AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 We're here again [R.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Seth O'Connor
{ Call Him Utopian }


Nombre de messages : 804
Age : 25
Nationalité : Anglais
Crazy for : Cappuccino
Date d'inscription : 18/11/2007

MacBook
Job: Animateur TV
To-Do List:

MessageSujet: We're here again [R.]   Jeu 13 Mar - 22:57

Le long du périmètre du plateau se trouvait plusieurs écriteaux illuminés par un « shooting ». Les spots éclairaient les protagonistes de l’émission en cours. Une émission politique. En effet, les élections législatives approchaient à grands pas, l’émission était pour les candidats un excellent moyen d’exposer une nouvelle fois leurs idéaux et surtout leurs projets. Ils tentaient tant bien que mal d’accrocher les dernières personnes encore hésitantes, ces quelques voix qui pourraient faire une différence considérable. Le débat était animé, chacun reprochant à tel ou tel personne ses erreurs passées, ou encore, les failles de son programme.
Seth avait presque l’impression qu’il n’avait rien à faire, certes il se devait de calmer les esprits qui ne manquait pas de s’échauffer mais les politiciens lui facilitaient presque la tâche en mettant l’accent sur tout les points qu’il avait soigneusement étudié. En soi ce n’était pas une bonne émission, même si dans l’oreillette on lui annonçait que le taux d’audience était plus que respectable, et même si le sujet était pour lui plus qu’intéressant, quand on considérait le point de sa fierté professionnel, il n’avait pas vraiment de quoi flatter son ego. L’émission toucha à sa fin, cela n’avait malgré tout pas été si mal finalement, le public avait entendu ce qu’il voulait même s’il n’était pas pour autant certains qu’ils aient une idée sur qui ils allaient envoyé au Parlement.

Les caméras éteintes, l’action semblait soudainement déplacée. Tout autour de lui s’animaient soudainement, les techniciens, les invités… Il se leva de son siège alors que certains politiciens semblaient ne pas faire de grande différence qu’il soit ou non à l’antenne, ils se livraient à un combat verbal qui transformait presque le plateau en ring. Seth se passa le revers de la main sur le front, ce qu’il pouvait faire chaud sous les spots lumineux. Ne souhaitant pas assister plus longtemps au combat de coq se livrant à côté de lui, il trouva le moment opportun pour s’éclipser. Le problème récurrent du pouvoir d’achat amenaient toujours des discussions houleuses, il ne voulait pas se mettre qui que ce soit à dos car pour lui, rien de ce qu’il n’avait entendu n’était une solution convenable et autant dire qu’en tant que journaliste, il n’avait pas son mot à dire, il se devaient d’être le plus objectif possible ce qui devenait délicat quand on connaissait la franchise du jeune homme.

Il s’apprêtait à aller se chercher quelque chose de rafraîchissant lorsqu’en passant à côté des gradins, il sentit un courant d’air sur sa joue. Il tourna la tête et vit une masse de cheveux – qui devaient évidemment appartenir à une personne – tomber sur lui. Seth avait toujours eu d’excellents réflexes. Par exemple, lorsqu’il était au volant, il arrivait de justesse à éviter un accidenter alors qu’un autre chauffeur venait de lui couper sa priorité, ou encore dans un autre cas plus ou moins similaire, lorsqu’il faisait un bon en arrière pour éviter une voiture dont le conducteur semblait avoir oublié qu’il était obligatoire de s’arrêter devant un passage pour piéton. Ainsi, ses mains vinrent se placer d’elle-même – ou presque - sur la taille de la malencontreuse victime des marches.


-Oula, Attenti … Coupé net. Seth venait subitement de perdre l’usage de la parole. S’il ne se doutait pas de tomber sur une personne, c’était bien Nina Hellis. Trois ans qu’il ne l’avait plus vu et cinq qu’ils ne se parlaient plus. En cause ? Une rupture au doux goût d’un baiser dans un couloir. Seth avait appris ce que cela était de se retrouver dans l’autre rôle, celui qui souffre. Son orgueil en avait prit un sacré coup, surtout parce que c’était déjà la deuxième chance qu’ils se donnaient, qu’elles avaient voulu leur donner. Sa gorge déjà sèche ne l’aidait pas à articuler une seule phrase, il restait pantois, ne sachant quoi dire quoi que faire. Ce n’était pas comme s’il voyait un fantôme, mais ce n’était pas si loin de la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nina Hellis
• Do you wanna be somebody else ?


Nombre de messages : 154
Age : 28
Nationalité : Américaine
Crazy for : Shoes
Date d'inscription : 19/01/2008

MacBook
Job:
To-Do List:

MessageSujet: Re: We're here again [R.]   Sam 15 Mar - 5:07

Le monde dans lequel vivait Nina avait beau avoir des avantages non négligeables – comme un bon salaire à chaque fin de mois, par exemple –, il n’en restait pas moins éreintant dans bien des domaines. Ayant - pour ainsi dire – tout plaqué pour Harrison, la vie active l’avait en quelques sortes effrayée dans les débuts. Tous, ou plutôt toutes, attendaient son grand retour en Amérique une fois ses années à l’ISP achevées. Sa mère ainsi que sa grand-mère étaient parvenues à patienter durant cinq longues années sans véritablement la voir. Quelle surprise ce fût lorsqu’elle leur annonça sa décision de rester à Amsterdam et d’y emménager. Pourtant, sa vie se trouvait de l’autre côté de l’océan, du moins le pensait-elle jusqu’au jour où ses battements de cœur devenus affolés à chaque rapprochement effectués avec le jeune homme lui firent comprendre que le destin avait décidé tout autre chose pour elle, un dessein bien différent de celui tracé à sa naissance. Elle ne s’en plaignait pas le moins du monde, et même si le dépaysement avait été difficile à supporter dans un premier temps, ces cinq années à l’ISP lui auront au moins permis de s’adapter. A n’en pas douter, il était presque évident que dans cette ambiance mondaine, chaque jeunes héritiers pouvaient compter sur l’appui parental et quelques pistons pour évoluer et avant toute chose entrer dans la vie active. Détail manquant au tableau de Miss Hellis mais qu’Harrison – en bon fiancé qu’il était – n’avait pas tardé à corriger. C’était un peu – beaucoup – grâce à lui si elle faisait aujourd’hui partie d’un grand journal, dont la renommée n’était plus à refaire, et s’était vue gradée au rang de Rédactrice en chef.

En cette fin d’après-midi, elle devait assister à une émission télé qui exposait un échange verbal entre deux politiciens, chose plus ou moins banale avouons-le. L’article les concernant devait être bouclé ce soir au plus tard, il ne leur restait que quelques détails à ajouter – comme les grandes lignes de leur conversation – et le tour serait joué. Assise en haut des tribunes, à côté d’une collègue, elle patientait sagement tandis que ses doigts pianotaient nerveusement sur son téléphone portable, comme dans l’attente d’un coup de fil. Ce qui était le cas. Ce reportage n’était pas le sien, sa présence sur ce plateau n’était due qu’à seulement une ou deux formalités mais aussi pour un besoin vital de s’oxygéner le cerveau. Une journée entière enfermée au bureau suffisait à l’achever. Alors que les techniciens s’afféraient à droite et à gauche, son cellulaire vibra férocement dans le creux de sa main. Surexcitée, elle se redressa d’un coup mais exprima sa déception en fixant le nom affiché sur le petit écran. ‘Maman’. Adressant un rapide signe de main à sa collègue, elle se mit debout et s’isola au fond des tribunes dans un coin où personne ne l’entendrait mais aussi dans un coin où elle ne serait pas susceptible de déranger quelqu’un.


« Allo.
Oui maman.
Quoi ?
Non maman.
D’accord.
Non.
Promis.
Oui je vais bien, merci de t’en soucier.
Non, je ne saute aucun repas.
Non plus.
Bon, tu as fini ? »


Détachant son portable de son oreille, ses yeux examinèrent l’écran avec une pointe de malice.

« Maman, j’ai un double appel du bureau. Je te rappelle. » Et sans laisser le temps à sa mère de donner son avis sur cette possibilité qui ressemblait plus à une affirmation catégorique, Nina coupa la conversation téléphonique qui la liait à sa mère et répondit à Harrison.

« Tu as sept minutes de retard !
Je m’en fiche que ta réunion vienne de se terminer.

Silence.
Dis plutôt que tu m’as oublié entre deux discussions avec ta secrétaire refaite des pieds à la tête.
Nouveau silence, plus boudeur cette fois-ci.
Fronçant les sourcils, elle poussa profond soupir de mécontentement lorsque Harrison lui expliqua qu’il devait déjà retourner travailler. Des contraintes… Des obligations. ‘Je t’en foutrai des obligations’ pensa-t-elle sans le formuler à voix haute.
Très bien. A ce soir.
Moi aussi je t’aime. »


Une fois la conversation interrompue, Nina fixa le mur qui lui faisait face – se trouvant dos au plateau télé – et se mordilla la lèvre inférieure.

« Toi ma petite Jenny, je t’ai à l’œil. » Dit-elle pour elle-même à l’intention de la secrétaire de son fiancé avant de téléphoner de nouveau à sa mère.

Elle resta ainsi pendue au combiné du téléphone de longues minutes et ce ne fût qu’en entendant un « Coupez » qu’elle comprit que l’émission s’était déroulée sans elle. Rejoignant sa collègue qui semblait étrangement somnoler, elle reprit son sac et le posa sur son épaule.


« Désolée pour le temps. Tu connais ma mère. »
« Tu n’as rien loupé. A part une bagarre entre deux fils à papa portant des moumoutes, il n’y avait rien d’intéressant. Nous venons tout bonnement de perdre notre temps. »
« Raison de plus pour aller jouer les piques assiettes ! Je meurs de faim. J’ai cru voir d’excellents petits canapés là-bas. » Dit-elle tout en pointant du doigt le buffet en question.
« On se retrouve dehors. J’ai bien mieux à faire. Le présentateur n’était pas mal du tout, d’ailleurs je me demande où il est passé. »

Etouffant un petit rire amusé, Nina descendit tranquillement les nombreuses marches des gradins, prenant bien soin de ne pas se prendre le pied quelque part. Sur le plateau, c’était l’effervescence, tous s’activaient aux tâches qui leur étaient données tandis que les invités continuaient de régler leurs comptes, entourés par une horde de journalistes, de citoyens et de techniciens qui tentaient tant bien que mal de récupérer leurs micros. C’était sans doute pour cette raison que Lynne avait perdu Seth de vue. Quant à la jeune Américaine, elle n’avait pas eu l’occasion d’assister à l’émission ni même de voir les protagonistes conviés. Continuant sa descente périlleuse, ce fût à seulement quatre marches de la fin que son talon aiguille se coinça dans un petit trou métallique qui suffit à la déséquilibrer et la faire poursuivre le reste des marches au pas de courses. Poussant l’un de ses nombreux cris d’hystérique, elle fût néanmoins réceptionnée par des bras masculins à l’arrivée. S’agrippant au cou de son preux chevalier, elle expira profondément avant de sourire chaleureusement à son sauveur.

« Je vous remercie. » Lança-t-elle avec entrain avant de relever la tête vers le dit-sauveur de ces dames.

Ses longs cheveux lui barrant à moitié la vue, elle ne trouva cependant pas le courage de dégager quelques mèches pour y voir plus clair et demeura immobile, ses yeux – à moitié dissimulés – le fixant avec étonnement d’un air béat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth O'Connor
{ Call Him Utopian }


Nombre de messages : 804
Age : 25
Nationalité : Anglais
Crazy for : Cappuccino
Date d'inscription : 18/11/2007

MacBook
Job: Animateur TV
To-Do List:

MessageSujet: Re: We're here again [R.]   Dim 16 Mar - 20:19

Comment était-on censé réagir quand dans nos bras, se trouve une ex petite amie à qui on n’a plus parlé depuis cinq ans ? Ou plutôt avec qui la dernière « conversation » avait été des plus tendues. Et encore, le mot était faible. Seth l’avait repoussé, il était en colère, sa réaction était des plus logiques mais il arrive que bien souvent, la colère nous fait dire des choses irréfléchies. C’était ce qui c’était passé dans leur cas, et surtout de la part de l’anglais. Il lui avait clairement fait comprendre qu’il ne voulait plus la voir. Il avait vraiment crû en eux, mais de toute évidence, Nina n’avait pas la même vision des choses.

Seth s’était imaginé qu’elle avait du quitter Amsterdam, comme bon nombres d’étudiants à la fin de leurs études, comme lui. Il était revenu et apparemment, ne semblait pas avoir pensé que d’autres aurait la même idée, revenir voir ne pas quitter la capitale hollandaise. Il ne pensait plus la revoir, et au fond, cela aurait été bien plus simple. A présent un film défilait devant ses yeux, que de bons moments, comme si au final, ça avait toujours été ce qu’il avait retenu d’eux. Seulement vient un temps où l’on retrouve ses esprits, où l’on sent de nouveau le sol sous nos pieds, et où il se rend compte qu’il tenait effectivement Nina Hellis par la taille. Il l’avait reconnu de suite – Comment le contraire aurait-il pu être possible – malgré ces mèches qui lui cachaient la vue. Une main quitta le flanc de la jeune femme et sembla se diriger vers son visage mais il hésita. Nina avait été la seule – et unique – avec qui il avait envisagé la possibilité de construire quelque chose de solide, et depuis, l’occasion ne s’était plus présentée. Finalement, ses doigts effleurèrent son visage et il dégagea les quelques mèches qui l’empêchaient de voir clairement. L’espace d’un instant, il se crût encore à l’ISP, ils étaient en troisième année, ils venaient de se retrouver et tout allait pour le mieux. Harrison Wolfe ? Inconnu au bataillon.

Seth ne prêtait plus aucune attention à ce qu’il se passait autour de lui, ni aux obligations qu’ils avaient, comme à chaque fin d’émission, il s’entretenait avec le chef de programmation que l’audience enregistré, les quelques petites choses à régler, et tout un tas de petites choses futiles qui ne l’intéressait pas vraiment. Un des caméraman - et amis par la même occasion – qui n’avait de toute évidence pas vu la situation quelque peu insolite vint tapoter l’épaule de Seth et le faire sursauter par la même occasion.


-Il t’attend … T’était occupé peut-être ? Le dit caméraman ne se gêna pas pour observer Nina de long en large ce qui eut l’effet d’exaspérer Seth. - J’arrive … Et t’as pas du boulot toi ? Il se retourna ensuite vers Nina, ses mains dans ses poches. – Désolé. Premier mot en cinq ans, cela avait même un côté symbolique quand on y pensait. Désolé, oui il l’était, désolé de son attitude puérile sans aucun doute. – Et alors qu’est-ce que tu deviens ? Il était atterré de la banalité de la question. Alors c’était tout ce qu’il trouvait à lui dire ? Certes c’était un bon début pour une conversation de bonnes connaissances. La seule question qui brûlait les lèvres de Seth était plutôt « T’es toujours avec lui ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nina Hellis
• Do you wanna be somebody else ?


Nombre de messages : 154
Age : 28
Nationalité : Américaine
Crazy for : Shoes
Date d'inscription : 19/01/2008

MacBook
Job:
To-Do List:

MessageSujet: Re: We're here again [R.]   Jeu 20 Mar - 22:52

Dire que Nina n’avait pas eu la même vision des choses était tout bonnement faux, pour la simple et bonne raison qu’elle y avait cru dur comme fer. Même si l’idée que Seth la prenne pour une belle menteuse et manipulatrice avait été difficile à supporter, elle avait fini par l’accepter. Qu’aurait-elle pensé à son égard si les rôles avaient été inversés ? Elle aurait probablement été encore plus cinglante que lui. Pouvait-elle seulement lui en vouloir ? Même si elle le voulait, elle n’en avait aucunement le droit. Néanmoins, il ne pouvait remettre en cause sa sincérité. Car elle l’avait toujours été avec lui. Elle l’avait aimé et il était sans nul doute son premier et vrai amour. Elle n’avait pu imposer un choix contraire à son cœur et ce n’était pas faute de sa part d’avoir essayé. Lorsqu’elle s’était sentie happée dans les bras réconfortants de Harrison, elle avait tenté de fuir l’évidence dans un premier temps, de ne pas se laisser aller au jeu dangereux qu’était l’amour mais au final, elle s’était faite prendre à son propre piège. Jamais elle n’avait cru possible le fait de tomber amoureuse d’un autre et pourtant cela s’était produit et elle avait du y faire face, affrontant et assumant ainsi le mauvais rôle qui était le sien.

Toujours pendue à son cou, elle fût bien incapable d’effectuer le moindre mouvement de plus au risque de s’effondrer au sol sous le poids de son corps qui la menaçait d’une chute imminente tant ses jambes flageolantes tremblaient malgré elle. Et lorsque Seth dégagea son visage des quelques mèches gênantes et encombrantes, elle retint inconsciemment son souffle avant de braquer ses iris envoûtants sur lui. Cela faisait cinq longues années qu’ils ne s’étaient pas vu, qu’ils n’avaient pas échangé quelques mots et qu’il ne l’avait pas touché. Tout en une seule fois semblait désarçonner la pauvre Nina qui se contentait de le fixer d’un air béat et incrédule comme s’il s’agissait d’un mirage créé par son esprit indéniablement focalisé sur le passé. Quand un caméraman vint les interrompre, la jeune femme se ressaisit et contempla le sol durant les quelques secondes que dura leur bref échange.


« Et bien… Je suis rédactrice en chef d’un magazine de politique. » Lança-t-elle d’une voix distraite sans le lâcher du regard. « Je suis venue avec une collègue pour prendre quelques notes sur l’émission d’aujourd’hui. Et toi ? Que fais-tu ici ? »

Elle ne se rendait malheureusement pas compte de la débilité profonde de sa question, n’ayant tout simplement pas assisté à l’échange des politiciens comme elle avait passé le plus clair de son temps au téléphone avec sa mère. Elle devait avoir l’air sotte pour une journaliste censée avoir retranscrit par écrit chacune des paroles dites. Maintenant qu’elle y réfléchissait, son amie avait mentionné le présentateur qui – d’après ses dires – donnait l’eau à la bouche. L’espace d’un instant, elle songea au jeune homme qui lui faisait face présentement mais il était trop tard, la question avait déjà été posté.

Jetant un rapide coup d’œil en direction des personnes chargées de démonter le plateau, d’autres s’occupant du son, Nina croisa les bras contre sa poitrine, ne sachant pas véritablement que faire de ces derniers qui ne demandaient qu’à se balancer vigoureusement d’avant en arrière. Inclinant ses pieds vers l’intérieur, elle pinça ses lèvres et crut voir au loin sa collègue lui adresser un signe avec le pousse comme si elle venait de piocher le bon numéro, l’air de dire : C’est dans la poche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth O'Connor
{ Call Him Utopian }


Nombre de messages : 804
Age : 25
Nationalité : Anglais
Crazy for : Cappuccino
Date d'inscription : 18/11/2007

MacBook
Job: Animateur TV
To-Do List:

MessageSujet: Re: We're here again [R.]   Lun 24 Mar - 18:05

Une chose était certaine, aucun d’eux ne s’attendait à se revoir. La situation présente n’avait en rien arrangé les choses. Cinq ans. Court et long à la fois. Certains liens se créent, d’autres se renforcent, certains tombent dans l’oubli, d’autres encore se brisent. Leur relation pouvait avoir été qualifié de toutes les situations citées précédemment mais à présent, ils étaient presque de parfaits étrangers. Presque parce qu’on ne peut réellement oublié ce qui a fait partie de notre vie. Etranger dans le sens où malgré tout, il avait bien tenter de l’oublier et que finalement, se rendant compte que c’était chose impossible, il avait préféré la classer dans une catégorie qui ne lui convenait pas. A cause de cela, il se montrait hésitant, en soi c’était étrange car d’une nature sociable – et pour son travail il en avait fortement besoin – il n’éprouvait aucune difficulté à parler à qui que ce soit, que du contraire. Pourtant, on aurait pu croire qu’il était un timide maladif hésitant entre vaincre sa peur ou fuir en courant.

Seth ne put réprimer un haussement de sourcil perplexe. Soit Nina avait de gros troubles de la vue, soit elle le faisait exprès. Les deux situations semblaient pourtant absurdes. La seule autre solution était qu’elle n’avait pour le coup pas été professionnel et cela était encore plus ridicule. –Moi ? Je suis le présentateur de l’émission. Il eut un sourire en coin, il aurait très bien s’amuser de la situation au point de la faire tourner autour du pot et de lui faire découvrir le pot aux roses mais c’était un brin trop puéril pour un homme de vingt-cinq ans.
Il devait avouer qu’il était impressionné, être rédactrice en chef demandait de gros effort. Nina avait du travailler dur pour en arriver où elle était.


Seth baissa les yeux une fraction de secondes, fraction qui suffit largement à lui faire poser son regard sur l’annuaire gauche de Nina. – T’es mariée ? Certes Nina aimait les belles choses et il n’était pas impossible qu’elle se soit acheté une bague et comme de par hasard, elle la porterait sur un doigt disposer à un usage bien particulier. Malgré tout, cette hypothèse était quelque peu incongrue et Seth du se rendre à l’évidence que c’était plutôt un anneau marquant d’un trait d’union deux vies. Il était surpris, le ton de sa voix n’aurait pu dupé personne. Après tant de temps sans nouvelle ce n’était pourtant pas une chose illogique. Elle aurait bien pu être une mère alcoolique de triplés… Quoique le côté alcoolique ne lui collait pas vraiment à la peau, mais l’histoire des triplés restait rationnelle, en un sens.

Seth eut comme un flash, une sorte de miroir même dans lequel il voyait le reflet de sa propre vie : Une réussite professionnelle certaine qui lui promettait un bel avenir et … C’est tout. Ca aurait presque pu être lui, celui qui lui avait passé la bague au doigt, presque. Ce n’était pas tant la déception que trahissaient les traits de son visage. Il était plutôt dérouté. Mais après tout, qui n’aurait pas envie de se marier avec Nina Hellis ? Elle a tout pour elle et au fond, il ne l’aurait sans doute pas mérité. Finalement il se ressaisit, réalisant son attitude inadéquate. –Alors qui est l’heureux élu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: We're here again [R.]   Aujourd'hui à 14:29

Revenir en haut Aller en bas
 
We're here again [R.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crazy in Amsterdam :: Rembrantplein :: Singel-
Sauter vers: