24

• Biographie :

Ascendance sociale :

• Giles Richardson, ouvrier assidu et volontaire s'occupant notamment de la construction et de la rénovation des bateaux de l'île de Vancouver.
• Keiko Nguyen, journaliste asiatique en vogue désirant réaliser un documentaire sur les 'espaces naturels' mondiaux.

Et là, vous vous dites : gueuh ? Giles et Keiko n'avaient, pour ainsi dire, aucun point commun, je vous l'accorde. Lui était d'origine modeste tandis qu'elle descendait d'une des familles les plus prestigieuses du Cambodge. Son compte en banque ne valait même pas le dixième de celui de la demoiselle. Et, par dessus le marché, leurs centres d'intérêts divergeaient complètement. Pourtant, ils tombèrent follement amoureux l'un de l'autre. Keiko décida même de s'installer quelques temps chez celui qui, elle en était sûre, avait tout de l'homme de sa vie. Le temps leur permit alors de se découvrir, de se comprendre. Au final, ils avaient bel et un bien un point commun : l'amour. L'amour de la nature, de la vie, et de la liberté. La famille Nguyen se chargea donc de remettre les pendules à l'heure. Keiko dut faire un choix : devait-elle renoncer à sa carrière, à ses proches pour Giles ? Pour l'enfant qu'elle portait en elle ? Après mûre refléxion, la jeune femme décida de faire un choix difficile mais nécessaire, celui de la raison. Elle accoucha en secret - les Nguyen l'auraient probablement égorgés s'ils avait su - et rentra au pays, le coeur brisé. Elle savait pertinemment qu'elle ne reviendrait plus. Elle savait pertinemment qu'elle ne reverrait plus jamais Giles mais elle avait préféré le quitter précipitemment plutôt que passer par la phase des 'adieux' respectifs. Toutefois, elle avait quand même fait le choix de lui laisser une part d'eux, une part de leur amour. Leur fille.


Citation :
J'ai vu la liberté dans son coeur.
J'ai vu l'immensité du ciel dans ses yeux.
Appelle la Sky

Giles mit du temps à comprendre. Il fixa longuement le morceau de papier glissé dans le berceau de leur fille et ne put s'empêcher de le lire à plusieurs reprises. Il ne savait plus où il en était. Devait-il rire ou pleurer ? Il était comme 'veuf' mais il était aussi et surtout père, père d'un ravissant petit bambin qui lui souriait et tendait les bras vers lui, naïvement. Giles attrapa sa fille et la souleva le plus haut possible. Il l'observa consciencieusement avant de s'attarder sur ses pupilles chocolatées, à la fois vives et aventurières. Sky. Oui, elle s'appelerait Sky.

Anecdote(s) de l'enfance :

Citation :
Le grand loup s'arrête et semble rêver ; puis, avec un long hurlement, dont la tristesse glace le sang, il reprend sa course vers la forêt profonde qui est désormais sa demeure. Quand viennent les longues nuits d'hiver, et que les loups sortent du bois pour chasser le gibier dans les vallées basses, on le voit courir en tête de la horde, sous la pâle clarté de la lune ou à la lueur resplendissante de l'aurore boréale. De taille gigantesque, il domine ses compagnons, et sa gorge sonore donne le ton au chant de la meute, à ce chant qui date des premiers jours du monde.

« Encore » Giles venait à peine de détacher ses yeux du célèbre roman de Jack London, l'Appel de la Forêt, que déjà Sky le sommait de reprendre la lecture.

« Snow, tu sais bien que c’est la fin »

« Relis-le papa. Je veux encore entendre l’histoire de Buck »

« Tu la connais par cœur » fit-il en soupirant. Giles avait pris l'habitude de lui lire quelques lignes chaque soir. Au départ, il avait commencé par des romans littéraires, mais Sky n'y prêtait pas grande attention, il s'était alors penché sur les BD mais là encore, aucun résultat. Bien qu'elle apprécie énormément les images - elle s'amusait d'ailleurs à les reproduire avec une exactitude époustouflante - l'histoire en elle-même ne satisfaisait pas Sky qui, du haut de ses 6 ans, désirait autre chose. Quelque chose de plus transcendant. Alors il avait décidé de lui lire des romans d'aventures - ses préférés - et, contre toute attente, elle était restée muette d'admiration. Les récits de John Griffith - alias Jack London - la fascinaient.

« Mais » objecta t-elle en grimaçant légèrement d'un air capricieux.

« Pas de ‘mais’. Sinon je vais chercher Madame Bovary »

Immédiatement, Sky sauta sur son lit et s'emmitoufla dans les couvertures. Il n'y avait pas pire torture que la littérature Française, du moins celle provenant de la même époque que ce 'Flaubert machin truc'. Son père se mit à rire et déposa un baiser sur son front avant de quitter la pièce. Sky, elle, fixa longuement la fenêtre qui donnait sur une immense forêt enneigée. Les flocons semblaient virevolter au rythme d'une douce mélodie. Un hurlement déchirant transperça la nuit. La fillette se redressa, le regard aux aguêts et elle le vit. Le loup. Buck. Oui, c'est comme ça qu'elle l'avait appelé. Il apparaissait souvent les soirs de pleine lune. Il la regardait étrangement. Une fois encore, il n'avait pas dérogé à la règle. Elle se posta devant la fenêtre et le fixa avec bienveillance. Contrairement à la majorité des enfants de son âge, les loups ne l'effrayaient pas. Elle avait d'ailleurs toujours rêvé d'en approcher un. Son long museau renifla un instant le sol froid avant de fixer de nouveau Sky. Sans trop savoir pourquoi, elle ressentait déjà ce 'truc', cet appel. Sourd, glacial certes, mais synonyme de liberté. L'Appel de la Forêt.

***


Madame Pomati, professeur des écoles, s'empara d'un paquet de feuilles et, rongée par la curiosité, commença à les détailler une à une. Elle adorait les enfants pour leur naïveté mais aussi pour leur originalité. Du coup, elle avait décidé de leur faire remplir un petit questionnaire. Les réponses qui l'intéressaient concernaient en fait une seule et même question : que voulez vous faire plus tard ? Elle mit ses lunettes et entreprit de catégoriser les projets d'avenir de ses élèves. Certains répondaient 'cosmonaute' ou alors 'chanteuse', d'autres encore n'avait pas réellement compris la question et se contentaient d'un 'faire la cuisine, mais pas la vaisselle, et jouer à la pâte-à-modeler'. Pourtant, une copie demeurait inclassable. Madame Pomati fut surprise par l'ensemble des réponses de Sky, mais elle ne put laisser échapper un petit rire amusé en décryptant l'écriture minutieuse de Richardson : "Plus tard, je serai Jack London ou rien".

Anecdote(s) de l'adolescence :

« Durer ne m’a jamais intéressé. J’ai préféré vivre »

Sky s’attarda un moment sur l’épitaphe ornant la tombe de son père. L’inscription était écrite en alphabet cyrillique et, bien qu'elle ne maîtrise que partiellement le Russe, elle avait aisément décrypté le sens de ce message. Elle était en effet intimement persuadée que son père lui léguait bien plus qu’une maison, un terrain, et des souvenirs. Il l’invitait à suivre à la lettre le célèbre « Carpe Diem ».

Le ventre noué, elle déposa délicatement une rose blanche avant de soupirer. Sa bulle venait d’éclater. Elle avait la vague impression que le monde l’agressait perpétuellement, que ses habitants finiraient par la tuer, elle aussi. L’enterrement s’était d’ailleurs déroulé sans elle parce qu’elle ne voulait pas qu’on lui adresse le moindre regard compatissant, le moindre sourire charitable. Au Diable les conventions.

Elle venait de perdre son père - l’être le plus fabuleux au monde, son modèle sans doute - mais elle n’avait pas pleuré une seule fois. Beaucoup penseraient sûrement qu’aucun amour ne les liait. Après tout, Giles était réputé pour être l’homme abandonné par sa femme, le père forcé d’élever sa fille seul. Les riverains le trouvaient trop permissif et, par conséquent, ils en concluaient qu’il ne se souciait guère du sort de sa fille.

En un mot, ils n’avaient strictement rien compris à la relation Sky/Giles. Seule, devant cette foutue tombe qui la ramenait perpétuellement à la réalité, Sky ne pleurait pas. Elle avait envie d’hurler, de crier à l’injustice. On lui avait retiré son oxygène et bon sang, elle trouvait ça tellement injuste. Elle avait l’impression d’avoir perdu le seul homme de sa vie comme si elle se doutait déjà qu’il lui serait difficile d’être aimé de la même manière, d’appartenir à quelqu’un tout en se sentant libre comme le vent.


***


2 minutes. Plutôt court pour une conversation téléphonique avec sa mère, non ? En même temps, c'est difficile de trouver un sujet de discussion adéquat lorsqu'on a affaire à une parfaite inconnue. Jusque là, elle n’avait jamais rencontré ni même parlé avec Keiko. C’est la mort de son père qui l'avait poussé à reprendre contact. Lui qui n'en disait que du bien, lui qui n'avait jamais cessé d'aimer celle qu’il appelait ‘sa perle asiatique'. 1 an. C’est le temps que dura son Enfer. Où était donc passée la femme volage et excentrique dont son père lui avait tant parlé ? Keiko n’avait rien de tout cela. Rien de rien. Elle était mariée à un blond bigleux, elle se tuait à la tâche avec une fille capricieuse et amoureuse de Brad Pitt, enfin elle vivait dans un immense manoir, près de Montréal, entourée par ses gouvernantes, son chauffeur privé. Bref, l’inverse de ce à quoi Sky s’attendait. Après avoir obtenu son diplôme, Sky quitta la soi-disante ‘demeure familiale’ sans un sou en poche certes, mais le cœur fanfaron. L’aventure de sa vie ne faisait que commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sky Richardson
• Taste the apple on our own


Nombre de messages : 722
Age : 27
Nationalité : Canadienne :p
Crazy for : Snow
AmstelMood : Cynical
Date d'inscription : 12/01/2008

MacBook
Job: Conservatrice
To-Do List:

MessageSujet: Re: Sky Richardson ` Bohemian Like You   Sam 8 Mar - 12:32

***


Depuis plus d'un an déjà, Sky sillonnait l’Amérique du Nord de fond en comble. Voyager seule s’était avéré périlleux certes, mais aussi et surtout on ne peut plus enrichissant. Comment oublier ces 402 jours passés à voyager, à découvrir ? Non seulement elle avait réussi à prendre son envol - elle pensait avoir perdu ses ailes à la mort de son père - mais en plus, elle avait fait des rencontres on ne peut plus formatrices. Jamais elle ne pourrait chasser Bobby, le bûcheron du Nebraska, de sa mémoire. Il l’avait recueilli sans pour autant l’enfermer. Il l'avait aidé sans pour autant la forcer à quoi que ce soit. Ce quinquagénaire rustre mais serviable lui rappelait indirectement son père : il l’avait lui aussi protégé et sorti de divers pétrins - à maintes reprises -, il l’avait d'ailleurs probablement aimé comme on aime sa propre fille, mais il ne l’avait jamais empêché de reprendre la route. Bobby resterait sûrement la personne la plus 'géniale' qu'elle ait rencontré durant son voyage. Ou presque. Oui car elle n’était pas au bout de ses surprises. Sky n’avait en effet pas encore rencontré l’énergumène le plus spécial qui soit. Jazz Libero Artes.

Nichée sur une branche près de la berge d'une rivière répondant au doux nom de 'Pawone', Sky profitait de cette atmosphère paisible pour savourer les fruits de son arbre. Soudain, un bruit attira son attention. Il lui semblait que quelqu’un venait de se jeter à l’eau. Elle se redressa et tourna immédiatement la tête en direction de la rivière, le regard aux aguêts. Elle aperçut alors de l’autre côté de la rive une silhouette vague. Suivant ses instincts, elle se dit qu'il valait mieux mettre pied à terre - qui sait, peut-être que cette personne était en train de se noyer ? - mais rapidement, elle comprit qu’elle était loin, très très loin de la réalité. La silhouette vague était en fait un homme. Un homme… comment dire ? Nu. Bien loin de ressentir la moindre pudeur, Sky observa la scène avec amusement. Il fallait être sacrément courageux pour prendre une 'douche improvisée' en plein hiver, dans une eau qui ne devait pas dépasser les 3 degrés. Pire encore, elle réalisa qu'elle n'était pas la seule idiote/folle - au choix - à parcourir l’Amérique sans un sou, ou tout du moins, à avoir choisi ce genre d'aventures. L’inconnu finit par la remarquer à son tour mais elle ne parvint pas à décrypter son expression. Sky se décida alors à quitter sa branche, par un petit saut et, les mains appuyées contre ses hanches, elle esquissa un sourire des plus narquois. S'il pensait que la fixer suffirait à la gêner, il s'était mis le doigt dans l'oeil. Le jeune homme disparut subitement sous l'eau. Sky en profita pour attraper son sac et, sans perdre une minute de plus, elle reprit sa route.


***


Assise tout près d'un feu, Sky relisait avidemment l'un de ses livres préférés : le loup mongol.

Citation :
Ses crocs luisaient dans sa gueule entrouverte. Profil offert, j'avais son coeur pour cible. Il me fallait agir sans tarder car la brise ayant cessé, il sentirait ma présence. Je me levai doucement, tendis mon arc et inspirai profondément pour caler ma flèche. J'allais la lâcher lorsqu'il planta ses yeux dans les miens. Deux lâmes incandescentes. Sur le dessus du museau, il portait une vieille cicatrice blanche. L'imminence de mon geste n'entamait pas sa confiance. Cela me mit mal à l'aise. Il me captivait. Le chien lape bruyamment, aboie sous la peur, gémit sous les coups. Le loup, lui, aspire l'eau en silence, hurle ses amours sous la lune et affronte la mort sans une plainte. Jamais il ne se laissera passer un lien autour du cou. Il préfèrerait mourir plutôt que négocier sa liberté.

« Eteignez ça » La voix masculine était sans appel. Sky eut à peine le temps de détacher les yeux de son bouquin que déjà l'inconnu réduisait à néant son feu, feu qui non seulement la réchauffait mais lui permettait aussi d'avoir un peu de lumière - qui peut lire dans l'obscurité, hein ?

« Non mais ça va pas la tête » fit-elle en se jetant sur lui, folle de rage. Surpris par la violence de la jeune femme, il tomba à la renverse et elle se retrouva complètement allongée sur lui, sa main encerclant volontairement son cou histoire que Monsieur ‘je-débarque-et-je-fais-comme-chez-moi’ reste tranquille.

« Vous voulez finir en pâté de chien ? »

« Les loups ont peur du feu » rétorqua-t-elle sur un ton catégorique. Comme si ce débile allait lui apprendre quelque chose de la vie…

« Pas les brigands »

A cet instant précis, Sky se redressa légèrement, la bouche entrouverte. Elle venait seulement de le reconnaître. Certes la nuit n’allait pas tarder à tomber mais elle en était sûre : c’était lui. L’homme nu. Immédiatement, elle lâcha son cou et se leva.

« Je croyais que Robin des Bois était une légende » glissa-t-elle avec ironie, faisant ainsi référence aux intentions plutôt ‘chevaleresques’ de l’inconnu.

« Vous êtes totalement inconsciente » A son tour, il se leva et la fixa avec curiosité. Elle croisa les bras, haussant les sourcils et décida de ne pas le quitter des yeux. A ce petit jeu là, elle était imbattable.

« Ah ! Par contre, on m’avait pas dit qu’il s’était recyclé. Robin des Bois psychologue... Ça le fait »

« On ne vous a jamais dit que vous n’aviez aucun humour ? »

Et paf. Elle le fusilla du regard, visiblement vexée mais il n’y accorda aucune attention. Elle avait failli le tuer, au moins, ils étaient quittes.

« Bon, qu’est-ce que vous voulez au juste ? » demanda-t-elle finalement sur un ton sec. Une fois encore, il demeura silencieux et se contenta de l’observer. Il n’avait jamais vu une fille de sa vie ou quoi ? Bon ok, Sky était on ne peut plus spéciale mais quand même !

« D'abord, vous prévenir que c'est un coin très malfamé. Ensuite... » Il hésita un instant et reprit. « Je voulais simplement connaître le nom de la personne qui m’a reluqué sans la moindre gêne la dernière fois »

Il y eut un moment de flottement durant lequel tous deux restèrent immobiles, face à face, le regard planté l’un dans l’autre. Sky ne put réprimer son amusement. Elle finit par éclater de rire et secoua légèrement la tête. Ils avaient vraiment l'air de deux débiles. Il y a à peine cinq minutes, elle était prête à l'empailler sur place. Mais que Diable lui arrivait-il ?

« Snow » lança-t-elle alors en esquissant un sourire lumineux. « Appelle moi Snow ».

Anecdote(s) à l'ISP :

Cela faisait maintenant 1 mois et dix jours. 1 mois et dix jours qu’elle l’évitait. 1 mois et dix jours qu’elle en souffrait. Dans un sens, elle avait quitté Aaron pour son bien - pour préserver sa liberté - de l’autre, elle avouait quand même l’avoir fait à contre cœur. Elle avait choisi la séparation parce qu’elle ne voyait aucune autre solution. Pourtant, elle l’aimait. En brisant le cœur de Langley elle avait tout autant réduit le sien en miettes. Son âme d’artiste avait fané. Elle ne parvenait même plus à jouer de l’harmonica comme si son imagination s’était exilée.

Elle était seule, libre comme l’air. Après tout, c’était ce qu’elle désirait plus que tout au monde, non ? Alors pourquoi cette tristesse ? Pourquoi cette douleur ? Etait-elle condamnée à vivre seule, sans âme sœur ? Longeant les berges d’Amsterdam - un symbole puisque c’est à cet endroit précis qu’elle était tombée amoureuse de lui - elle aperçut leur banc dans la brume matinale. Le ventre noué, elle s’en approcha et l’observa méticuleusement comme s’il appartenait au British Museum.

C’était leur banc : celui où il l’avait embrassé pour la première fois, celui où elle lui avait tâché sa chemise avec une glace à la vanille, celui où ils avaient gravé leurs initiales. Caressant longuement la gravure, Sky ne put retenir une larme. C’était bel et bien la première fois de sa vie qu’elle s’autorisait une telle faiblesse. A trop intérioriser ses émotions, elle avait fini par se dépecer de l’intérieur. D’un revers de main, elle sécha l’unique perle de souffrance qui ornait sa joue et prit place sur le banc. Elle continuerait de l’user, comme au bon vieux temps.


***


« Je ne sais pas » conclut-elle à demi-mot, le regard insaisissable. Parvenir à planter durablement ses yeux dans ceux d’Aaron - chose qui auparavant était un jeu d’enfant - devenait un véritable supplice. Elle avait l’impression de subir le même châtiment que ce cher Tantale. Dans la mythologie grecque, ce fils de Zeus semblait avoir passé la fin de sa vie dans le Tartare près d’une source abondante qui s’asséchait à chaque fois qu’il s’en approchait, près d’arbres fruitiers qui disparaissaient à chaque fois qu’il tentait de s’en emparer. De la même manière, Sky se trouvait à deux pas de l’objet - ici un être à part entière - de tous ses désirs mais elle ne pouvait céder à la tentation. Une force inconnue l’en empêchait ou tout du moins lui déconseillait de le faire.

« Je pensais que tu l’avais compris par toi-même, que… » Elle baissa subitement les yeux comme si une idée désagréable venait de jaillir dans son esprit torturé. Elle venait de comprendre qu’ils ne parvenaient plus à communiquer ni même à se comprendre. Ce fossé invisible - celui qui avait osé s’établir entre eux - la faisait tellement souffrir qu’elle noyait toute réflexion dans des illusions rocambolesques. Quelque part, il lui était plus facile de fuir ce sentiment qui lui brûlait les entrailles plutôt que de l’extérioriser, de l’assumer.

« Il vaut mieux qu’on prenne nos distances toi et moi » L’une de ses mains vint caresser discrètement son propre tatouage - situé sur le poignet - signe de l’angoisse que produisait ses propos. Jamais elle ne se serait cru capable de dire ‘ça’. « Enfin je veux dire que … » Elle prit une grande respiration et renchérit avec difficulté. « On s’est expliqué, c’est le principal. Maintenant tout ça c’est de l’histoire ancienne » Voilà, c’était dit, à contre cœur certes mais c’était ‘fait’. Tourner la page, ils en avaient besoin tous les deux, au moins illusoirement, juste pour prendre le temps de réfléchir. Elle demeura un long moment immobile, son regard vif planté dans celui d’Aaron comme s’ils communiquaient en silence, et finit par tourner à nouveau les talons, une bonne fois pour toute cette fois-ci. Elle se faufila parmi les spectateurs curieux - ils semblaient ne pas apprécier cette fin - et disparut dans la brume matinale avec une seule certitude. Cette histoire était loin d’être finie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sky Richardson
• Taste the apple on our own


Nombre de messages : 722
Age : 27
Nationalité : Canadienne :p
Crazy for : Snow
AmstelMood : Cynical
Date d'inscription : 12/01/2008

MacBook
Job: Conservatrice
To-Do List:

MessageSujet: Re: Sky Richardson ` Bohemian Like You   Sam 8 Mar - 12:33

Cinq années :

Déambulant dans les rues de la capitale Tchèque, la jeune canadienne profitait des quelques éclaircies - il avait plu toute la semaine - pour flâner. Ses yeux n’avaient de cesse de s’émerveiller devant la simplicité des lieux. Il faut dire que l’atmosphère qui régnait à Prague était différent de tous ceux qu’elle avait connu auparavant : pur, comme préservé des touristes et, par conséquent, de ‘l’occidentalisation’. Elle aimait l’idée de parcourir un lieu n’ayant subi que peu de retouches, imparfait en soi. Avec des failles. Avec un passé douloureux. Piétiner les pavés décrépis de la ville suffisait d’ailleurs à la transporter au temps de Benes. Et plus encore que l’histoire, c’est la culture du pays qui la fascinait. Prague était à ses yeux l’incarnation même de l’authenticité. Elle s’y plaisait parce qu’elle se sentait loin de ce qu’elle exécrait, loin des apparences, pire des convenances, bref, loin de sa mère. Ou presque. Au détour d’une grande avenue, elle remarqua que deux bodybuildés la suivaient à la trace - elle avait développé un sixième sens pour ces choses là. Elle s’engouffra volontairement dans une petite ruelle mais, manque de bol, elle se retrouva coincée dans une impasse.

« Ok, ça suffit, j’en ai assez » lâcha-t-elle, exaspérée, tournant volontairement le dos aux deux lourdingues dont elle devinait la présence derrière elle.

« Où est-elle ? »

Sky parlait de sa mère, bien évidemment. Qui d'autre pourrait avoir l'idée saugrenue de la faire suivre ?

***


« Chérie »
Sa mère s’approcha d’elle, un sourire crispé au coin des lèvres, mais Sky recula immédiatement. Si elle pensait pouvoir appliquer la règle numéro je-ne-sais-combien du code des bonnes familles - serrer sa fille dans ses bras après une absence plus ou moins longue - elle se mettait le doigt dans l’œil. Sky n’avait que faire de son règlement à la con.
« Tu es toujours si aimable ? »
« Tu es toujours si maniérée ? »
« Sky, parle-moi sur un autre ton »
« Pourquoi ça ? »
« Parce que je suis ta mère »
« Non » Sky déposa son sac à dos sur le sol de l’hôtel luxueux où créchait sa mère et renchérit avec colère. « Une mère n’enverrait pas ses deux chiens de garde chercher sa fille. Elle la trouverait elle-même »
« C’est quand même moi qui leur ait indiqué la destination. Je te connais mieux que tu ne le penses, Sky »
« C’est pas parce que ta faible intelligence a su faire le lien entre mon admiration pour Caspar David Friedrich et l’exposition qui se tenait à Prague sur lui que tu me connais. Tu ne sais rien de moi. Rien. »
« Oh si. Je sais que dès demain tu seras à Amsterdam, installée, une bonne fois pour toute »
Le visage de la canadienne se figea.
« Pardon ? »
« Je t’ai trouvé un emploi »
Sky ne put étouffer un rire sarcastique. La nervosité, probablement car en soi, l’idée que sa mère organise le moindre centimètre carré de sa vie ne l’enchantait guère.
« C’est pas à toi de me dire ce que je dois faire, encore moi où je dois le faire »
« Je croyais que tu aimais cette ville ? »
Silence. Pour la première fois de sa vie, elle détourna les yeux. Amsterdam ne lui inspirait plus qu’une nostalgie profonde. Elle y avait tout perdu. Y remettre les pieds lui semblait suicidaire.
« J’ai changé d’avis depuis notre dernier coup de fil. Cinq longues années ont passé »
« Oh, je t’en prie. Arrête. C’est toi qui ne répondait ni à mes lettres ni à mes appels. Tu ne faisais que fuir, et encore une fois tu n'as pas respecté ta promesse »
« J’ai mes raisons » conclut-elle à demi-mot, le visage d’Aaron hantant son esprit.
« Tu devais aller au terme de cette école. Pourtant, tu t’es arrêtée en chemin. C’est tout ce que je vois moi »
« Il faut croire que tu m’a traîné dans un domaine qui ne me plaisait pas. C’est tout ce que je vois, moi »
« Je sais. Ecoute Sky, je suis désolée. Je voulais le meilleur pour toi et cette école politique me semblait - »
« Epargne ta salive » la coupa-t-elle sèchement, agitant succinctement sa main gauche dans le vide.
« Sky, tu - »
« Je me casse »
« Sûrement pas » Sa mère empoigna son cou avec férocité.
« Lache moi »
« Cette fois-ci tu vas m’écouter » Elle planta ses yeux colériques dans ceux de sa fille avec une violence extrême. « J’en ai assez de te voir mener une vie de bohémienne. Sky tu as 25 ans. Il est temps pour toi de te fixer, de trouver un travail, un mari et - »
« A la bonheur » souffla-t-elle avant d’esquisser un sourire railleur. « On en revient toujours au même point. Tu as honte que ta fille n’ait pas la bague au doigt »
« Oui, ça m’inquiète »
« C’est mon choix. Ça ne te regarde pas ! »
« Tu sais, il y a pleins de jeunes hommes qui sont beaux, riches et intéressés par toi. D’ailleurs, Steeve ne t’a jamais oublié. Je suis sure que si tu le contactais, il… »
« Maman » Sky la fusilla du regard. « Arrête » Son ton se fit plus catégorique. « Je ne suis pas à vendre. Je ne veux pas d’homme, ni même de mariage. Je veux juste vivre. Vivre, tu comprends ça ? »
« Bon écoute, je ne voulais pas en arriver là mais tu ne me laisse pas le choix » Sky fronça les sourcils - intriguée par la réponse de sa mère - et l’observa se diriger vers le bureau trônant à l’entrée de la chambre d’hôtel. « Ton père me l’a envoyé quelques jours avant de mourir ». Les mains tremblantes - entendre le mot ‘père’ suffisait à briser sa carapace - elle s’empara du bout de papier et se mit à lire la lettre à voix haute - une voix toutefois écorchée par l’émotion - comme si cela pouvait lui permettre de ne pas entendre ses SOS intérieurs.

Citation :
Mon amour,

Quand tu liras ceci, je ne serai plus de ce monde. Oui je sais, c’est plutôt morbide de t’écrire alors que je ne suis même pas encore enterré. Si je le fais, c’est parce que c’est une nécessité. Ce que je vais te dire est très important. J’espère que tu écouteras ton bon vieux père au lieu de te braquer comme tu sais si bien le faire. Un jour - tu devais avoir environ 10 ans - tu m’as demandé avec la naïveté d’un enfant quelles seraient mes dernières volontés si je venais à mourir. Je me souviens très bien t’avoir dit - et je suis sure que tu n’as pas oublié parce que tu n’oublies jamais rien, pas vrai ? - que je voulais être enterré de telle manière, à tel endroit ainsi de suite. Je vois encore ton petit visage d’ange se couvrir de larmes à l’idée que je puisse disparaître de ta vie. Aujourd’hui, si mes dernières volontés ont changé je pense que ta réaction sera - elle aussi - différentes. Plus aucune larme parce que tu es comme ça, toi, tu intériorises tout. Et pourtant ta douleur n’en sera pas plus maigre. En lisant ces quelques mots, je pense - j’espère - que tu te libèreras enfin de ce poids. De ma mort. Comme je te l’ai dit, mes dernières volontés ont changé, enfin disons plutôt que j’aimerai ajouter quelque chose.

Je veux que tu sois heureuse, Sky. Et pour cela, je te prie de m’écouter et de suivre à la lettre ce que je t’implore de faire. Ne te renferme pas Snow. Par pitié, ne te renferme pas. Je te vois déjà partir à la conquête des grands espaces, ton grand rêve, je te vois déjà vivre à la bohémienne, n’importe où… Tu diras à tes amis : je vais bien, je suis libre. Mais toi et moi nous savons tout deux que c’est faux, que c’est le plus beau mensonge de toute ta vie. Quand tu liras cette lettre, je sais par avance que tu ne seras pas heureuse. Je sais aussi que tu auras une peur monstrueuse de l’amour, de l’engagement, de toutes ces choses. Il faut dire que tu n’as pas eu de très bons exemples. Je sais que ta mère t’a abandonné et je sais aussi - même si jamais tu ne l’avoueras jamais - que tu penses qu’en quittant ce monde je t’ai abandonné. Mais crois-moi ma chérie, j’ai lutté contre cette foutu saloperie. J’ai lutté pour vivre quelques jours de plus. Pour toi et uniquement pour toi. Tu ne dois pas craindre de t’attacher aux gen ni même de te fixer. Les gens ne t’abandonneront pas. Pas tous en tout cas. Vis Sky. Profite et vis. Cesse aussi d’en vouloir à ta mère. Sous ses airs tyranniques c’est une femme exceptionnelle. Elle saura te guider. Laisse lui juste une chance de se rattraper. Et si tu ne le fais pas pour elle, alors fais-le pour moi. Fais-moi confiance, une dernière fois. Je ne crois pas t'avoir déçu une seule fois.

Avec tout mon amour,
Giles

Les yeux embués de larmes, Sky releva difficilement la tête. Elle se sentait si faible. Si mise à nue. Jamais elle n’avait pleuré. Encore moins devant quelqu’un.
« Je commence quand ? »
« Tu sais même pas quel est le mét - »
« J’ai dit : je commence quand ? »
« Euh.. Lundi si possible. C’est une galerie d’art, tu verras, tu t’y plairas et… »
« Peu importe »
« Sky »
« Je le fais pour lui. Pas pour toi » conclut-elle sèchement avant de claquer la porte. De l’air, il lui fallait de l’air.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sky Richardson
• Taste the apple on our own


Nombre de messages : 722
Age : 27
Nationalité : Canadienne :p
Crazy for : Snow
AmstelMood : Cynical
Date d'inscription : 12/01/2008

MacBook
Job: Conservatrice
To-Do List:

MessageSujet: Re: Sky Richardson ` Bohemian Like You   Sam 8 Mar - 21:11

• Address Book :



(c) xstarsgoblue
Seth O'Connor
Jared Padalecki
*


Si Sky compte beaucoup plus d’ennemis que d’amis - un léger déséquilibre relationnel qu’elle doit essentiellement à son foutu caractère - il existe toutefois des personnes qu’elle est incapable de catégoriser. Prenez Seth O’Connor par exemple. En fait, c’est même la seule et unique personne qu’elle ne parvient pas à classer dans la case des ‘gentils’ ou des ‘méchants’. Leur rencontre électrique - et encore, c’est un euphémisme - ne présageait rien de bon. Comme à son habitude, Sky remit le représentant de la genre masculine vite fait bien fait à sa place : celle du dominé, naturellement. Il venait là en chien conquérant. Tant mieux, il repartirait la queue entre les deux pattes - sans aucun jeu de mots douteux. Si leur histoire se serait arrêtée là, alors elle l’aurait aisément casé parmi les ‘je-suis-orgueilleux-et-le-monde-m’appartient’. Seulement voilà, le jeune homme fit preuve de ténacité, une qualité qui ne pouvait pas la laisser indifférente. Elle s’interrogea sur les raisons de cette obstination et finit par voir en lui quelqu’un de réellement intéressé par la survie de l’Art et surtout de la galerie. Du coup, il lui arrive souvent de se demander pourquoi elle est si vache et froide en sa compagnie. Plus le temps passe plus sa propre attitude cloche. Celle de Seth aussi d’ailleurs. Et si l’Art n’était qu’une simple excuse ?



(c) sssweat
Matthew Galloway
Jake Gyllenhaal
*

On est pas sérieux quand on a 17 ans, c’est bien connu. Pourtant, c’est belle et bien l’année durant laquelle Sky fut la plus ‘exemplaire’ - enfin, tout est relatif quand même. Habitant chez sa mère à Montréal, elle fut scolarisée là-bas et, parmi la horde d’étudiants, elle fit notamment la connaissance de Matthew Galloway. Là encore, façon de parler. Sky pouvait parfois faire preuve d’une naïveté sans précédent : Matthew l’avait vu et était tombé immédiatement sous le charme de cette blonde rebelle. Le jeune homme avait alors brillamment orchestré un ‘rentre-dedans’ qui se voulait accidentel et bingo, ils étaient entrés en contact. A l’époque déjà, Sky se montrait très farouche, mais Matthew avait quelque chose de différent. Il était fondamentalement gentil et elle se dit qu’il serait un bon ami. Malheureusement, ses problèmes familiaux la poussèrent à bout et elle décida de quitter la ville pour partir à la conquête des grands espaces, son grand rêve. Des années plus tard, elle retrouva Matthew sur les marches du musée d’Amsterdam. Un miracle. Elle qui pensait l’avoir définitivement perdu de vue se fit la promesse de ne plus jamais - ô grand jamais - l’abandonner. Ce fut chose faîte. Lorsqu’elle quitta l’ISP pour repartir en vadrouille - elle voyagea dans toute l’Europe durant cinq longues années - elle fit en sorte de ne jamais perdre contact allant jusqu’à user le peu de sa monnaie pour lui téléphoner, pour prendre de ses nouvelles. C’est ainsi qu’elle apprit comment Norah Craig brisa le cœur de son ami d’enfance. Coup de chance - enfin tout est relatif - leur rupture coïncide justement avec le retour de la demoiselle à Amsterdam. Elle n’a rien dit à Matthew mais elle lui réserve la surprise de sa vie.



(c) vanya
Aaron Langley
Penn Badgley
*




Aaron fut son premier amour, du moins, sa première relation sérieuse. Un soir, alors qu’elle était en train de peindre près des canaux d’Amsterdam, le jeune homme eut tout simplement un coup de foudre artistique et complimenta l’artiste façon gentleman. Sky se désintéressa alors de sa toile pour remercier celui qui n’était encore, à l’époque, qu’un inconnu, et eut à son tour un coup de foudre. Pour l’homme. De là naquit une relation des plus passionnelles, entre prises de becs et câlins dignes des Bisounours. Ils s’aimaient et rien ne semblaient pouvoir les séparer, ou presque. Avec le temps, Sky finit par étouffer. Aaron était, en soi, le gendre idéal. Ou presque. Il finit par devenir bien trop proche, bien trop étouffant et l’esprit volage de Sky reprit le dessus. Du jour au lendemain - et sans la moindre explication - elle le quitta. Elle essaya en vain de l’éviter mais le Destin en avait déjà décidé autrement. Leurs explications furent on ne peut plus mouvementées et une fois encore l’esprit contradictoire de Sky fit voler en éclat leurs seules chances de se remettre ensemble. Ils se rendirent ensemble à la Love Night bien que là encore ce soit un coup du sort. Une fois de plus. Une fois de trop. Sky s’excusa et lui fit explicitement - chose rare - savoir qu’elle l’aimait et qu’elle regrettait d’avoir agi avec égoïsme mais le jeune anglais mit définitivement un terme à leur histoire. Cela fait maintenant cinq ans qu’elle n’a plus aucune nouvelle de lui. Malgré tout, il n’a jamais réellement quitté son esprit ni même son cœur. Elle a parfois l’impression de l’avoir dans la peau. Reste à savoir si elle pourra l’éviter indéfiniment. Reste à savoir si leur histoire demeurera - une fois encore - inachevée, ou pas.



(c) Pacific sun
Andrew Hampton
Josh Duhamel
*

àAnge gardien. Frère. Voilà les mots qui lui viennent en tête lorsqu’il est question d’Andrew. Et Sky ne mâche jamais ses mots quand il est question des gens qu’elle aime. C’est vrai qu’au début, elle le trouvait un peu trop entreprenant - professionnellement parlant - et que sa tendance possessive avait tendance à l’agacer, toutefois, elle doit bien reconnaître que sans lui jamais elle n’aurait mis un pas sur une scène. Sans lui, jamais elle n’aurait pris conscience de ce que lui-même appelle son ‘don’. Chanteuse mais avant et surtout musicienne, c’est dans un magasin d’instruments, à Prague, qu’il tomba sur elle. Sky avait obtenu l’autorisation de jouer du piano le midi, gratuitement, à défaut de pouvoir s’en payer un - son grand rêve. Ce fut un coup de foudre musical. Il décida de tout faire pour la produire mais elle refusa maintes et maintes fois. Jusqu’à ce que de gros problèmes d’argent la contraignent à monter sur scène. Ce fut probablement l’une des épreuves les plus traumatisantes qui soit. Oh bien sur, musicalement parlant il n’y eut aucun problème. Elle était douée et les spectateurs le lui avaient fait comprendre. Intérieurement en revanche, ce fut la grosse pagaille. Jamais elle n’avait joué ni même chanté devant quelqu’un. Jamais. Sans Andrew, elle ne serait probablement jamais lancée. Au jour d’aujourd’hui elle est toujours en contact avec lui. Il veille sur elle comme si elle était sa petite sœur et vice versa. Malheureusement il cherche tellement désespérément à la convaincre de se lancer dans la musique qu’elle a parfois l’impression de n’être rien d’autre qu’une jolie corde vocale à ses yeux, un moyen comme un autre de gagner de l’argent. A n’en pas douter, leur amitié risque d’être mise à mal.



(c) likesong
Heaven Muller
Behati Prinsloo
*

Son oxygène. Oui, en soi, Heaven porte bien son prénom. C’est un véritable petit paradis à elle seule. Pourquoi ? Parce qu’elle ouvre ses bras comme personne ne le fait. Elle accueille tout le monde dans sa vie, sans jugement de valeurs. Parfois, Sky aimerait bien que son caractère ‘peace & love’ déteigne sur elle, même si bien entendu, jamais elle ne l’avouera. Pourtant, il est indéniable que Muller lui apporte énormément. On peut même dire que les deux jeunes femmes se complètent comme personne. D’un côté il y a la neige : froide et éphémère. De l’autre le feu : chaud et éternel. C’est d’ailleurs la chaleur humaine - et son éternelle joie de vivre aussi - qui ont charmé Sky. Sans trop savoir pourquoi, elle a immédiatement senti qu’Heaven n’était pas une fille comme les autres. Elle qui n’avait jamais entretenu de rapports amicaux avec la gente féminine se voyait dans l’obligation de changer ses vieilles habitudes. Elle pouvait désormais clamer haut et fort que oui, elle avait bel et bien une meilleure amie. Et encore, c’est peu dire. Muller sait tout - euphémisme - absolument tout de sa vie, de ses goûts. Ni l’une ni l’autre n’envisage la vie sans sa moitié. Elles ont donc décidé d’habiter ensemble - depuis peu - chose qui, si elle leur réussit plutôt bien - elles s’amusent comme des folles - donne en revanche du fil à retordre aux voisins. Il est probable qu’elles finissent à la porte à cause de toutes leurs excentricités. Et qu’importe. Tant qu’elles sont ensemble, il n’y a rien qui les effraient, pas même le futur.


Dernière édition par Sky Richardson le Ven 14 Mar - 1:46, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth O'Connor
{ Call Him Utopian }


Nombre de messages : 804
Age : 25
Nationalité : Anglais
Crazy for : Cappuccino
Date d'inscription : 18/11/2007

MacBook
Job: Animateur TV
To-Do List:

MessageSujet: Re: Sky Richardson ` Bohemian Like You   Sam 8 Mar - 21:25

OMG l'anecdote
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sky Richardson
• Taste the apple on our own


Nombre de messages : 722
Age : 27
Nationalité : Canadienne :p
Crazy for : Snow
AmstelMood : Cynical
Date d'inscription : 12/01/2008

MacBook
Job: Conservatrice
To-Do List:

MessageSujet: Re: Sky Richardson ` Bohemian Like You   Sam 8 Mar - 21:28

Ouais, je sais

Faut toujours que je fasse du chialant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zachary Marshall
Admin | Follow the Love ?


Nombre de messages : 577
Age : 24
Nationalité : Anglo-Américain
Date d'inscription : 25/12/2007

MacBook
Job: Goldeb Boy
To-Do List:

MessageSujet: Re: Sky Richardson ` Bohemian Like You   Sam 8 Mar - 21:30

OMG Shocked Shocked Shocked
Chanson + Anecdote à la Nana =
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luz Castelli



Nombre de messages : 233
Age : 24
Nationalité : Italienne
Date d'inscription : 29/01/2008

MacBook
Job: Singer
To-Do List:

MessageSujet: Re: Sky Richardson ` Bohemian Like You   Sam 8 Mar - 21:32

Sky Richardson a écrit:
Ouais, je sais

Faut toujours que je fasse du chialant

Tu ne peux pas t'en empêcher hein ? Quoique moi ça me fait pas pleurer, je pleure jamais, mais ça me rend toute chose Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sky Richardson
• Taste the apple on our own


Nombre de messages : 722
Age : 27
Nationalité : Canadienne :p
Crazy for : Snow
AmstelMood : Cynical
Date d'inscription : 12/01/2008

MacBook
Job: Conservatrice
To-Do List:

MessageSujet: Re: Sky Richardson ` Bohemian Like You   Sam 8 Mar - 21:33

Zachary Marshall a écrit:
OMG Shocked Shocked Shocked
Chanson + Anecdote à la Nana =

PTDR Maintenant on va plus dire Topic Triste mais Topic à la Nana c'est flatteur xD

Non mais vous inquiétez pas, Sky est un mur de glace, même si elle s'en remettra jamais, elle s'en sortira en se voilant la face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth O'Connor
{ Call Him Utopian }


Nombre de messages : 804
Age : 25
Nationalité : Anglais
Crazy for : Cappuccino
Date d'inscription : 18/11/2007

MacBook
Job: Animateur TV
To-Do List:

MessageSujet: Re: Sky Richardson ` Bohemian Like You   Sam 8 Mar - 21:46

Sky Richardson a écrit:


Non mais vous inquiétez pas, Sky est un mur de glace, même si elle s'en remettra jamais, elle s'en sortira en se voilant la face

Tellement qu'on se doute pas de qui va tout prendre Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sky Richardson
• Taste the apple on our own


Nombre de messages : 722
Age : 27
Nationalité : Canadienne :p
Crazy for : Snow
AmstelMood : Cynical
Date d'inscription : 12/01/2008

MacBook
Job: Conservatrice
To-Do List:

MessageSujet: Re: Sky Richardson ` Bohemian Like You   Sam 8 Mar - 21:51

En même temps c'est lui le suicidaire Il a qu'à pas se frotter à elle. Elle a rien demandé elle Mais il va trop la faire sortir de ses gonds
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth O'Connor
{ Call Him Utopian }


Nombre de messages : 804
Age : 25
Nationalité : Anglais
Crazy for : Cappuccino
Date d'inscription : 18/11/2007

MacBook
Job: Animateur TV
To-Do List:

MessageSujet: Re: Sky Richardson ` Bohemian Like You   Sam 8 Mar - 21:54

C'est bien ça le meilleur moment
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sky Richardson
• Taste the apple on our own


Nombre de messages : 722
Age : 27
Nationalité : Canadienne :p
Crazy for : Snow
AmstelMood : Cynical
Date d'inscription : 12/01/2008

MacBook
Job: Conservatrice
To-Do List:

MessageSujet: Re: Sky Richardson ` Bohemian Like You   Sam 8 Mar - 22:00

Parle pour toi

Il va la fatiguer et à un moment ou un autre, elle va vraiment craquer quoi Toi t'es trop sadique Tu peux pas comprendre, mais quand il la verra brisée en deux sous ses yeux, je pense pas qu'il rigolera Rolling Eyes Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth O'Connor
{ Call Him Utopian }


Nombre de messages : 804
Age : 25
Nationalité : Anglais
Crazy for : Cappuccino
Date d'inscription : 18/11/2007

MacBook
Job: Animateur TV
To-Do List:

MessageSujet: Re: Sky Richardson ` Bohemian Like You   Sam 8 Mar - 22:03

En même temps il peut pas devinée qu'elle est une torturée de la vie

C'est clair que à ce moment là pale Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sky Richardson
• Taste the apple on our own


Nombre de messages : 722
Age : 27
Nationalité : Canadienne :p
Crazy for : Snow
AmstelMood : Cynical
Date d'inscription : 12/01/2008

MacBook
Job: Conservatrice
To-Do List:

MessageSujet: Re: Sky Richardson ` Bohemian Like You   Sam 8 Mar - 22:06

Tu marques un point Arrow Enfin il le verra de toute manière parce que même si c'est un bloc de glace, y'a certains sujets qui la mettront mal à l'aise donc il comprendra forcément qu'elle cache des trucs Wink

Ce sera un topic à la Nana, j'ai envie de dire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth O'Connor
{ Call Him Utopian }


Nombre de messages : 804
Age : 25
Nationalité : Anglais
Crazy for : Cappuccino
Date d'inscription : 18/11/2007

MacBook
Job: Animateur TV
To-Do List:

MessageSujet: Re: Sky Richardson ` Bohemian Like You   Sam 8 Mar - 22:12

Purée on est bien embarqué
Oui il s'en doutera sûrement Mais tant qu'elle ne lui dira rien, il pourra rien faire ... quoi que au final, même après il pourra rien faire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sky Richardson
• Taste the apple on our own


Nombre de messages : 722
Age : 27
Nationalité : Canadienne :p
Crazy for : Snow
AmstelMood : Cynical
Date d'inscription : 12/01/2008

MacBook
Job: Conservatrice
To-Do List:

MessageSujet: Re: Sky Richardson ` Bohemian Like You   Sam 8 Mar - 22:15

Exact. Enfin si, elle pourra le taper pour se défouler Laughing

Non mais elle s'isolera et dessinera ou jouera de son harmonica, ça la libère Arrow

Puis elle lui dira de tout oublier et lui gueulera de nouveau dessus Quel cas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth O'Connor
{ Call Him Utopian }


Nombre de messages : 804
Age : 25
Nationalité : Anglais
Crazy for : Cappuccino
Date d'inscription : 18/11/2007

MacBook
Job: Animateur TV
To-Do List:

MessageSujet: Re: Sky Richardson ` Bohemian Like You   Sam 8 Mar - 22:18



Enh non, l'harmonica, tu veux me tuer ou quoi ?



Cercle vicieux Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sky Richardson
• Taste the apple on our own


Nombre de messages : 722
Age : 27
Nationalité : Canadienne :p
Crazy for : Snow
AmstelMood : Cynical
Date d'inscription : 12/01/2008

MacBook
Job: Conservatrice
To-Do List:

MessageSujet: Re: Sky Richardson ` Bohemian Like You   Sam 8 Mar - 22:22

OMG. C'est vrai, j'avais oublié que tu kiffais toi aussi Elle jouera du McFly

Au moins ils s'ennuieront pas xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth O'Connor
{ Call Him Utopian }


Nombre de messages : 804
Age : 25
Nationalité : Anglais
Crazy for : Cappuccino
Date d'inscription : 18/11/2007

MacBook
Job: Animateur TV
To-Do List:

MessageSujet: Re: Sky Richardson ` Bohemian Like You   Sam 8 Mar - 22:25



'Spèce de sadique va

C'est clair, ça risque pas Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sky Richardson
• Taste the apple on our own


Nombre de messages : 722
Age : 27
Nationalité : Canadienne :p
Crazy for : Snow
AmstelMood : Cynical
Date d'inscription : 12/01/2008

MacBook
Job: Conservatrice
To-Do List:

MessageSujet: Re: Sky Richardson ` Bohemian Like You   Sam 8 Mar - 23:06

On me le dit souvent

Tant mieux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heather Nielsen
Admin | Courgette blonde des steppes


Nombre de messages : 3425
Age : 27
Nationalité : Danoise
Crazy for : How we used to be
AmstelMood : Full of regrets
Date d'inscription : 12/11/2007

MacBook
Job: Critics for De Telegraph
To-Do List:

MessageSujet: Re: Sky Richardson ` Bohemian Like You   Dim 9 Mar - 3:05

Hop validée

_________________

___
BY OBSCENECLARITY
Others on APPLE & CREAM
I LOVE JOHN MAYER
AGENT SPECIAL DU WOOHP
FAIS GAFFE A MON SECHE-CHEVEUX RAFALE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://community.livejournal.com/birdofjune/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sky Richardson ` Bohemian Like You   Aujourd'hui à 23:22

Revenir en haut Aller en bas
 
Sky Richardson ` Bohemian Like You
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bohemian Rhapsody meilleure que le hum-hum (amour)...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crazy in Amsterdam :: Before The Game :: Présentation :: Inscriptions validées-
Sauter vers: